Navigation – Plan du site
Recherche
alsic_v10_11-rec6

Aide à l'apprentissage du discours oral dans un contexte de communication asynchrone

Help with the learning of spoken discourse in an asynchronous context
John Fynn
p. 101-110

Résumés

Nous avons développé VoiceForum pour résoudre un problème concernant l'aide à apporter aux apprenants engagés dans un travail d'interaction orale en L2. Dans le cadre d'une approche par tâches, facilitée par la tendance actuelle à développer des outils de type collecticiel, nous abordons la problématique de la rétroaction à chaud. Les formateurs sont confrontés au dilemme de savoir s'ils doivent privilégier le sens ou la forme. Nous constatons que privilégier la forme conduit à inhiber fortement les échanges.
Pour contourner cet obstacle, VoiceForum fonctionne en mode asynchrone. Il permet à des apprenants de converser à l'oral en laissant des messages oraux sur un forum. Une autre fonction du logiciel est d'autoriser le tuteur à créer des aides personnalisées sous forme de rétroactions positives ou négatives liées aux messages envoyés. L'intérêt de ces aides, c'est qu'elles sont contextualisées et donc plus pertinentes pour les apprenants. Ces aides demeurent accessibles au sein du forum qui comporte un outil de recherche pour en faciliter la consultation. Nous faisons l'hypothèse que les aides créées constituent ainsi une nouvelle ressource évolutive qui sera plus efficace que la pratique courante de fournir aux participants une liste de rétroactions à la fin d'une séance de discussion.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie des textes du colloque Tidilem, objet d'un numéro spécial d'Alsic.

Texte intégral

1. Introduction

1Nous observons actuellement un engouement dans le monde des environnements d'apprentissage informatisés pour des systèmes permettant la mise en réseau des apprenants. L'Internet et, depuis peu, les réseaux sans fil [Samuels03] ne font qu'encourager le recours à ce type d'approche en cours de langue. Il s'agit d'une pratique qui a le potentiel de gommer la distinction entre l'enseignement en présentiel et l'apprentissage à distance dès lors que la salle de classe est équipée d'ordinateurs (éventuellement portables) connectés à Internet (éventuellement sans fil) et que les mêmes tâches pédagogiques, suivies par un tuteur, peuvent s'accomplir à l'intérieur ou en dehors de la salle de classe. Cette approche par tâches fait la part belle non pas à l'interaction homme-machine mais à l'interaction entre membres d'une communauté d'apprentissage. Elle interpelle les formateurs sur leur rôle de créateurs de cours et d'animateurs-facilitateurs. À ce propos, le rôle d'animateur-facilitateur est bien résumé par Anna Vetter ([Vetter04] : 108) au sujet de l'utilisation de l'environnement Lyceum de l'Open University.

2On pourrait peut-être oser parler d'une évolution du didacticiel vers le collecticiel au fur et à mesure qu'une approche par tâches gagne du terrain dans les environnements informatisés, comme le laisse entendre Hinkelman quand il dit :

Task design changes in a collaborative world. Instead of authoring a text or multi-media presentation, a designer must facilitate a process that involves learner-created texts. This approach is based much on the educational philosophy of social constructivism—that learning happens as we interact with the community around us([Hinkelman04] : 7).

3Le collecticiel offre de nouvelles possibilités pour le tuteur concernant les aides à l'apprentissage mais pose de nouveaux défis que celui-ci devra relever. Nous présentons ici une solution logicielle que nous avons développée dans l'espoir d'ouvrir de nouvelles perspectives d'aide à l'apprenant dans le contexte de l'apprentissage de la langue orale. Ce contexte s'adresse dorénavant à une communauté d'apprentissage et ne se limite donc pas à un groupe d'apprenants en salle multimédia. Nous aborderons d'abord une problématique que partagent tous les formateurs concernés par l'apprentissage de l'expression orale, celle de leurs rétroactions (positives ou négatives) au moment des échanges oraux entre les apprenants. Nous chercherons à réfléchir sur la spécificité de cette aide à la production orale avant de présenter une voie nouvelle visant à contourner l'extraordinaire difficulté de proposer des aides efficaces au moment même des échanges oraux dans une situation de communication authentique. Nous décrirons ensuite les fonctionnalités de notre logiciel VoiceForum en insistant sur les possibilités de créer des aides contextualisées, en se fondant sur les productions orales individuelles des participants. Nous terminerons nos propos en suggérant des pistes pour mieux exploiter les aides produites.

2. Problématique de la rétroaction à chaud dans un travail de groupe

4Dans le cadre d'un enseignement spécifique de la langue orale anglaise dans un environnement multimédia, une problématique centrale est de savoir trouver la meilleure manière d'apporter des aides aux apprenants avant, pendant et après les phases de travail. Du point de vue d'une approche communicative et constructiviste, on cherche à cerner au plus près les besoins des apprenants par rapport à des tâches proposées. De nombreux chercheurs se sont penchés sur le rôle du formateur par rapport à l'approche par tâches, comme par exemple J. Willis [Willis96] qui en propose une méthodologie, ou C. Doughty et M. Long qui en décrivent dix principes méthodologiques [DoughtyLong03]. Les aides fournies en amont par le formateur demandent classiquement une anticipation des besoins langagiers. Celles qui sont fournies en aval découlent de l'observation du formateur et peuvent aider à mieux préparer les aides futures fournies en amont. Vu du côté du formateur, ce cercle vertueux est aussi nécessaire que souhaitable. Lorsqu'il s'agit de l'apprentissage de l'oral avec ses contraintes spécifiques, pourquoi ne pas chercher à créer une boucle aussi enrichissante pour les apprenants que le cercle vertueux qui alimente l'expérience du formateur ?

5Notre point de départ dans cette dialectique est la phase médiane, c'est-à-dire le pendant évoqué plus haut, plutôt que le début ou la fin des processus pédagogiques. La difficulté inhérente à la communication orale d'apporter une aide contextualisée en temps réel présente un défi que chaque formateur essaie de relever à sa manière. Comment aider l'apprenant au moment le plus utile sans prendre le risque de le démotiver ou de casser le moteur de la communication ? Est-il possible de concilier les objectifs de la tâche communicative et ceux de l'enrichissement des moyens linguistiques pour y parvenir ? Faut-il toujours sacrifier la forme en privilégiant le sens ?

6Un de nos collègues, Metz [Metz05] a présenté cette problématique en se référant au septième principe méthodologique ("providing negative feedback") de l'article de Doughty et Long cité plus haut ([DoughtyLong03] : 16). Il voulait tester son hypothèse que des rétroactions négatives données en temps réel étaient plus efficaces que les rétroactions données à la fin de la séance de discussion orale. Il a mené une expérimentation où deux groupes d'étudiants se parlaient au travers de leurs micros-casques dans une salle multimédia. Le premier groupe recevait des rétroactions négatives sous forme de liste donnée en fin de séance tandis que le deuxième groupe recevait les corrections en temps réel, affichées sur leur écran. Un post-test effectué une semaine plus tard avait donné un léger avantage au groupe recevant les corrections en temps réel. On peut noter aussi que les étudiants du deuxième groupe préféraient recevoir de la rétroaction immédiate. L'auteur souligne au passage que la rétroaction négative immédiate était plus facile pour les erreurs de vocabulaire que pour la correction grammaticale, celle-ci étant sortie de son contexte.

7Cette étude, même si elle n'apporte pas de réponse définitive, a le mérite d'attirer l'attention sur un véritable problème. Si la pratique de fournir la rétroaction a posteriori est sans doute la plus courante, on sent bien qu'elle ne donne pas satisfaction. L'idée de fournir une rétroaction immédiate sans perturber l'élan communicatif semble avoir des limites mais constitue une voie digne d'intérêt.

3. Le logiciel VoiceForum, une solution au dilemme sens / forme ?

8Pour notre part, travaillant en milieu informatisé aussi bien en présentiel qu'à distance, nous avons emprunté la technologie de la communication asynchrone pour construire un logiciel (ou collecticiel si nous voulons souligner le fait que VoiceForum est partagé par plusieurs utilisateurs) dont le but premier est de répondre à cette problématique pour un public de niveau intermédiaire ou avancé. Il s'agit d'un forum vocal à double visée, respectant la liberté des participants de poursuivre leurs échanges tout en ménageant une place à part pour les aides et le guidage linguistiques. Le logiciel répond aux attentes du Cadre européen commun de référence pour les langues dans la mesure où il offre une plate-forme d'entraînement à ce qu'on appelle la cinquième compétence, c'est-à-dire celle de l'interaction orale, définie par le Cadre de référence selon les termes suivants :

Dans les activités interactives, l'utilisateur de la langue joue alternativement le rôle du locuteur et de l'auditeur ou destinataire avec un ou plusieurs interlocuteurs afin de construire conjointement un discours conversationnel dont ils négocient le sens suivant un principe de coopération ([ConseildelEurope01] : 60).

9Il est relativement rare pour un apprenant de pouvoir s'entraîner à cette compétence en dehors de séances en présentiel ou dans des sessions synchrones de visio ou d'audioconférence. Il est encore plus rare de pouvoir à la fois préserver un espace d'interaction orale à un groupe d'apprenants sans la contrainte de l'interruption du tuteur, tout en leur proposant en même temps une aide potentielle sur chaque manifestation de leur interaction. Il s'agissait donc pour nous de combler cette lacune afin de contourner la problématique évoquée plus haut.

10Ceux qui ont exercé le rôle d'animateur-facilitateur lors des séances de discussion en langue orale savent qu'ils doivent surtout porter leur attention sur des questions de sens, de contenus au détriment des questions de forme qu'ils devront traiter à un autre moment. Mais lorsqu'ils auront le loisir de traiter de ces questions de forme, la discussion sera terminée (pour ne pas dire rapidement oubliée) et l'urgence ayant disparu, la motivation risquera de disparaître dans une large mesure. Le dilemme sens / forme est donc résolu le plus souvent en faveur du sens. La seule solution pour faire disparaître ce dilemme, pour privilégier à la fois le sens et la forme, c'est d'accepter un glissement du travail synchrone vers des échanges asynchrones.

11Le sixième principe méthodologique présenté par C. Doughty et M. Long dans leur analyse de l'approche par tâches, concerne précisément la focalisation sur la forme ("focus on form"). La meilleure manière, selon ce principe méthodologique, d'arriver à cette focalisation serait de faire en sorte que dans le contexte même de la tâche, on favorise chez l'apprenant l'activité de repérage ("noticing") :

... during an otherwise meaning-focused lesson, and using a variety of pedagogic procedures, learners' attention is briefly shifted to linguistic code features, in context, to induce "noticing"... [DoughtyLong03] : 15).

12Notre logiciel VoiceForum, dont on décrira plus loin le fonctionnement, n'est pas seulement une plate-forme d'échanges oraux mais aussi et surtout un dispositif permettant de combiner la libre conduite de tâches par les apprenants et une focalisation discrète mais efficace sur les problèmes de forme qu'ils peuvent rencontrer. Cette focalisation, se présentant sous forme d'aides, se veut efficace pour la raison suivante : la fonction de création d'aides proposée par le logiciel fait que chaque aide produite est obligatoirement contextualisée. Ces aides contextualisées se fondent donc sur les besoins propres de l'apprenant et correspondraient vraisemblablement à une pertinence psycholinguistique d'après les termes employés par Doughty et Long : "focus on form... to be psycholinguistically relevant... should be employed only when a learner need arises..." ([DoughtyLong03] : 15). En situation d'interaction lors du travail en présentiel, les auteurs expliquent que la reformulation ("recasting") représente une stratégie évidente pour le formateur. VoiceForum permet facilement d'effectuer ces reformulations, mais elles sont fournies de manière asynchrone. Pour Doughty et Long, la reformulation pourrait ne pas être la meilleure stratégie dans un dispositif asynchrone. Dans une discussion sur la reformulation comme forme idéale, bien souvent, de rétroaction négative, ils soulignent le caractère critique du choix du moment de la reformulation. L'apprenant doit être en mesure de comparer l'information contenue dans la rétroaction avec sa propre production qui vient de la précéder.

Providing negative feedback poses the greatest challenge in distance foreign language education, principally due to the well established fact that effectiveness tends to diminish as distance between triggering event and feedback increases...
The psycholinguistic mechanism by which they are believed to work depends upon the juxtaposition of the learner utterance and the recast. It is claimed that learners have sufficient working memory to hold both utterances, thereby enabling the comparison to take place ([DoughtyLong03] : 16).

13Il est clair que classiquement en travail asynchrone, faire de la reformulation par rapport aux productions des apprenants et de surcroît en interaction orale, c'est renoncer à l'efficacité du mécanisme psycholinguistique évoqué par Doughty et Long pour lequel la fenêtre d'opportunité temporelle reste bien petite. VoiceForum tente de relever ce défi en créant une plate-forme à deux faces : face apprenant et face tuteur. Sur la face supérieure (ou face apprenant), elle crée les conditions pour un travail interactif à l'oral, en mode asynchrone, entre un groupe d'apprenants tandis que sur l'autre face (ou face tuteur), elle donne la possibilité d'associer une (ou plusieurs) aide(s) contextualisée(s) à chaque tour de parole enregistré. En réécoutant sa production, l'apprenant a la possibilité d'écouter et/ou de voir, au prochain clic de la souris, la reformulation ou commentaire du tuteur. Il est permis peut-être de penser que cela pourra changer la donne concernant le recours à la reformulation en travail asynchrone et en apprentissage à distance.

14VoiceForum est une tentative de réponse à deux problèmes. Le premier est celui de la rétroaction contextualisée en cours de langue orale et le second relève de la difficulté de proposer la cinquième compétence dans un dispositif d'apprentissage à distance. En s'attaquant à ce double problème, nous arrivons souvent dans la pratique à construire un continuum entre le présentiel et l'apprentissage à distance. Un même forum vocal, mis en place pour traiter le premier problème en présentiel dans une salle multimédia se prolonge dans le temps et dans l'espace lorsque les membres de la communauté d'apprentissage (apprenants + tuteur) disposent depuis une autre salle ou depuis leur domicile, en se connectant sur Internet, des mêmes outils qu'ils ont utilisés en cours. Les interactions peuvent se faire en temps quasi-réel et/ou en temps vraiment différé. Cela est vrai non seulement pour les interactions entre apprenants mais aussi pour le tuteur qui a tout loisir de revenir sur tel ou tel élément d'interaction pour apporter une première aide ou l'enrichir avec un nouvel apport. Dans la description qui suit sur les possibilités de VoiceForum, nous aborderons d'abord l'utilisation côté apprenant (la face supérieure mentionnée plus haut) avant de nous attarder sur les différentes fonctionnalités à la disposition du tuteur pour son guidage linguistique (la face tuteur du logiciel).

4. Description du fonctionnement de VoiceForum

15La tâche communicative étant préparée et lancée, les participants sont présents en même temps en salle multimédia ou à distance devant leurs ordinateurs selon leurs disponibilités horaires individuelles. Grâce au logiciel, accessible par le navigateur Internet, ils se parlent en s'enregistrant au préalable, chacun sur sa machine. Un bref titre tapé au clavier, accompagné éventuellement par un court message écrit, permet d'étiqueter l'enregistrement audio envoyé par le participant au serveur de forum qui affiche le sujet du message sur la liste.

Figure 1 – Consultation de la liste des messages du forum vocal.

Figure 1 – Consultation de la liste des messages du forum vocal.

16Grâce à un modèle de forum en arborescence, et non pas sous forme de liste avec un alignement à gauche, chaque participant peut envoyer un message soit pour annoncer un nouveau sujet (le message sera aligné à gauche) soit pour répondre librement à tel ou tel message présent sur la liste (le nouveau message sera affiché en dessous du message auquel on aura répondu avec un léger décalage sur la droite). De cette façon, on pourra répondre à la réponse et ainsi de suite. Comme on peut le constater sur la figure 1, cette fonctionnalité permet d'afficher les interrelations entre les messages, créant les conditions d'un échange oralvéritable s'approchant d'une conversation virtuelle mais en mode asynchrone. Chacun peut ainsi cibler ses interlocuteurs et/ou les aspects du sujet débattu. Pour annoncer un nouveau sujet, le participant choisit l'option "Nouveau message". Pour répondre à un autre participant, il a accès à l'option "Répondre" sur la page de consultation du message en dessous du lecteur du message sonore (voir Fig. 2). Ces deux options font apparaître la page de saisie du message textuel et les fonctions d'enregistrement et d'envoi d'un fichier audio vers le serveur du forum. Un forum donné peut être consulté sur Internet, ce qui tend à donner une finalité plus concrète au travail des participants favorisant ainsi leur motivation. Pour créer des messages sur le forum et avoir accès à la partie pédagogique, il faut bien évidemment être inscrit au forum et disposer d'un login et d'un mot de passe. Nous verrons plus loin que la disponibilité même d'un produit, représentant un travail accompli qui est en outre doté d'un dispositif pédagogique, va créer une ressource d'aide future pour les apprenants concernés.

17La présence d'une petite icône représentant un haut-parleur placé juste devant le message indique la présence d'un message audio. Cette icône ne s'affichera pas dans le cas d'un message purement textuel. Pour voir et entendre un message donné, il suffit de cliquer sur son titre. Un autre lien, toujours visible, permet d'actualiser la liste des messages et faire apparaître toute communication nouvelle. À ce niveau, et contrairement à un forum traditionnel où le tuteur intervient dans le même espace que les autres participants, le dialogue entre les apprenants se développe sans la présence apparente du tuteur, présence qui peut être dans certains cas un facteur inhibant. Comme on le verra dans ce qui suit, le tuteur a pourtant son rôle à jouer. Nous allons donc aborder maintenant VoiceForum sous l'angle pédagogique.

Figure 2 – Consultation d'un message avec le commentaire du tuteur.

Figure 2 – Consultation d'un message avec le commentaire du tuteur.

18Sur la liste des messages, on peut noter la présence d'une deuxième icône, la lettre T en vert sur un fond jaune. Cette icône (ou ces icônes car il peut y en avoir plusieurs pour un même message) signale la présence d'un (ou plusieurs) commentaire(s) du ou des tuteur(s). À condition d'être inscrit dans le forum, un participant, lorsqu'il consultera un message suivi de l'icône "T", aura accès au commentaire du tuteur. Il suffira alors de cliquer une deuxième fois sur le titre de ce commentaire pour avoir accès au commentaire proposé, qu'il soit sonore, textuel, voire multimédia.

Figure 3 – Création d'une aide linguistique par le tuteur.

Figure 3 – Création d'une aide linguistique par le tuteur.

19Ce commentaire ne peut être réalisé que par un tuteur avec des droits spécifiques. Cela se concrétise par la présence d'options supplémentaires conçues pour élargir les possibilités techniques de suivi général et de guidage linguistique que nous tenterons d'énumérer ci-dessous.

  1. Envoi d'un message sonore. Cette possibilité peut être utilisée, le cas échéant, de façon imaginative. Pour attirer l'attention de l'apprenant sur un problème de prononciation, par exemple, on peut utiliser certaines techniques (couper-coller audio, entre autres) pour lui offrir un segment audio comparatif en faisant suivre sa propre erreur par un modèle correct.

  2. Envoi d'un message texte. Comme pour le message sonore, le tuteur répond à l'apprenant non pas en répondant au message comme le ferait un autre participant mais en choisissant l'option "Corriger". En se servant du mini traitement de texte intégré, il peut formater le texte en utilisant les caractères barrés pour mieux souligner une mauvaise formulation, par exemple ou insérer un hyperlien vers une autre ressource d'aide (exercice de remédiation, par exemple).

  3. Correction d'une erreur directement. Le tuteur utilisera cette option s'il souhaite corriger une erreur dans le titre ou dans le message textuel. Il est prévu aussi la possibilité de remplacer un enregistrement audio par un autre. Cela permet au tuteur de faire refaire un enregistrement par un apprenant voire d'en modifier le contenu lui-même en se servant d'un logiciel de montage audio.

  4. Suppression d'un message sur la liste. Le tuteur a aussi le rôle de modérateur du forum. Il doit donc disposer de ce moyen pour pouvoir supprimer une intervention accidentelle ou indésirable. L'utilisation de cette fonction, cependant, entraîne automatiquement la suppression de toutes les éventuelles répliques sur cette branche de la conversation afin de préserver la cohérence de la conversation dans son ensemble.

20La véritable originalité de ce forum vocal est d'offrir la possibilité de créer un espace pédagogique accessible par un hyperlien discrètement positionné au sein de l'espace réservé à la consultation d'un message (voir Fig. 2 le lien "pronunciation point"). Ainsi le formateur est libre de construire son aide pédagogique (oralement et/ou par écrit) selon le contexte et le contenu de chaque message individuel émis par les participants sans s'interposer entre les participants. Le logiciel autorise même plusieurs interventions pédagogiques, le cas échéant, sur un même message. Une icône (ou plusieurs) à côté d'un message indique la présence de cette aide (ou ces aides) pédagogique(s).

21À un premier niveau, on utilisera le forum pour écouter et intervenir dans la conversation orale tandis qu'à un deuxième niveau, l'aide fournie par le formateur permettra aux participants de prendre conscience de leurs erreurs par des rétroactions négatives, ou de trouver une inspiration ou un encouragement grâce à des rétroactions positives. Le formateur est libre, bien sûr, de construire ses aides selon sa propre approche pédagogique. Son aide, par exemple, peut inclure des reformulations d'éléments de phrase par la technique du copier-coller audio afin d'offrir une aide audio comparative. Elle pourrait même contenir des hyperliens vers d'autres ressources.

22En comparant ce type d'aide à celle que l'on propose à la fin d'une discussion en présentiel, on pourrait penser à première vue qu'il n'y a pas beaucoup de différences compte tenu du fait que les aides de VoiceForum sont établies et consultées a posteriori. À cela deux réponses. Premièrement, un apprenant peut très bien consulter une aide proposée pendant le déroulement de la conversation virtuelle, à plus forte raison si la discussion se prolonge dans le temps. Cette aide pourra même très bien lui servir pour mieux réussir une interaction prochaine dans la discussion. La deuxième réponse, c'est que VoiceForum fige en quelque sorte la conversation en le transformant en véritable enregistrement indexé et commenté. L'hypothèse que nous faisons, c'est que chaque fois qu'un apprenant écoute un de ses messages, il revit le contexte de cette interaction qu'il a provoquée, qui constitue un moment socio-affectif de la discussion à laquelle il a participé. Lorsqu'il consulte, dans la prolongation de cette écoute, l'aide contextualisée du tuteur, la juxtaposition production de l'apprenant – aide du tuteur peut se produire, donnant ainsi au moteur psycholinguistique dont nous avions parlé, sa chance de jouer pleinement son rôle.

23Les forums vocaux auxquels les apprenants ont participé restent consultables aussi longtemps que le souhaitent le tuteur et l'administrateur du site qui les hébergent. À partir de là, un apprenant peut consulter les aides qui l'intéressent aussi souvent qu'il le souhaite. VoiceForum comporte une fonction de recherche qui permet d'afficher toutes les contributions d'un utilisateur donné facilitant la consultation directe des rétroactions le concernant spécifiquement. On voit par là que ce dispositif d'aide prend des allures de ressource évolutive ciblée sur l'apprenant et qu'il est susceptible d'avoir impact plus grand qu'un simple relevé de corrections fourni dans une séance traditionnelle.

5. Conclusion

24Ces aides, puisqu'elles sont forcément contextualisées et fabriquées sur mesure, répondent à des besoins langagiers constatés a posteriori. Mais puisqu'elles sont accessibles aux participants pendant toute la vie du forum, elles se distinguent par leur caractère non éphémère (contrairement à ce qui se passe lors des échanges en face à face) et constituent ainsi une ressource en soi. Chacun peut revisiter librement ces aides concernant son propre travail ou celui de ses collègues et en faire un objet pédagogique utile pour l'avenir.

25Si l'hypothèse de l'efficacité de cette approche était confirmée, il serait utile de rechercher des moyens pour rendre la création d'aides plus facile afin d'accroître la productivité du tuteur. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on retrouve souvent les mêmes problèmes. Un travail de recensement et de typologie pourrait aboutir à la création d'une banque d'aides. Pour une proportion non négligeable de ses commentaires, le tuteur pourrait alors rechercher l'aide appropriée dans la base et la personnaliser selon le contexte précis. L'existence d'une deuxième base contenant des ressources et exercices de remédiation permettrait au tuteur d'étoffer ses commentaires lorsqu'il en éprouve le besoin. Cette façon d'envisager l'aide nous semble conforme à l'esprit et aux ambitions de la pédagogie par tâches.

26VoiceForum, actuellement en phase d'expérimentation, propose, selon nous, une possibilité intéressante de solution au dilemme sens/forme dans la construction d'aides à l'apprentissage de la production orale. À l'instar de ce qui a toujours été possible pour l'écrit, on perçoit la possibilité maintenant de créer un cercle vertueux pour l'apprenant en faisant en sorte que l'aide proposée a posteriori, qui garde, malgré tout, son statut d'aide fournie pendant l'acte communicatif, puisse devenir une aide possible en amont d'un nouvel acte communicatif à l'oral. Cet outil pourrait, selon nous, ouvrir un nouveau champ à la recherche pour la validation de certaines techniques d'aide par rapport à d'autres.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Bibliographie

[ConseildelEurope01]
Conseil de l'Europe (2001). Cadre européen commun de références pour les langues, Paris : Didier. http://www.coe.int/T/DG4/Portfolio/documents/cadrecommun.pdf

[DoughtyLong03]
Doughty, C. & Long, M. (2003). "Optimal Psycholinguistic Environments for Distance Foreign Language Learning". Language Learning & Technology, vol. 7, n° 3, septembre 2003. pp. 50-80. http://llt.msu.edu/vol7num3/doughty/

[Hinkelman04]
Hinkelman, D. (2004). "EML and implications for task design in blended L2 environments". In PacCALL 2004 Online Conference Proceedings. http://www.paccall.org/2004/2004proceedings_papers/hinkelman1.pdf

[Metz05]
Metz, K. (2005). "Comparaison du feedback dans un environnement multimédia". In Usages des Nouvelles Technologies et Enseignement des Langues Etrangères (Untele). Support CDROM du Colloque Untele de mars 2005.

[Samuels03]
Samuels, J. (2003). "Wireless and handheld devices for language learning". In Proceedings of the 19th Annual Conference on Distance Teaching and Learning, Madison, WI. http:// www.uwex.edu/disted/conference/Resource_library/proceedings/03_50.pdf

[Vetter04]
Vetter, A. (2004). "Les spécificités du tutorat à distance à l'Open University : enseigner les langues avec Lyceum". Alsic (Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication), vol. 7, n° 1, novembre. pp. 107-129. http://alsic.u-strasbg.fr/v07/vetter/alsic_v07_06-pra2.htm

[Willis96]
Willis, J. (1996). A Framework for Task-based Learning. London : Longman.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Consultation de la liste des messages du forum vocal.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2 – Consultation d'un message avec le commentaire du tuteur.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 – Création d'une aide linguistique par le tuteur.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence

John Fynn, « Aide à l'apprentissage du discours oral dans un contexte de communication asynchrone », Alsic [En ligne], Vol. 10, n° 1 | 2007, document alsic_v10_11-rec6, mis en ligne le 15 novembre 2007, Consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsic.revues.org/586 ; DOI : 10.4000/alsic.586

Haut de page

Auteur

John Fynn

John Fynn est Maître de conférences à l'université Blaise Pascal, Clermont 2 et responsable d'un espace langue qu'il a créé en 1991 autour d'un laboratoire multimédia entièrement numérisé, spécialement conçu pour répondre aux besoins des étudiants en anglais langue orale. Son concept pédagogique de "laboratoire communicant" a reçu le Label européen des langues 2003, décerné par la Commission Européenne.
Affiliation : UFR LACC, université Blaise Pascal - Clermont 2, France.
Courriel : john.fynn@univ-bpclermont.fr.
Toile : http://englishlab.univ-bpclermont.fr.
Adresse : UFR Langues Appliquées, Commerce et Communication, université Blaise Pascal – Clermont 2, 34 avenue Carnot, 63000 Clermont-Ferrand, France.

Haut de page

Date de réception : 21 septembre 2006 ; date d'acceptation : 20 avril 2007.

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page