Navigation – Plan du site
Recherche
alsic_v11_12-rec6

Analyse de pratiques de tutorat dans un campus numérique de maîtrise de français langue étrangère à distance

Analysis of tutoring practices in a digital campus in the context of an online Masters in French as a foreign language
Christelle Celik
p. 93-119

Résumés

Nous nous intéressons dans cet article à la fonction émergente qu'est le tutorat en ligne et aux différents modes de tutorat. Notre observation porte sur l'étude d'une partie de la communication pédagogique qui a eu lieu dans le cadre de la maîtrise de français langue étrangère sur le campus numérique Canufle animé par une équipe de divers enseignants provenant d'universités différentes tout au long de l'année universitaire 2004-2005. À travers l'analyse du discours des consignes et des messages réactifs de deux des tuteurs, nous mettons en évidence différentes modalités du tutorat et montrons que les tuteurs cherchent non seulement à établir un lien socio-affectif avec leurs étudiants mais également à susciter le conflit sociocognitif. Nous tentons de montrer le nouvel éthos tutoral tel qu'il se dessine au sein des discours.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie des textes du colloque Epal, objet d'un numéro spécial d'Alsic.

Texte intégral

1. Introduction

1Comme le soulignent fort justement Daele et Docq : "Dans un dispositif innovant et complexe, les questions de recherche côtoient de près des questions très pragmatiques. Le défi pour la recherche est toujours de se mettre au service de l'action" (Daele & Docq, 2002 : 2). Ainsi, afin d'analyser la qualité des suivis à distance, il paraît pertinent d'observer comment des enseignants ont fonctionné comme tuteurs dans une formation à distance. Aussi avons-nous choisi d'étudier une partie de la communication pédagogique qui a eu lieu dans le cadre de la maîtrise de français langue étrangère sur le campus numérique Canufle animé par une équipe de divers enseignants provenant d'universités différentes tout au long de l'année universitaire 2004-2005. Dans le cadre de cet article, après avoir passé en revue les caractéristiques de la fonction de tuteur en ligne mises en évidence par divers auteurs, nous nous proposons d'étudier ensuite les pratiques de tutorat mises en place sur Canufle en nous appuyant tout d'abord sur l'analyse discursive des consignes, puis sur celle des messages réactifs de deux des tuteurs.

2. Le tutorat en ligne

2Depuis de nombreuses années, l'enseignement évolue et le rôle de l'enseignant se modifie : il n'a plus comme rôle principal de transmettre les connaissances. L'enseignement à distance et en ligne contribue grandement à faire évoluer le modèle d'enseignement transmissif et ce notamment grâce à la fonction de tuteur en ligne.

2.1. Une fonction émergente

3Il est important de noter, comme le soulignent Godinet et Caron, que le métier de tuteur en ligne est un "métier émergent ou une autre déclinaison du métier d'enseignant", qu' "en cours de constitution, [il] souffre, à cette étape de développement, d'un manque de reconnaissance institutionnelle" (Godinet & Caron, 2003 : 9). Il s'agit donc d'une fonction encore méconnue et même mal reconnue. Ainsi comme le font remarquer Dejean-Thircuir et Mangenot :

Les fonctions de tutorat en ligne dans une formation utilisant un dispositif informatisé sont encore mal définies car les participants, tuteurs comme apprenants, disposent d'une expérience réduite de ces contextes d'apprentissage et d'échanges. (Dejean-Thircuir & Mangenot, 2006 : 1)

4En outre, il n'existe pas véritablement de formation à proprement parler à la fonction de tuteur en ligne et bien souvent c'est à partir d'expérimentations personnelles ou en équipe que le rôle se définit peu à peu. Cependant, dans un environnement d'enseignement en ligne, les études ont montré jusqu'à présent que le rôle du tuteur est fondamental (Denis, 2003 ; Deschryver, 2003 ; Develotte & Mangenot, 2004). Accompagnateur essentiel au bon fonctionnement de l'apprentissage à distance, le tuteur est une personne ressource aux multiples compétences qui doit faire preuve d'une grande disponibilité.

2.2. Une fonction aux multiples facettes

5Le tuteur se doit d'être une personne facilitant l'accès au savoir et à l'apprentissage, un médiateur du savoir et de la technique d'apprentissage (Bullen, 1997). Mais à cette fonction principale, d'autres viennent s'ajouter. Daele et Docq relèvent quatre grands rôles (2002) : un rôle social, un rôle d'organisation, un rôle pédagogique et un rôle technique. Denis (2003) en mentionne six : accueil et mise en route, accompagnement disciplinaire, accompagnement méthodologique, autorégulation, métacognition, évaluation, rôle de personne-ressource attitrée, rôles avec lesquels s'accordent la plupart des auteurs sauf peut-être le rôle technique qui peut parfois être délégué à un service d'assistance téléphonique (Develotte & Mangenot, 2004). De Lièvre, Depover, Quintin et Decamps font cependant aussi remarquer que

Pour retirer du tutorat un maximum de bénéfices pédagogiques, il est essentiel de veiller à ce que les efforts déployés par le tuteur se focalisent sur l'encadrement pédagogique plutôt que d'être détournés vers des tâches secondaires relevant de la gestion technique ou administrative du dispositif (De Lièvre, Depover, Quintin & Decamps, 2002 : 14).

6Le tuteur a donc un rôle d'organisation et un rôle pédagogique mais il a également un rôle social très important à jouer. Il doit encourager, stimuler et valoriser la participation (Bullen, 1997 ; D'Halluin, 2001 ; Charlier et al., 1999 ; De Lièvre, Depover, Quintin & Decamps, 2003). Henri et Lundgren-Cayrol précisent que"il [le tuteur] les [étudiants] accompagne, les aide à donner un sens à leur travail, les encourage, les stimule et les motive" (Henri & Lundgren-Cayrol, 2001 : 136). La dimension relationnelle est donc extrêmement importante et l'animation d'un forum pédagogique nécessite une profonde capacité d'adaptation de la part de l'enseignant qui veut devenir tuteur en ligne (Bullen, 1997 ; D'Halluin, 2001). Enfin, l'importance de la régularité de la communication et du suivi est presque toujours soulignée.

7Nous constatons donc qu'un même terme recouvre en fait une pluralité de fonctions qui peuvent être exercées de plusieurs manières. Les études ont notamment déjà constaté deux modes foncièrement différents de tutorer.

2.3. Les différents modes de tutorat

8Concernant l'accompagnement pédagogique, on distingue généralement deux modes de tutorat : à tendance réactive, à tendance proactive. Le tutorat réactif est un mode de tutorer dans lequel le tuteur réagit aux questions des apprenants, comme l'indique Brent Monahan dans un numéro de la revue Thot/cursus (14/09/2001) : "Un tuteur réactif peut simplement avoir une page de questions les plus fréquentes incluses dans le cours." Ainsi, comme le notent Celik et Mangenot (2004), s'appuyant sur Glickman (2002), dans le cas d'un tutorat réactif, l'initiative est laissée aux étudiants et l'enseignant-tuteur a essentiellement pour rôle de répondre aux demandes explicites des apprenants. Toutefois, comme le soulignent Develotte et Mangenot (2004), les expérimentations sur des suivis en ligne ont déjà montré que si l'on se contente d'attendre les sollicitations des étudiants pour y réagir, on observe généralement une participation très limitée de leur part.

9Au contraire, un tuteur proactif ne se contente pas de répondre aux questions, mais doit solliciter les étudiants et s'appliquer à faire émerger des demandes. Ainsi comme le définissent Duplàa, Galisson et Choplin :

Nous appelons un tutorat proactif un type d'accompagnement où le tuteur ne se contente pas de répondre aux sollicitations des apprenants - tutorat rétroactif -, mais où un scénario d'intervention à l'initiative du tuteur est défini, et donc où ce dernier sollicite les apprenants (Duplàa, Galisson & Choplin, 2003 : 481).

10Pour conclure cette réflexion sur la fonction tutorale dans le cadre d'un dispositif d'enseignement à distance en ligne, nous constatons que ce rôle est encore mal défini et surtout extrêmement polyvalent. La maîtrise des contenus ne suffit pas à faire un bon tuteur et une formation est souhaitable. Un tuteur sans formation peut, en effet, avoir des difficultés à gérer la diversité des situations dans laquelle il peut se trouver. Il doit apprendre à gérer sa relation spécifique avec l'apprenant et la relation collective à distance, il doit aussi respecter les règles pédagogique de l'enseignement à distance (renvoyer aux documents, ne pas mettre en cause le contenu du cours devant l'apprenant.) Enfin et surtout, il a pour fonction d'aider l'apprenant à comprendre comment il apprend, mais aussi de l'initier aux technologies et aux modes de communication et de travail médiatisés.

3. Le tutorat en ligne sur le campus numérique Canufle

11Onze enseignants différents ont tutoré ce campus numérique, en tutorat unique ou double (pour certains cours), suivant un rythme mensuel. Chaque cours était envoyé sous forme numérique par les enseignants, à la fois auteurs et tuteurs, puis téléchargé et étudié par les apprenants. Les tâches étaient postées en début de mois, pour le mois à venir. Puis, les travaux publiés par les étudiants étaient commentés tout au long du mois par les tuteurs.

3.1. Le domaine, les enjeux et les objectifs de la recherche

12Le travail de recherche que nous menons concerne l'accompagnement pédagogique et les postures de tutorat dans les forums qui se caractérisent par les dimensions écrite, asynchrone, publique et pérenne des échanges (Mangenot, 2002 ; Mangenot & Zourou, 2007).

13Les enjeux de cet article sont de mettre en évidence comment les tuteurs parviennent à maintenir la motivation des participants et du groupe qui est un des critères de la réussite d'une telle formation à distance.

14Les objectifs en sont d'observer et d'analyser comment les tuteurs encouragent l'interactivité entre pairs. Le terme "interactivité" s'entend ici, selon la perspective socioconstructiviste, au sens de messages qui se répondent les uns aux autres (Bullen, 1997). L'interactivité, en effet, comme Celik et Mangenot (2004) l'ont déjà constaté, ne va pas de soi, mais est fructueuse, tant sur le plan socio-affectif, que sur le plan sociocognitif. Ils sont également d'étudier comment les tuteurs parviennent à créer une dynamique de groupe en veillant à préserver les faces des étudiants et en adoptant un positionnement socio-affectif particulier.

3.2. Les hypothèses

15Le postulat de départ de notre réflexion est que les concepteurs et les utilisateurs d'une plate-forme électronique à vocation pédagogique (de type campus numérique) ont pour objectif de créer des liens, des interactions entre les différents membres du groupe, car une des composantes essentielles de la réussite d'une formation de ce type est l'interactivité entre les membres.

16Nous faisons, par ailleurs, l'hypothèse que les consignes de chaque cours en tant que premiers éléments sont déterminantes de l'interactivité qui va avoir lieu sur le forum pédagogique.

17Enfin, nous supposons qu'un tuteur qui garderait ses distances et resterait sur la réserve n'encouragerait pas les étudiants à participer et qu'il lui convient de développer un ethos propre à ce nouveau genre de discours, contribuant à créer une ambiance de travail agréable et une bonne dynamique de groupe.

3.3. Le corpus

18Canufle totalise 3189 messages. Face à l'ampleur des données, nous avons, tout d'abord, comptabilisé les messages afin d'observer la participation étudiante ainsi que le rythme d'intervention des tuteurs.

Tableau 1 – Tableau synthétisant l'activité sur les différents suivis de Canufle.

Rubriques / Cours

Total des messages

Total des messages étudiants

Total des messages enseignants

Interculturel

302

209

93

Lettres et art contemporains

212

151

61

Évolution méthodologique

300

150

150

Évaluation didactique

304

244

60

Matériel didactique

223

113

110

Grammaire de l'oral

643

314

329

Linguistique textuelle

407

198

209

Sociologie du langage

273

151

122

Tice

183

131

51

Stage

41

22

19

Récré

96

46

50

19Le tableau 1 met en évidence que ce sont les cours Grammaire de l'oral etLinguistique textuelle qui ont non seulement été les plus largement fréquentés mais également ceux auxquels les tuteurs ont le plus contribué. Pour cette étude, nous avons donc décidé de concentrer notre analyse sur le discours tutoral de ces deux cours tutorés par deux enseignants différents.

20Nous avons enfin établi une distinction entre les différentes contributions des tuteurs et avons décidé de concentrer notre étude sur les deux principaux types de messages : les consignes et les messages réactifs.

  • 1  Explications orales ou écrites adressées à une personne afin de lui indiquer la méthode à suivre, (...)

21Les consignes : Ce sont les tout premiers discours auxquels les étudiants sont confrontés - outre la présentation standard du cours qui est sensiblement la même pour tous les cours. Les consignes1, comme nous les avons nommées ou instructions, telles qu'elles étaient désignées parmi les rubriques de la plate-forme, sont les messages plus ou moins longs que les enseignants publient au début de chaque mois dans la rubrique consacrée à leur cours et dans lesquels ils indiquent aux étudiants les tâches qu'ils doivent réaliser.

22Les messages réactifs : Ce sont les réponses, commentaires et corrections des tuteurs que ceux-ci adressent soit à chaque étudiant en particulier en réponse à une contribution, soit à l'ensemble du groupe d'étudiant lorsque tel est leur choix. Leur contenu est essentiellement cognitif, en rapport avec le cours. Ce sont les messages les plus nombreux sur le forum.

23Notons bien qu'ici, le terme "réactif" a le sens qu'il a en analyse conversationnelle, c'est-à-dire qu'il désigne un segment qui réagit à une intervention initiative et ne désigne pas un mode de tutorat. Canufle ne relève, d'ailleurs, pas véritablement d'un tutorat réactif, mais s'apparente bien davantage à un tutorat proactif du fait notamment des tâches assignées chaque mois et comme cela apparaîtra à travers l'étude des différents messages des tuteurs.

3.4. Les outils méthodologiques

24Notre corpus étant un échange discursif pédagogique, à l'instar de Celik et Mangenot (2004), Develotte et Mangenot (2004) et Develotte (2006), nous nous appuierons sur les outils méthodologiques de l'analyse du discours pour repérer aussi bien les phénomènes d'ordre socio-affectif que ceux d'ordre sociocognitif. En effet, déjà Dillenbourg, Baker, Blaye et O'Malley (1996) suggéraient d'exploiter certaines branches de la recherche en linguistique explorant les modèles de la conversation, des discours ou du dialogue. En ce qui nous concerne, nous entendons "analyse du discours" comme un hyperonyme qui recouvre tout ce qui met les énoncés verbaux en relation avec leur situation de production. C'est pourquoi, nous nous appuyons sur les travaux de Charaudeau et Maingueneau (2002), mais également sur ceux de Kerbrat-Orecchioni (2005) et sur ceux d'Herring (2004).

25Nous nous attacherons notamment à observer les marques d'ouverture et de clôture ainsi que les termes d'adresse aux destinataires, car comme le rappellent Charaudeau et Maingueneau : "Ces expressions ont très généralement, en plus de leur valeur déictique (exprimer la "deuxième personne", c'est-à-dire référer au destinataire du message), une valeur relationnelle, servant à établir entre les interlocuteurs un certain type de lien socio-affectif" (Charaudeau & Maingueneau, 2002 : 30).

26Nous porterons également une attention toute particulière à la notion de face, telle que Charaudeau et Maingueneau (2002) ainsi que Kerbrat-Orecchioni (2005) la définissent. Nous étudierons ainsi les actes menaçants pour la face des étudiants - Face Threatening Acts (FTAs) - comme les critiques, les réfutations et les reproches, mais également les actes valorisants pour les faces - Face Flattering Acts (FFAs). Nous observerons également les intensifieurs renforçateurs de FFAs et les adoucisseurs de FTAs.

27Enfin, nous nous attacherons à la notion d'ethos, car comme le notent Charaudeau et Maingueneau :

L'ethos discursif est en relation étroite avec l'image préalable que l'auditoire peut avoir de l'orateur, ou du moins avec l'idée que celui-ci se fait de la façon dont ses allocutaires le perçoivent. La représentation de la personne du locuteur antérieure à sa prise de parole, parfois dite éthos préalable ou prédiscursif, est souvent au fondement de l'image qu'il construit dans son discours : il tente en effet de la consolider, de la rectifier, de la retravailler ou de la gommer (Charaudeau & Maingueneau, 2002 : 239).

4. Analyse discursive des consignes

28Le discours du tuteur est révélateur de son approche de la relation qu'il entretient avec les étudiants mais également avec le média qui lui permet d'établir un lien didactique. Les consignes sont les messages par lesquels le tuteur établit un premier contact, souvent déterminant pour la suite du suivi, avec ses étudiants.

4.1. L'ouverture et la clôture

29Nous constatons que le message des consignes ne contient chez les deux tuteurs aucune formule d'ouverture particulière.

Figure 1 – Consigne du mois de novembre du cours Grammaire de l'oral.

Figure 1 – Consigne du mois de novembre du cours Grammaire de l'oral.

30Les titres des pages "Activités de novembre 2004", "Novembre 2004" semblent faire office d'ouverture de l'échange. En revanche, les messages du tuteur de Grammaire de l'oral se terminent souvent par une formule d'encouragement telle que "Bon courage et à bientôt" ou "Bon courage ! Noël n'est plus très loin ! Bonne année à toutes les Canufletistes et tous les Canufletistes" ou encore "Je vous souhaite bon courage et vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures langagière".

31Au contraire, les messages de consignes du tuteur de Linguistique textuelle ne contiennent ni formule d'ouverture, ni formule de clôture particulière.

Figure 2 – Consigne du mois de novembre du cours Linguistique textuelle.

Figure 2 – Consigne du mois de novembre du cours Linguistique textuelle.

4.2. Les marques de la présence de l'énonciateur

32Dans des consignes de travail, la présence de l'émetteur ne va pas forcément de soi. Ainsi, même si l'émetteur est l'initiateur des consignes, il peut choisir de s'effacer complètement derrière le message lui-même.

33Dans les consignes du cours Grammaire de l'oral, la présence de l'émetteur dans le message est omniprésente comme en atteste la récurrence (15 fois dans ce premier message de consignes) du pronom personnel de la première personne du singulier, "je". Le message en est ainsi rendu moins impersonnel.

34Ce tuteur a également porté un soin tout particulier à la mise en scène de son image pédagogique tout au long de ses messages de consignes. Ceux-ci sont, en effet, jalonnés de remarques concernant son propre vécu du suivi, au cours duquel il doit affronter notamment des problèmes de surcharge de travail,

Je viens d'effectuer quelque chose comme la quinzième relecture de ces quelque 80 pages. J'ai essayé d'harmoniser au maximum. J'ai essayé d'éliminer ce qu'il y avait comme fautes d'orthographe. [...]J'ai bien dû passer une cinquantaine d'heures sur vos contributions (ceci n'est absolument pas mon métier principal!). (Grammaire de l'oral – Février)

35mais aussi des difficultés informatiques

J'ai dû faire face une fois de plus à des ennuis de connexions. (Grammaire de l'oral – Avril)

36Au contraire, chez le tuteur deLinguistique textuelle, nous constatons une quasi absence de la personne de l'émetteur au sein de son discours.

4.3. Les termes d'adresse aux destinataires

37Les consignes mensuelles données sur le forum s'adressent a priori aux étudiants, les destinataires du message, et cherchent à faire naître chez eux un certain comportement.

38Si le tuteur de Grammaire de l'oraldans les consignes ne débute pas son message par un nom d'adresse aux étudiants, nous avons noté cependant qu'il accorde une grande place à ses destinataires. Nous avons ainsi dénombré, dans les seules consignes du mois de novembre, 44 occurrences du pronom personnel du pluriel "vous". En revanche, dans le discours du tuteur deLinguistique textuelle, la présence du destinataire est beaucoup moins prégnante, 4 occurrences seulement du pronom personnel "vous" et deux emplois de la deuxième personne du pluriel de l'impératif présent "N'hésitez" et "Argumentez".

4.4. La dynamique du groupe au cœur du discours

39Si les deux tuteurs accordent une grande importance au groupe et au travail en groupe, cela se vérifie plus particulièrement pour le tuteur de Grammaire de l'oral. En effet, cet enseignant fait dans ses consignes de très nombreuses références au groupe et au travail en groupe car il a décidé de faire travailler ses étudiants sur un corpus commun établi par l'ensemble du groupe. Le travail donné est une véritable tâche commune nécessitant le travail de chacun des membres du groupe. Ainsi, les étudiants doivent tout d'abord enregistrer une conversation téléphonique radiophonique. Immédiatement, l'enseignant sollicite une entraide entre les étudiants : "Je demande aux résidents de pays francophones d'enregistrer une ou deux conversations supplémentaires pour éventuellement dépanner quelqu'un de très isolé." Par ailleurs, une fois l'enregistrement effectué et la conversation transcrite, les étudiants doivent l'envoyer au tuteur qui la met ensuite à la disposition de l'ensemble du groupe afin que les étudiants se relisent les uns les autres :

Je vous demanderai de bien vouloir relire celui de vos camarades regardez si rien ne cloche (orthographe, numérotation des lignes, tours de paroles, transcriptions avec des signes qui ne sont pas ceux de nos conversations, etc.). Il vaut mieux que plusieurs personnes relisent, cela diminue les possibilités d'erreurs.

40Les étudiants sont donc tous véritablement impliqués dans l'élaboration d'un corpus commun qui servira de base aux prochaines activités et au mémoire final. L'enjeu est donc important pour tous. L'enseignant, à travers l'emploi récurrent de la première personne du pluriel, met en évidence l'enjeu de ce travail collectif :

Quand nous aurons confectionné une seconde version plus présentable, nous nous en servirons comme référence. [...] Notre première tâche est de nous mettre d'accord sur la version définitive du corpus. [...] Dans ce cas, signalez vos trouvailles à tout le monde et nous corrigerons chacun de notre côté sur nos versions individuelles.

41Il n'hésite pas, par ailleurs, à rappeler à l'ordre les éléments perturbateurs du groupe à travers des messages tels que "Les inscriptions tardives et le manque de rigueur de certains ont considérablement retardé le processus."

42Nous notons également que le tuteur de Linguistique textuelle emploie exclusivement dans son introduction du mois de novembre la première personne du pluriel à travers le pronom "nous" et l'adjectif possessif "notre", et qu'il emploie également un champ lexical du travail en groupe.

En ce mois de novembre, nous commençons notre collaboration. Dans le suivi qui vous est proposé ici, il s'agit de réfléchir ensemble et si possible à partir de documents sur la notion de texte. N'hésitez à intervenir sur les interventions des uns et des autres. Le principe essentiel est de travailler ensemble.

43 L'introduction du mois de décembre insiste également sur l'importance du travail en groupe :

J'invite les étudiants à croiser les regards, à consulter les contributions du groupe. La réussite du présent tutorat numérique est largement dépendante du groupe, d'un fonctionnement de groupe.

4.5. Le positionnement socio-affectif

44Enfin, nous avons constaté que chaque tuteur adoptait un positionnement socio-affectif particulier et propre à cette nouvelle situation de communication pédagogique. En effet, d'ordinaire la rédaction des consignes dans une relation pédagogique se veut extrêmement formelle, dans un niveau de langage soutenu, caractéristique d'un écrit qui se veut aussi un modèle de ce que l'enseignant est également en droit d'attendre en retour. Or, nous constatons que dans le cours Grammaire de l'oral le texte se veut moins formel comme en attestent :

45Les marques d'oralité : "Bon, ben, on approche donc des examens", "j'aimerais que vous lussiez (wahoh !)". Ce dernier énoncé est par ailleurs un bel exemple du mélange des registres que nous rencontrons dans ce type de messages : un subjonctif imparfait, mode caractéristique d'une expression écrite châtiée, voire désuète, immédiatement suivi d'une marque d'autodérision, interjection empruntée à un langage oralisé proche de celui que nous rencontrons dans les bulles des bandes dessinées.

46L'utilisation d'un registre de langue plus familier : "c'est une version 'brut de décoffrage'", "plus vous 'tripatouillez' votre corpus, plus vous avez de chances de faire des observations intéressantes", "reste à boucler la seconde tâche". L'usage des guillemets, dans les deux premiers exemples, marquant la prise de distance vis-à-vis de l'énoncé, met en évidence le fait que l'émetteur lui-même est conscient qu'un tel énoncé est une transgression ludique de la norme.

47La négligence orthographique : "vous est-il arriver d'écrire", "J'ai qaund même passé une dizaine d'heures à faire un peu le ménage !". Ces exemples relevés dans de longs messages ne remettent nullement en question les qualités orthographiques du tuteur de Grammaire de l'oral mais montrent bien que nous nous trouvons en présence de messages où l'urgence de la communication prévaut sur la qualité standard de l'écrit.

48En revanche, nous avons constaté que le tuteur deLinguistique textuelle observe un ton extrêmement formel tout au long de l'année. Ses messages ne sont pas véritablement personnalisés et même lorsqu'il présente ses vœux aux étudiants, cela reste extrêmement conventionnel : "Tout d'abord, je vous présente mes meilleurs vœux pour la nouvelle année." Les mois suivants, le tuteur se contente de présenter immédiatement les activités du mois à accomplir. Ce n'est qu'au mois d'avril, le dernier mois du suivi, que le tuteur se laisse aller à plaisanter et à relâcher quelque peu le niveau de langage soutenu qu'il a maintenu tout au long de l'année :

Et pas question de se découvrir d'un fil, mais en fin mai vous pourrez normalement faire ce qu'il vous plait !

Bon, ben, on approche donc des examens et je vous recommande la consultation des sujets et des corrigés que j'ai placés à votre intention sur la plateforme (cf. Linguistique textuelle : Bibliothèque). Je ne voudrais pas trop insister, mais ma recommandation se veut forte! Vous pourrez bien entendu faire part de vos remarques sur ces sujets dans "activités d'avril".

49Le mode graphique : Enfin, nous constatons que le tuteur de Linguistique textuelle est un des seuls tuteurs à avoir utilisé d'autres modes d'expression que le discours écrit. En effet, par deux fois au cours de l'année, à la période des fêtes, il joint à ses messages de consignes des dessins humoristiques, comme en témoigne la figure ci-dessous :

Figure 3 – Dessin réalisé par le tuteur de Linguistique textuelle et publié avec la consigne du mois de décembre.

Figure 3 – Dessin réalisé par le tuteur de Linguistique textuelle et publié avec la consigne du mois de décembre.

5. Analyse discursive des messages réactifs

50Les messages réactifs sont les retours que les étudiants attendent après notamment la publication de leur travail ou simplement après une question posée. C'est un moment privilégié pendant lequel le tuteur établit la plupart du temps un dialogue avec chaque étudiant. La grande majorité des échanges sur ce forum est constituée de ce type d'échanges : une contribution étudiante – un message réactif de l'enseignant (parfois suivi d'une seconde contribution étudiante).

5.1. Le titre du message

  • 2  Activité 2 du mois de décembre autour des 4 métarègles de cohérence chez Michel Charolles.
  • 3  Il s´agit de commenter le segment “but” dans le curieux titre d´un article de journal : “Barthez-T (...)

51Le tuteur de Linguistique textuelle porte un soin tout particulier aux titres de ses messages, qui sont de véritables accroches, des invitations à lire le corps du message. Son titre vise non seulement à attirer l'attention du lecteur à qui est destiné le message, à savoir l'étudiant auquel il répond, mais cherche également à inciter les autres étudiants à lire ses commentaires, même s'ils ne leur sont pas personnellement destinés. Pour ce faire, ce tuteur a recours à différents procédés. Ainsi, il va reprendre un mot-clef de l'activité, mot autour duquel il aura orienté son commentaire comme par exemple "Méta - Vous avez dit méta ?2 ". Son titre peut aussi être la synthèse de sa pensée comme "Lapidaire" pour une contribution jugée un peu courte, ou encore "Perplexité" ou "Pistes". Il peut aussi être le début d'une phrase qu'il poursuit dans le corps du message comme "En effet... ", la locution adverbiale invite le lecteur à penser que le tuteur est d'accord avec le fond de sa pensée, mais les points de suspension laissent entendre un prolongement de cette même pensée que le lecteur curieux découvre en lisant le message. Enfin, le plus souvent, ce tuteur a recours à l'humour : "Bonsoir Madame C.!" en réponse à une étudiante qui vient de lui envoyer un message intitulé : "Bonjour Monsieur L." ou à des exclamations, parfois proches de l'onomatopée, qui attirent l'attention du lecteur comme "Uwaga !", "Houps !", "Caramba !" ou encore "Surréaliste !". Au cours du mois de janvier, il file la métaphore du football qui est en rapport direct avec l'activité en cours3 tout en conservant un ton humoristique : "Droit au but", "But en or", "Gooooooooooaaaaaal", "Le grand chauve", "Spécialiste", "But et but" et enfin "Où est passé le ballon ?". Nous constatons donc que ce tuteur cherche à susciter l'intérêt auprès de ses lecteurs dès le titre du message en variant les procédés.

52Le tuteur du cours Grammaire de l'oral s'est quant à lui contenté de laisser ce qui s'affichait automatiquement à savoir "Réf :" suivi du titre donné par le premier interlocuteur. Il apparaît donc une utilisation diamétralement opposée de l'espace titre du message réactif des tuteurs. Tandis que le tuteur deLinguistique textuelle se l'est approprié et l'utilise pleinement, le tuteur de Grammaire de l'oral se laisse au contraire guider par le cadre formel édité/édicté par le logiciel.

5.2. L'ouverture et la clôture

53Tout d'abord, nous avons constaté que le tuteur de Grammaire de l'oral avait fait le choix de s'adresser à ses étudiants par leur prénom. Tous les messages débutent systématiquement par le prénom du destinataire "Zuzanna", "Catherine", "Corine" etc. suivi parfois d'un "bonjour" ou "bonsoir". Par ailleurs, la formule de politesse finale est systématiquement la même, à savoir un "Cordialement" qui, s'il n'est pas totalement dénué de son sens premier, apparaît davantage comme une formule standard des courriers électroniques entre formels et informels. Cependant, cette formule est presque systématiquement précédée d'une formule plus familière comme "À plus", "Bon courage pour la suite" qui revient fréquemment, "À la prochaine fois" ou encore "À bientôt, pour de nouvelles tâches" qui est également récurrent. Ces formules varient en fonction des différentes époques de l'année et rythment en quelque sorte l'avancée du cours et des échanges. Ainsi, à l'approche de la fin de l'année, nous rencontrons "Joyeuses fêtes de fin d'année", ou "Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année et vous dis sans doute à l'année prochaine" ou même "En attendant passez une bonne St Sylvestre (avec modération), à l'année prochaine", tandis que les messages du mois de mars s'achèvent généralement sur des formules comme "Bon courage pour la fin du parcours", "Bon courage pour terminer le chemin", "Bon courage pour la dernière ligne droite" ou encore "Bonne lecture, bon courage pour ce dernier mois toujours difficile". Enfin, chaque message est signé du prénom et nom du tuteur ou de ses initiales.

54Au contraire, les messages réactifs du tuteur deLinguistique textuelle comme ses messages de consignes ne comportent aucun terme d'adresse, aucune formule finale, ni même aucune signature. Il faut noter que lors de la publication même d'un message, le nom de l'émetteur, la date et l'heure ainsi que la référence du message auquel il répond s'affichent automatiquement.

55Nous constatons donc que les deux tuteurs adoptent deux modes différents d'ouverture et de clôture des messages. Le tuteur de Grammaire de l'oral cherche à personnaliser la relation avec les étudiants (aspect socio-affectif), tandis que le tuteur de Linguistique textuelle se concentre davantage sur le contenu du message (aspect cognitif), utilisant au mieux les ressources offertes par le dispositif technique.

5.3. L'ethos tutoral

56Il apparaît très nettement qu'au cours du discours des différents tuteurs, un personnage se dessine peu à peu, plus distinctement chez le tuteur de Grammaire de l'oral, mais également chez le tuteur deLinguistique textuelle.

5.3.1. Le tuteur de Grammaire de l'oral

57Ainsi, le tuteur de Grammaire de l'oral se caractérise non seulement par un suivi régulier du forum mais aussi par sa rapidité à répondre et à collaborer au forum pédagogique :

Déjà une réponse ! vous m'épatez ! (si je peux me permettre). Pour être rapide... (sans compter le décalage horaire) on devrait prendre exemple... C'est presque de l' "instant messaging" ! (Étudiante A)

Oui, je suis comme cela mais je ne voudrais pas que cela se sache... Ma modestie... (Tuteur)

Et il est VRAIMENT comme cela, rapide et modeste... (Étudiante B)

  • 4  Je suis venu, j´ai vu, j´ai vaincu : formule de César traduisant la rapidité de sa victoire inespé (...)

58Cette notion de rapidité n'apparaît pas seulement à travers le regard que les étudiants peuvent porter sur le tuteur mais est également une image que le tuteur cherche lui-même à donner. Nous remarquons, en effet, que tout au long de l'année, ce tuteur file la métaphore du personnage de Jules César auquel il se compare implicitement : "J'ai vu, j'ai lu" , "j'ai reçu, j'ai vu, j'ai lu et puis j'ai annoté", "J'ai vu, j'ai lu, j'ai même commenté". La référence explicite à la formule Veni, vidi, vici4 assimile ainsi les commentaires de ce tuteur à des succès foudroyants (sur le temps ?, sur les problèmes techniques ?).

59Par ailleurs, ce tuteur cherche à se mettre à parité avec ses étudiants. Il ne se veut pas différent, ni supérieur, il est investi dans une même tâche collective, partage les mêmes impératifs de temps, de difficultés technologiques, tout au long de l'année, il justifie donc ses retards, s'en excuse, s'explique :

Désolé pour la réaction un peu lente à votre travail. J'ai moi-même eu des problèmes de connexions [...] J'essaie de rattrapper mon retard [...].

PS : ce message est prêt à envoyer depuis trois jours! Pannes de courant et interruptions de service de câble combinées ont accru, bien malgré moi, la latence de ma réaction à votre travail. ... Excuses!

60Enfin, ce tuteur n'hésite pas à se fâcher et à rappeler à l'ordre les retardataires qui mettent en péril le travail de tous. Nous pouvons faire l'hypothèse que cette attitude n'est pas sans conséquence dans le cadre d'un suivi à distance où nous savons que les écrits sont publics et que la préservation des faces joue donc un rôle extrêmement important. Comme le souligne en effet Marcoccia, "un énoncé menaçant pour la face d'un des interactants est lisible par tous et potentiellement mis en mémoire" (Marcoccia, 1998 : 17). Il nous apparaît cependant qu'en fait cette posture atrabilaire du tuteur découle légitimement de ce que nous venons de montrer précédemment : le tuteur peut se permettre de se fâcher car il se positionne lui-même comme un sujet à égalité sur le forum. Il joue davantage le rôle du mentor, que du professeur et pour que l'équipe gagne il faut que tous y contribuent de manière égale. Nous relevons donc tout au long de l'année de nombreuses marques de reproche qui ne diminuent pourtant nullement l'activité sur le forum, bien au contraire.

Et bien Anne, il était temps! Ce décalage dans la remise des travaux est très ennuyeux pour les autres. [...] Et malheureusement, vous n'êtes pas la seule à tout retarder.

Mathieu, je vais vous tirer les oreilles! (Ne craignez rien, c'est tout virtuel)

PS : le corpus définitif devrait être mis à disposition d'ici la fin du week end avec les tâches de février. Nous avons accumulé un retard de presque un mois.

Tout dépend de la coopération de vos autres camarades qui pour l'instant ne brillent pas trop par leur présence, ce qui commence à m'irriter très profondément (il s'agit bien sûr d'une confidence que je vous fais, ne le répétez-pas!)

61En outre, ce tuteur joue du caractère écrit de ses messages et de la distance inévitable qui existe entre le tuteur et ses étudiants, pour forcer le personnage qu'il met en scène : nous imaginons mal un enseignant en présentiel face à un groupe d'adultes les menacer de leur "tirer les oreilles". Le dernier exemple montre bien également que le tuteur joue du caractère public du forum. Il fait dans sa dernière parenthèse, une confidence, qui comme un aparté au théâtre, a bien évidemment vocation à être lue et entendue de tous.

62Il a, par ailleurs, recours à l'humour afin de dédramatiser une situation, lorsqu'un blocage technique se produit par exemple : "Allez, j'attends avec impatience la transcription 3 (le retour, comme on dit dans certains films)", "Ah, ces machines! Bravo d'avoir réussi à vous imposer à votre ordinateur. Tout est en ordre", "Après un long corps à corps avec votre document, j'ai réussi à l'ouvrir et j'en ai profité pour y glisser quelques commentaires. Je referme le tout et l'enveloppe de diverses façon ; à vous de trouver la clé pour ouvrir celui qui sera accepté par sa Majesté, votre ordinateur."

5.3.2. Le tuteur de Linguistique textuelle

63En ce qui concerne le tuteur deLinguistique textuelle, nous constatons que l'élaboration du personnage-tuteur se met en place différemment et de manière plus diffuse. Nous avons relevé un message où le tuteur laisse transparaître sa mauvaise humeur :

Et puisque décidément je suis "grincheux" en ce début janvier après le chocolats cette-fois belges de ma belle-fille, j'ajouterai que vos propositions de remédiation de mon texte originel restent "discutables"...

64Par ailleurs, lorsqu'il est question de sa vie privée, nous avons observé que ce tuteur à l'intérieur d'un message avait choisi d'utiliser l'italique, comme pour bien distinguer au sein de son message ce qui relève de la sphère privée :

  • 5  En italique dans le message original du tuteur.

et en plus j'ai juste le temps de mettre mon bermuda car je dois aller prendre le relais de P. T. à Lusaka pour une session de cours de 2 semaines. Je risque donc d'être moins présent sur notre plate-forme Canufle jusqu'au 20 mars5.

65En revanche, toujours dans la perspective de création d'un personnage, nous avons relevé un message qui nous a semblé particulièrement intéressant :

Mon Chanufle ricane devant l'écran et me fait remarquer que c'est plus facile à dire qu'à faire.

Soit! (Ça c'est parce qu'il ne faut jamais le contrarier) [...]

(à suivre : il faut que j'aille faire les courses : la madame à moi, elle m'attend! Nous anacolutherons donc plus tard)

  • 6  Nous avons volontairement conservé la disposition que le tuteur a adoptée.

Quelques instant plus tard6

66Le tuteur dans ce message met en scène l'écriture proprement dite de son message. En effet, alors que la lecture d'un message écrit asynchrone ne laisse normalement pas transparaître les conditions temporelles de l'écriture, le tuteur dans cet exemple les met en évidence au sein de son message, à savoir l'interruption momentanée des courses avec sa femme. Par ailleurs, la création du personnage du Chanufle, sorte de double du tuteur, apparente davantage ce message au genre du fantastique que du message didactique.

67Enfin, l'humour est également très présent au sein des messages du tuteur de Linguistique textuelle et ce dès les titres, comme nous l'avons constaté. Il a notamment recours à l'autodérision. Ainsi au mois de novembre, il intitule un de ses messages : "Ne tirez pas sur les vieux !" et poursuis "... Je suis derrière! ... et c'est pas rigolo! mais moi qui avance dans l'âge je me moque aussi des jeunes!". Par ailleurs, il revendique ce droit à l'humour comme un excellent exutoire : "Obsession : cohésion! Ne le prenez pas mal. C'est déjà pénible de rester assis devant un ordinateur. Et si en plus on ne peut pas plaisanter...", tout en préservant la face de son interlocuteur. Enfin, comme nous l'avons vu dans les consignes, le tuteur de ce cours n'hésite pas à s'exprimer à travers le mode graphique et ce notamment de manière humoristique.

Figure 4 – Dessin humoristique réalisé par le tuteur deLinguistique textuelle.

Figure 4 – Dessin humoristique réalisé par le tuteur deLinguistique textuelle.

68Ainsi, au sein d'un message parfaitement sérieux et organisé en divers points, nous constatons qu'habilement grâce au mode humoristique il établit des ponts entre les différents cours (il fait ici allusion au cours Lettres et arts contemporains).

5.4. Les marques d'encouragement, les appréciations positives et les adoucisseurs

69Nous avons relevé que le tuteur de Grammaire de l'oral fournissait de manière récurrente des marques d'encouragement à ses étudiants. En effet, les marques de modalité appréciative comme "C'est bien", "Bel effort de rattrapage", "Bravo", "Que voilà une belle fiche !", ainsi que les adjectifs qualificatifs évaluatifs attribués au terme "travail" comme "satisfaisant", "conséquent" ou "remarquable" reviennent régulièrement dans son discours.

70Le tuteur de Linguistique textuelle ne manque également jamais l'occasion de souligner la pertinence d'une réflexion ou la rigueur ou la justesse d'une analyse. Nous le notons à travers les exemples suivants : "Votre dernier paragraphe analyse bien la rationalité, la motivation d'un tel écrit", "Analyse bien menée", "C'est bien compris" (qui revient régulièrement), "Bonne analyse", "Votre réflexion est longue et nourrie de réflexions justes. Je n'ai pas grand chose à ajouter à votre contribution qui repère clairement les problèmes posés par ce document.", "Ok, c'est bien compris et tout commentaire de ma part serait superflu", "Très bien". C'est souvent l'opportunité pour ce tuteur de rebondir sur la réflexion d'un étudiant pour venir la compléter et étoffer la réflexion générale.

71Nous remarquons également, et ce souvent après une marque d'encouragement et une valorisation du travail fourni, la présence de divers adoucisseurs, comme des désactualisateurs temporels ou modaux et notamment un usage récurrent du conditionnel, des tournures impersonnelles ou passives, des modalisateurs, des minimisateurs, qui souvent sont combinés les uns avec les autres dans un même énoncé. Nous relevons ainsi comme exemples pour le cours Grammaire de l'oral :

La question qui pourrait se poser est de savoir quels nouveaux critères il faudrait introduire pour actualiser ce tableau.

Pour ce qui est de la tâche 2, il me semble que vous répondez un peu à côté de la question.

5.5. L'incitation à lire les autres

72Comme nous l'avons souligné au cours de l'étude des consignes, les tuteurs des cours Grammaire de l'oral etLinguistique textuelle incitent vivement les étudiants à travailler en groupe, à lire les contributions de leurs camarades et à ne pas canaliser leur énergie sur leur unique production. Au cours des messages réactifs, l'un comme l'autre invitent également très fréquemment les étudiants à lire les travaux de leurs collègues ainsi que les remarques et commentaires qu'ils ont pu faire eux-mêmes sur ces travaux :

Je vous conseille de lire ce que que vos petits camarades ont écrit et éventuellement, pourquoi pas, ce que j'ai répndu. (Grammaire de l'oral)

Comme pour le travail précédent, je ne ferai pas de remarques nouvelles par rapport à ce que j'ai déjà pu écrire à la suite des contributions de vos camarades.Pour relativiser un petit peu votre point de vue sur l'écrit, je vous engage à lire ce qu'a écrit Delphine, juste avant vous sur la page. (Grammaire de l'oral)

je joins ci-dessous votre travail commenté par mes soins. (À lire par tout le monde!) (Grammaire de l'oral)

Je vous conseille de consulter et de réagir aux contributions déjà proposées dans le cadre des activités du mois… (Linguistique textuelle)

Profitez des contributions des autres. (Linguistique textuelle)

5.6. La phrase interrogative au service de la construction de la réflexion

73Les messages réactifs sont des réactions aux contributions postées par les étudiants. Ces derniers après avoir effectué la tâche demandée et l'avoir publiée sur le forum attendent généralement un retour, un commentaire, une correction. Cependant, nous avons constaté que ces tuteurs opéraient davantage selon la maïeutique socratique, en cherchant à susciter l'interrogation chez les étudiants et donc la réflexion et son approfondissement :

Il va falloir réfléchir à ce qualificatif de "soigné" que vous employez pour caractériser vos attitudes à l'écrit (en expression, je suppose plus qu'en lecture ?). S'agit-il réellement d'une volonté de "qualité" ou n'êtes-vous pas, tout simplement, la victime des paramètres de la situation de communication ? Je vous laisse sur cette interrogation. (Grammaire de l'oral)

Autre question, qu'est-ce que ça veut dire "tomber dans un langage parlé", quand on écrit.

[...] Enfin, mais je ne voudrais pas abuser, il serait intéressant que vous réfléchissiez aux raisons qui vous font vous exprimer plus facilement par écrit que par téléphone en matière d'affection à des amis et à de la famille lointaine. J'ai bien une petite idée mais cela ne sert à rien, il vaut mieux que vous trouviez toute seule. (Grammaire de l'oral)

Qu'est-ce que c'est cette notion "d'informalité" ? Ce que j'en dis c'est bien sûr pour vous titiller un peu les méninges. Disons que je fais l'âne pour avoir du son. (Grammaire de l'oral)

Dans votre contribution, il y a de nombreux points. Je vais essayer de les pointer et d'ouvrir le débat, des débats plus précisément. (Linguistique textuelle)

Différé ? Pensez-vous vraiment que l'écrit (plus précisément les écrits) du tableau fonctionne en mode pleinement différé, comme l'écrit des livres ? Et comment s'articulent l'écrit du tableau et le discours dans la classe ? (Linguistique textuelle)

74Nous constatons donc à la lecture des exemples ci-dessus que plutôt que d'apporter une réponse toute faite, les deux tuteurs cherchent à susciter une interrogation chez l'étudiant auquel ils répondent, mais également aux autres étudiants, lecteurs de la réponse, afin de les amener à s'interroger, à réfléchir davantage, à débattre avec l'enseignant mais également entre eux.

6. Conclusions et perspectives

75À partir des diverses observations que nous avons pu faire précédemment, nous pouvons d'ores et déjà affirmer que les modalités du tutorat sur Canufle pour ces deux tuteurs ont été tout d'abord d'établir un lien socio-affectif, puis de chercher à susciter le conflit sociocognitif. C'est ainsi que dans ce nouveau discours pédagogique s'est révélé un nouvel ethos tutoral.

6.1. De l'établissement d'un lien socio-affectif entre tuteurs et étudiants

76Tout d'abord, il apparaît que le tuteur de Grammaire de l'oral dès les consignes cherche à établir le contact avec les étudiants. Dans un cours en présentiel, le travail est rarement donné directement, il est toujours précédé du cours dans lequel forcément une interaction entre les membres a eu lieu et souvent les consignes ont été explicitées. Une publication des consignes sans adresse aux destinataires pourrait apparaître brutale et ce tuteur fait le choix d'accorder toute son importance à ce premier message et de personnaliser le dialogue avec ses étudiants. Cela apparaît également clairement dans les messages réactifs qui respectent un certain code de l'écriture épistolaire avec une adresse au destinataire, une formule finale de politesse et une signature. En outre, le tuteur par la désignation par le prénom et par une formule finale plus personnalisée cherche à resserrer les liens entre lui-même et ses étudiants. Il apparaît donc distinctement que le tuteur de Grammaire de l'oral cherche à établir un lien de confiance avec ses étudiants, lien qui sera en partie la clef de la réussite de l'activité sur le forum.

77Le tuteur deLinguistique textuelle établit peut-être davantage, quant à lui, ce lien de connivence lorsqu'il a recours à l'autodérision, une forme d'humour qui ne présente aucun risque quant à la face des apprenants, ou encore à travers l'usage du mode graphique qui se veut aussi humoristique dans ce cas.

78Par ailleurs, tant le discours des consignes que celui des messages réactifs montrent que les deux tuteurs ont la volonté de faire naître une dynamique de groupe qui doit conduire les étudiants à une réflexion partagée.

6.2. À l'élaboration de la réflexion sociocognitive

79En effet, dès les consignes les deux tuteurs cherchent à générer de l'interactivité, source de réflexion sociocognitive, en invitant notamment les étudiants à travailler ensemble, et il en est de même pour les messages réactifs. Le discours de ces tuteurs cherche clairement à sensibiliser les étudiants quant à l'intérêt même de ce forum. Ils font habilement remarquer qu'il est inutile qu'eux-mêmes se répètent lorsqu'ils ont déjà répondu à une question ou éclairci un point, mais ils insistent surtout sur le fait que les contributions mêmes des autres étudiants sont éminemment utiles à la réflexion de l'ensemble du groupe, voire à la réussite de la tâche collective (tout particulièrement dans le cas du cours Grammaire de l'oral).

80Par ailleurs, afin de faciliter cette interactivité, nous constatons que les deux tuteurs cherchent à protéger la face positive de leurs étudiants et non seulement évitent les FTAs - comme les critiques, les réfutations et les reproches, mais qu'en outre, ils étayent leurs discours de FFAs,la plupart du temps accompagnés d'un intensifieur qui vient renforcer l'acte de langage qu'il s'agisse d'encourager ou de féliciter. En outre, nous avons remarqué que les éventuelles critiques ou remarques que les tuteurs émettaient à l'égard des contributions des étudiants étaient atténuées par des adoucisseurs de FTAs. Il apparaît donc clairement que les tuteurs visent à adoucir le caractère de ces remarques qui pourraient être perçues comme une atteinte à la face positive des étudiants.

81En ce qui concerne le tuteur de Grammaire de l'oral, il a adopté la plupart du temps le modèle de publication imposé par un autre enseignant, à savoir le mode fichier joint. Par conséquent, sur le forum n'apparaît directement que l'appréciation générale du travail qu'il fait, qui comme nous l'avons constaté est a priori positive et encourageante. Les remarques visant à améliorer le travail se trouvent davantage au sein du document qui est joint au message. Ouvrir ce document qui se situe matériellement hors de l'échange à proprement parler est une démarche volontaire des étudiants qui acceptent implicitement ce document comme une correction. La face de l'étudiant concerné n'est donc pas forcément mise en danger, protégée en quelque sorte par cette barrière virtuelle qu'est le fichier joint. Nous nous retrouvons un peu dans le cas d'un cours en présentiel où le message sur le forum serait le commentaire général que fait l'enseignant devant la classe pour chaque copie, les annotations restant au sein de la copie même, le pacte étant que chaque étudiant accepte implicitement de faire circuler sa copie avec les annotations qu'elle comporte. L'humour très présent également et notamment chez le tuteur deLinguistique textuelle peut être aussi considéré comme une forme d'adoucisseur et ce dès le titre du message.

82Enfin, si les phrases interrogatives dans les consignes sont nombreuses, elles le sont également dans les messages réactifs, car nous constatons que les tuteurs cherchent davantage à susciter l'interrogation et le débat tant chez l'étudiant concerné que chez l'ensemble des étudiants. Ils les invitent non seulement à lire les contributions, mais aussi à réagir et n'apportent pas des réponses toutes faites.

6.3. Quel ethos tutoral ?

83Nous constatons que le tuteur de Grammaire de l'oral a opté dès la première page pour une scénographie toute particulière. Ses messages dépassent largement le cadre de la consigne de travail cherchant à toucher par empathie ses étudiants. La mise en scène de son image dans les messages réactifs ne se fait pas non plus de manière anodine et le tuteur vise à annihiler la distance qui peut traditionnellement exister entre l'enseignant et ses étudiants - et a fortiori dans le cadre d'une formation à distance. En parlant de lui, de son vécu du suivi, le tuteur donne ainsi une consistance humaine à un interlocuteur qui n'a pour les étudiants qu'une existence virtuelle. Le "correcteur", celui des cours CNED traditionnels - qui certes n'est pas une personne anonyme, mais lointaine et intangible - devient un être de chair qui sent et vit. Par ailleurs, ce tuteur cherche à se mettre au même niveau que ses étudiants en évoquant des situations personnelles similaires à celles que sont en train de vivre les apprenants comme la surcharge de travail, le retard accumulé au cours du suivi ainsi que les difficultés techniques dans une formation à distance via Internet. Il met également en évidence sa participation active, au même titre que les étudiants, à la tâche du groupe qui consiste à établir un corpus commun. Il en est de même pour le tuteur deLinguistique textuelle, dont l'ethos n'est pas construit au stade du message des consignes mais se révèle peu à peu au sein des messages réactifs et notamment à travers le registre humoristique.

84Cette étude montre donc que ces deux tuteurs ont eu la volonté d'établir un lien socio-affectif et de créer un esprit de groupe, mais aussi de susciter un conflit sociocognitif entre les étudiants. Il apparaît également que, grâce à l'écrit, ils ont construit un personnage qui est devenu le médiateur entre leur statut de professeur et les étudiants, un peu à la manière de ces avatars que certains didacticiels font apparaître sur l'écran, mais avec bien davantage de finesse. Ce nouvel espace discursif engendre donc un nouveau genre d'écrit où le locuteur révèle un ethos différent. Toutefois afin d'affiner et de compléter ces premières remarques, il conviendra d'analyser également les messages récréatifs et de présentation de soi des tuteurs, autres types de messages repérés sur le forum, ainsi que les tâches mensuelles. Il conviendra aussi d'étudier la perception qu'ont les tuteurs eux-mêmes de cette nouvelle pratique et enfin d'effectuer une étude similaire du discours des étudiants afin de voir l'impact du discours tutoral sur les pratiques. Ce sera le moyen de déterminer des constantes afin de définir plus complètement cette fonction encore émergente mais qui dans quelques années sera incontournable dans le monde de l'enseignement.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bibliographie

Bullen, M. (1997). A case study of participation and critical thinking in a university-level course delivered by computer conferencing. Thèse de doctorat non publiée, University of British Columbia.

Celik, C. & Mangenot, F. (2004). "La communication pédagogique par forum : caractéristiques discursives". Les Carnets du Cediscor, 8. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle. pp. 75-88.

Charaudeau, P. & Maingueneau, D. (dir.) (2002). Dictionnaire d'analyse du discours. Paris : Seuil.

Charlier, B., Daele, A., Docq, F., Lebrun, M., Lusalusa, S., Peeters, R., & Deschryver, N. (1999). "Tuteurs en ligne" : quels rôles, quelle formation ? Deuxièmes Entretiens internationaux du CNED sur l'enseignement à distance, Poitiers, décembre 1999. http://www.ipm.ucl.ac.be/articlesetsupportsIPM/tuteurenligne.pdf.

Daele, A. & Docq, F. (2002). "Le tuteur en ligne, quelles conditions d'efficacité dans un dispositif d'apprentissage collaboratif à distance ?". Actes du colloque de l'AIPU, Louvain-la-Neuve, Mai 2002.

Dejean-Thircuir, C. & Mangenot, F. (dir.) (2006). Les échanges en ligne dans l'apprentissage et la formation.Le français dans le monde – Recherches et applications. Paris : CLÉ International.

De Lièvre, B., Depover, C., Quintin, J.J., & Decamps, S. (2002). Les technologies peuvent-elles être la source de pédagogies plus actives ?, Actes du colloque de l'AIPU, Louvain-la-Neuve, Mai 2002. http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/02/96/63/PDF/C009%5B1%5D.pdf

De Lièvre, B., Depover, C., Quintin, J.J., & Decamps, S. (2003). "Les représentations a priori et a posteriori du tutorat à distance". In Desmoulins, C., Marquet, P. & Bouhineau, D. (dir.). EIAH2003 Environnements Informatiques pour l'Apprentissage Humain. Actes de la conférence EIAH 2003, Strasbourg, 15-17 avril 2003. Paris : INRP. pp.115-126. http://archiveseiah.univ-lemans.fr/EIAH2003/Pdf/n014-105.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Denis, B. (2003). "Quels rôles et quelle formation pour les tuteurs intervenant dans des dispositifs de formation à distance". Distances et savoirs, vol. 1, n° 1. Paris : Cned/Lavoisier. pp. 19-46.
DOI : 10.3166/ds.1.19-46

Deschryver, N. (2003). "Le rôle du tutorat". In Charlier, B. & Peraya, D. (dir.) (2003). Technologie et innovation en pédagogie : dispositifs innovants de formation pour l'enseignement supérieur. Bruxelles : De Boeck Université. pp. 149-162.

Develotte, C. (2006). "L'étudiant en autonomie et ses professeurs virtuels : comment se personnalise la relation en ligne ?". Synergies Chili, n° 2. http://eprints.ens-lsh.fr/archive/00000118/

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Develotte, C. & Mangenot, F. (2004). "Tutorat et communauté dans un Campus numérique non collaboratif". Distances et savoirs, vol.2, n° 2-3. Paris : Cned/Lavoisier. pp. 309-333.
DOI : 10.3166/ds.1.309-333

D'Halluin, C. (dir.) (2001). Usages d'un environnement médiatisé pour l'apprentissage coopératif. Les Cahiers d'études du CUEEP, n° 43. Lille : USTL, CUEEP.

Dillenbourg, P., Baker, M., Blaye, A. & O'Malley, C. (1996). "The Evolution of Research on Collaborative Learning ". In Spada, E. & Reiman, P. (dir.). Learning in Humans and Machines: Towards an interdisciplinary learning science. Oxford : Elsevier. pp. 189-211.

Duplàa, E., Galisson, A. & Choplin H. (2003). "Le tutorat à distance existe-t-il ? Propositions pour du tutorat proactif à partir de deux expérimentations de FOAD". In Desmoulins, C., Marquet, P. & Bouhineau, D. (dir.). EIAH2003 Environnements Informatiques pour l'Apprentissage Humain. Actes de la conférence EIAH 2003, Strasbourg, 15-17 avril 2003. Paris : INRP. pp. 477-484. http://archiveseiah.univ-lemans.fr/EIAH2003/Pdf/n047-124.pdf

Glickman, V. (2002). Des cours par correspondance au "e-learning". Paris : Presses Universitaires de France.

Godinet, H. & Caron, C. (2003). "L'accompagnement du processus d'apprentissage dans le Campus Numérique FORSE : modalités et outils". In Desmoulins, C., Marquet, P. & Bouhineau, D. (dir.). EIAH2003 Environnements Informatiques pour l'Apprentissage Humain. Actes de la conférence EIAH 2003, Strasbourg, 15-17 avril 2003. Paris : INRP. pp. 223-234. http://archiveseiah.univ-lemans.fr/EIAH2003/Pdf/n023-32.pdf

Henri, F. & Lundgren-Cayrol, K. (2001). Apprentissage collaboratif à distance. Québec : Presses de l'Université du Québec.

Herring, S.C. (2004). "Computer-Medicated Discourse Analysis: An Approach to Researching Online Behavior". InBarab, S.A., Kling, R., & Gray, J. H. (dir.). Designing for Virtual Communities in the Service of Learning. New York : Cambridge University Press. pp.338-376.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2005). Le discours en interaction. Paris : Armand Colin.

Mangenot, F. (2002). "Communication écrite par forum Internet : un nouveau genre d'écrit universitaire ? ". Enjeux, 54. Namur : Cedocef. pp. 166-182.

Mangenot, F. & Zourou, K. (2007). "Pratiques tutorales correctives via Internet : le cas du français en première ligne". Apprentissage des Langues et Systèmes d'Information et Communication (Alsic), vol. 10, n° 1. pp. 65-99. http://alsic.u-strasbg.fr/v10/mangenot/alsic_v10_07-rec5.htm

Marcoccia, M. (1998). "La normalisation des comportements communicatifs sur Internet : étude sociopragmatique de la netiquette". In Guéguen, N. & Toblin, L. (dir.). Communication, société et Internet. Paris : L'Harmattan. pp. 15-22.

Monahan, B. (2001). "E-tuteurs, comment accompagner les apprenants à distance ? Quelques pistes essentielles". Thot - Nouvelles de la formation à distance. http://thot.cursus.edu/rubrique.asp?no=15976

Haut de page

Notes

1  Explications orales ou écrites adressées à une personne afin de lui indiquer la méthode à suivre, le travail à accomplir. Synonymes : instruction(s), directive(s), ordre(s), prescription(s).

2  Activité 2 du mois de décembre autour des 4 métarègles de cohérence chez Michel Charolles.

3  Il s´agit de commenter le segment “but” dans le curieux titre d´un article de journal : “Barthez-Toldo : un seul but, les éviter.”

4  Je suis venu, j´ai vu, j´ai vaincu : formule de César traduisant la rapidité de sa victoire inespérée près de Zela sur Pharnace II du Pont en – 47.

5  En italique dans le message original du tuteur.

6  Nous avons volontairement conservé la disposition que le tuteur a adoptée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Consigne du mois de novembre du cours Grammaire de l'oral.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 2 – Consigne du mois de novembre du cours Linguistique textuelle.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3 – Dessin réalisé par le tuteur de Linguistique textuelle et publié avec la consigne du mois de décembre.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 – Dessin humoristique réalisé par le tuteur deLinguistique textuelle.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Christelle Celik, « Analyse de pratiques de tutorat dans un campus numérique de maîtrise de français langue étrangère à distance », Alsic [En ligne], Vol. 11, n° 1 | 2008, document alsic_v11_12-rec6, mis en ligne le 16 octobre 2008, Consulté le 30 août 2016. URL : http://alsic.revues.org/833 ; DOI : 10.4000/alsic.833

Haut de page

Auteur

Christelle Celik

Christelle Celik est certifiée de lettres modernes et doctorante en sciences du langage à l'Université Stendhal de Grenoble sous la direction de François Mangenot et Christine Develotte. Elle a enseigné le français langue étrangère (Turquie) puis le français (Brésil). Détachée auprès de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, elle est en poste depuis septembre 2006 à Madagascar. Elle prépare une thèse sur la communication pédagogique entre tuteurs et étudiants en 2004-2005 dans un campus numérique.
Affiliation : Université Stendhal – Grenoble 3, France.
Courriel : christellecelik@hotmail.com
Toile : http://www.lesitedekelebek.com.
Adresse : CFFD, BP 146, 401 Mahajanga, Madagascar.

Haut de page

Date de réception de l'article : 8 janvier 2008 ; date d'acceptation : 6 février 2008.

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page