Navigation – Plan du site
Points de vue, échanges

Les Tice et l'enseignement-apprentissage du FLE en milieu exolingue : les pratiques dans un département de français en Chine

Yanyan Cao

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

L'auteure tient à remercier les enseignants et étudiants qui ont participé à l'enquête ainsi qu'aux entretiens.

Cet article a été réalisé grâce au soutien du projet de recherche de l'université du Shandong 2014HW014.

1. Introduction

1Depuis une quinzaine d'années, l'usage des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement (Tice) du français langue étrangère (FLE), fait l'objet de nombreuses études expérimentales et réflexions théoriques en Chine. Parmi ces travaux, on trouve des expérimentations menées par des enseignants (Cong, 2011 ; Gao, 2011 ; Wang & Zhang, 2011 ; Zhao, 2011), des publications visant l'introduction des théories occidentales en Chine (Su & Zhuang, 2013), des analyses sur les apports des Tice et les éventuels problèmes liés à leur utilisation en cours (Liu, 2011 ; Peng, 2011 ; Tian, 2011 ; Wang H.-Zh., 2011 ; Wang K., 2011 ; Xu, 2011), ainsi que des écrits qui retracent l'évolution des Tice dans l'enseignement-apprentissage des langues (Liu & Zhang, 2011).

  • 1 L'enquête a été réalisée, en mars 2014, auprès des dix enseignants du département en question et de (...)

2Au-delà d'une diversité des sujets de réflexion, la plupart de ces travaux révèlent une méthodologie répétitive et une approche centrée sur les technologies per se. Les usagers (enseignants et apprenants) tout comme leurs pratiques, sont rarement mis au cœur de la recherche. C'est précisément l'objectif du présent article qui, en prenant appui sur une enquête1 réalisée dans un département de français (plus précisément au sein de la formation universitaire "français comme spécialité disciplinaire"), propose, d'une part, un état des lieux de l'utilisation des Tice dans l'enseignement-apprentissage du FLE en contexte institutionnel chinois, et, d'autre part, une réflexion sur les pratiques d'enseignement-apprentissage constatées. Après une brève présentation de l'établissement, des équipements disponibles ainsi que de leur(s) usage(s) réel(s), nous discuterons des facteurs exerçant une influence sur l'usage (ou les usages) des Tice et des pistes à exploiter en vue d'en améliorer l'utilisation.

2. Le contexte

2.1. Le département de français de l'université du Shandong

  • 2 Le département prend également en charge les cours de français deuxième langue étrangère auprès des (...)
  • 3 Certains étudiants n'avaient pas choisi le français, mais y ont été placés par mesure de réajusteme (...)

3Le département de français où l'enquête a été menée existe depuis vingt ans et une certaine continuité sous-tend son fonctionnement. Il propose principalement une formation de français à titre de spécialité disciplinaire qui se déroule sur quatre ans2. Dans ce cadre, une trentaine d'étudiants majoritairement débutants sont recrutés chaque année sur la base du concours national d'entrée à l'enseignement supérieur chinois. Les étudiants, une fois placés dans le département3, suivent nécessairement la formation. Pour assurer les missions pédagogiques, le département fait appel à neuf enseignants chinois et un lecteur français, parmi lesquels cinq sont titulaires d'un master ou d'un doctorat dans le domaine du FLE. Les cours sont dispensés en présentiel.

2.2. La politique éducative

4Comme son intitulé l'indique, la formation de français à titre de spécialité disciplinaire a pour but de former des spécialistes de français. Elle s'organise en deux cycles de deux ans. Le 1er cycle, appelé également cycle "de base" (Fu, 2005 : 33), est centré sur l'enseignement-apprentissage des compétences linguistiques. Le second, dit aussi cycle "de perfectionnement" (Fu, 2005 : 33), vise à :

approfondir l'étude du français dans sa description linguistique, sa stylistique, la lecture de la presse écrite, la littérature classique et contemporaine française, la civilisation et la culture françaises et francophones, la traduction et l'interprétariat (Fu, 2005 : 33-34).

  • 4 Le premier programme consacre le 7ème principe pédagogique à l'"Exploitation des moyens pédagogique (...)

5Dans le cadre de la formation, les services compétents manifestent une forte volonté de vulgariser les Tice, ce qui se traduit par des efforts matériels et des mesures incitatives à l'utilisation de celles-ci dans l'enseignement-apprentissage. Ces mesures semblent, à l'heure actuelle, tournées essentiellement vers les enseignants et l'enseignement, et relever davantage de la vulgarisation que de la qualité de l'utilisation. Au niveau national, le Programme didactique national du français langue étrangère du premier cycle et le Programme didactique national du français langue étrangère du cycle de perfectionnement que la formation de français à titre de spécialité disciplinaire suit, recommande, d'une manière plus ou moins explicite4, l'emploi des Tice dans l'enseignement. L'université du Shandong encourage également les enseignants à utiliser les Tice de manière variée, et ce pour bénéficier des apports des Tice mais aussi pour afficher la modernisation de l'établissement. À titre d'exemple, l'emploi du vidéoprojecteur, assimilé à la modernisation pédagogique et à l'investissement de l'enseignant, est mis en avant. Le département de français ne donne, en revanche, aucun conseil complémentaire sur l'utilisation des Tice. L'absence de mentions explicites en matière d'utilisation des Tice pourrait être associée à la difficulté, voire l'impossibilité, d'établir un guide concret et cohérent en réponse aux spécificités des situations d'enseignement.

2.3. La place de la recherche

6L'établissement accorde une place primordiale à la recherche. Le nombre de publications dans les revues scientifiques classées demeure le critère déterminant lors de l'évaluation et la promotion des enseignants. Cette mesure semble être à double tranchant. En effet, afin de réaliser les objectifs en recherche fixés par l'université, certains enseignants se sont tournés vers la littérature, la philosophie, la communication ou la sinologie, compte tenu du fait que le français est souvent considéré comme une matière "marginale" en Chine. Ces réorientations apportent certes une ouverture pour le département de français, mais elles risquent de réduire l'intérêt et l'énergie que les enseignants consacrent à l'enseignement du français.

2.4. L'équipement numérique et les usages

7L'université du Shandong dispose d'équipements servant à l'ensemble des disciplines (système de vidéoprojection dans toutes les salles de cours) et d'installations spécifiques à l'apprentissage des langues (cinq laboratoires de langues multimédia et une salle d'entraînement à l'interprétariat pouvant accueillir chacun 42 étudiants). En dehors de ces équipements, les enseignants et étudiants acquièrent par leurs propres moyens les matériels nécessaires au travail personnel : ordinateur fixe ou portable, smartphone, dictionnaire électronique, baladeur MP3 / MP4, etc.

8L'enquête et l'entretien auprès des enseignants et étudiants ainsi que l'observation des cours font ressortir une utilisation des technologies relativement importante, principalement pour enrichir ou améliorer un enseignement-apprentissage dans l'ensemble traditionnel. Les équipements qui sont les plus mentionnés par les enseignants et les étudiants sont le système de vidéoprojection dans les salles de cours. Des installations destinées à l'enseignement-apprentissage des langues, notamment la salle d'entraînement à la traduction simultanée, sont, elles, fréquemment ignorées, ce qui reflète probablement la non-exploitation de certains équipements au sein du département.

9Les enseignants s'affichent consommateurs de Tice à tous les stades pédagogiques et une diversité importante se dessine au niveau des pratiques concrètes en cours. Toutefois, dans l'ensemble, les usages des Tice révèlent non pas une évolution collective et unifiée, mais plutôt une simple juxtaposition de pratiques relevant d'approches didactiques différentes, et plus précisément un éclectisme non raisonné marqué par une forte domination de la logique transmissive.

10Le recours aux Tice par les enseignants se centre sur les technologies de "gestion de la classe" et "de diffusion" au sens entendu par Guichon (2012 : 43), avec pour objectif principal d'expliquer la grammaire et le lexique de manière ludique. Une enseignante a même qualifié le système de vidéoprojection de "remplaçant du tableau noir". Dans ce cadre-là, il s'agit bel et bien "d'améliorer la qualité de l'expérience étudiante, mais pas de remettre en question les curriculums ni les contenus des programmes" (Endrizzi, 2012 : 6). Les Tice semblent alors jouer un rôle de complément ou d'"adjuvant" (Endrizzi, 2012 : 6) et les pratiques correspondent au modèle de "complémentarité" évoqué par Puren (2001 : 4).

11En parallèle, l'emploi massif des ressources audio et vidéo dans les cours de français audiovisuel et d'interprétation relève du modèle d'"intégration" (Puren, 2001 : 6). Ce modèle reste, cependant, loin derrière celui de "complémentarité", en termes d'ampleur. Dans les cours de spécialisation du cycle de perfectionnement, émergent l'introduction de documents authentiques (émissions de radio ou de télévision, articles de journaux ou de revues) récupérés sur Internet et l'exploitation de ressources en ligne en vue de résoudre un problème. Ces pratiques, s'inscrivant dans une approche actionnelle, constituent une solution à l'éloignement du contexte linguistique naturel, en confrontant les étudiants à un français authentique et en les invitant à agir et interagir avec l'environnement. Elles restent cependant marginales par rapport à l'ensemble des usages des Tice.

12On constate également que les étudiants bénéficient avant tout des apports des Tice mobilisées par les enseignants, et sont exposés aux pratiques didactiques adoptées par ces derniers. Ils apprécient la diversité des ressources et le système de projection pour sa lisibilité. Quant à leur propre utilisation des Tice, elle s'inscrit, dans la majorité des cas, dans une logique d'acquisition de connaissances linguistiques et de réception des données. La communication, notamment l'interaction, est réduite au minimum.

13L'objectif premier des usages des Tice par les étudiants est la recherche de la signification des mots inconnus grâce au dictionnaire électronique, au smartphone, à l'ordinateur, et ceci se vérifie sur les trois années. Cet usage s'accorde avec les comportements dominants des enseignants : explication métalinguistique du lexique et de la grammaire. Ensuite viennent la recherche de ressources diverses, l'écoute de documents audio et le visionnage de films francophones, la sauvegarde des contenus de cours et les devoirs.

14Les sites Internet et les logiciels utilisés par les étudiants s'accordent avec leurs objectifs en termes de mobilisation des Tice. En effet, un site de dictionnaire en ligne (http://www.frdic.com/​) est évoqué par la moitié des étudiants (51 %). Un site qui propose des ressources d'apprentissage du français de toutes sortes (http://fr.hujiang.com/​) arrive en deuxième position avec un peu moins de la moitié des étudiants (46 %). Sont également mentionnés un site de ressources audio et une application sur smartphone (http://ting.frdic.com/​ting/​). En revanche, les sites rédigés en français5 sont peu cités, par seulement 20 % des étudiants.

15Ainsi, le passage du tableau noir au vidéoprojecteur ou du dictionnaire papier au dictionnaire électronique traduit certainement "une évolution liée aux mutations techniques" (Crinon, 2013 : 5), mais il ne signifie pas pour autant un changement majeur dans les pratiques d'enseignement-apprentissage. L'utilisation des Tice est loin d'atteindre un stade de maturation, car les multiples potentialités qu'offrent les Tice ne sont pas pleinement exploitées, comme le rapprochement, malgré la distance géographique, entre le contexte exolingue et l'environnement francophone authentique.

3. Analyse

16Les principaux facteurs qui ont conduit à de tels usages des Tice peuvent être répertoriés comme étant d'ordre méthodologique, humain et logistique.

3.1. Facteurs méthodologiques

17L'utilisation des Tice est déterminée par les méthodologies d'enseignement-apprentissage adoptées. À l'heure actuelle, l'enseignement du FLE en Chine se trouve au "stade du bricolage" (Hu, 2011 : 122). Fortement influencée par la méthodologie de l'enseignement-apprentissage scolaire des L2 dans l'ex-Union soviétique (Besse, 2011 ; Fu, 2005), la conception dominante de l'enseignement-apprentissage du FLE en Chine se caractérise par la transmission des connaissances linguistiques. La mémorisation des règles grammaticales et du lexique demeure une préoccupation majeure des enseignants et étudiants de FLE en Chine.

18Deux éléments, l'évaluation et les manuels, traduisent cette méthodologie à dominante traditionnelle et la renforcent. L'enseignement du français dans l'établissement concerné est orienté vers la réussite des étudiants aux tests nationaux. Ces tests à dominante traditionnelle déterminent directement la modalité de cours : du choix des manuels jusqu'à l'organisation des activités pédagogiques. Les cours, organisés autour des manuels choisis, sont fortement conditionnés par des méthodologies introduites dans les manuels. Parmi les manuels de FLE choisis, ceux édités en Chine présentent encore du retard dans le domaine de l'intégration du numérique, et les manuels édités en France sont souvent détournés à des fins traditionnelles.

19La méthodologie dominante d'enseignement-apprentissage du FLE décrite ci-dessus explique bel et bien, d'une part, la mobilisation des Tice par les enseignants, centrée sur la transmission des connaissances linguistiques, et, d'autre part, la mobilisation des Tice par les étudiants, centrée sur l'étude du lexique. Elle ne permet alors pas une approche globale de la langue, et n'incite donc pas les étudiants à saisir la langue dans sa totalité ni à exploiter les potentialités des Tice à cet effet.

20Parallèlement à ces comportements dictés par la méthodologie d'enseignement-apprentissage traditionnelle, des enseignants convaincus par les approches communicative et actionnelle, mobilisent les Tice au service de leurs pratiques didactiques. Ces usages relèvent d'expériences isolées et s'avèrent peu nombreux par rapport à l'ensemble des comportements.

21Ces usages de différentes natures, répondant chacun à la volonté de l'enseignant en question et mis au service des éléments de la langue pris isolément, ne constituent pas un système cohérent.

3.2. Facteurs humains

22La prise de décision concernant l'utilisation des Tice dans l'enseignement-apprentissage du FLE est conditionnée par divers facteurs humains, comme les connaissances techniques dont les acteurs disposent, leurs motivations, etc.

23Le phénomène d'éclectisme s'explique par l'absence de modèle concret et cohérent en matière d'utilisation des Tice dans l'enseignement-apprentissage du FLE. En raison du "manque d'enseignants chercheurs au sens strict du terme" et de "la pénurie de publications universitaires touchant à la véritable problématique de la didactique des langues" (Fu, 2007 : 82), les travaux réalisés dans ce domaine par les universitaires chinois s'avèrent relativement répétitifs et prennent souvent la forme de présentations théoriques et d'analyses d'apports et de faiblesses. Ils ne peuvent donc pas servir directement de guide explicite. Certains articles traduisent même une certaine réticence, voire résistance à l'égard des Tice (Wang, Ch.-H., 2011).

24De plus, le sentiment d'insécurité technique, dû à une connaissance souvent insuffisante des fonctionnalités des outils, pourrait expliquer en partie la réticence envers les Tice. Ceci ressort dans l'enquête : trois enseignants réclament des formations sur l'utilisation des Tice et un enseignant souhaite des équipements plus faciles à manipuler. Ajoutons à cela le manque de travail en équipe, qui est à l'origine d'un sentiment d'isolement, et qui accentue le découragement des enseignants à l'égard des Tice.

25On remarque que les comportements des enseignants envers l'usage des Tice s'inscrivent dans un environnement contradictoire. En effet, avec un système d'évaluation tourné exclusivement vers la recherche, l'enseignement n'est plus considéré comme une priorité, ce qui a pour conséquence directe une diminution de l'investissement dans l'enseignement et dans la mobilisation des Tice au service de l'enseignement.

26Ainsi les enseignants, confrontés à un manque de guide concret et cohérent, un manque de temps et d'énergie, un sentiment d'insécurité technique face aux Tice, ont tendance à reproduire, lors de l'exercice de leur métier, les schémas qu'ils ont reçus de leurs propres enseignants ou collègues plus expérimentés. Certains, souvent formés en didactique des langues, apportent des touches personnelles ou mènent leurs propres expérimentations. Dans l'ensemble, les comportements des enseignants face aux Tice correspondent bien à la situation de l'enseignement-apprentissage du FLE en contexte institutionnel chinois : "un éclectisme de surface sur fond d'applicationnisme" (Fu, 2007 : 81), autrement dit, "une adaptation immédiate, provisoire, empirique et pragmatique à la complexité fondamentale du processus d'enseignement-apprentissage" (Fu, 2007 : 75).

3.3. Facteurs logistiques

27L'infrastructure de l'établissement est mise en cause par sept enseignants comme obstacle premier à l'emploi des Tice dans l'enseignement-apprentissage. Des enseignants et des étudiants réclament un renouvellement des équipements déjà installés et une connexion à Internet dans les salles de cours. S'ajoutent à cela des problèmes techniques et les difficultés d'accès aux ressources en Chine, qui freinent fréquemment les enseignants et les étudiants sur le chemin de l'exploitation des ressources en ligne. En outre, loin de l'environnement francophone, enseignants et étudiants ignorent de nombreuses ressources pédagogiques existantes ou potentielles.

28Bien évidemment, la liste des facteurs qui déterminent les usages des Tice dans l'enseignement-apprentissage du FLE en contexte institutionnel chinois, pourrait être complétée. Néanmoins, les éléments regroupés ci-dessus nous permettent déjà de dégager de premières pistes exploitables en vue d'une utilisation plus poussée des Tice.

4. Des pistes à exploiter

29En ce qui concerne les usages raisonnés des Tice au service de l'enseignement-apprentissage du FLE en contexte exolingue, il est primordial, selon nous, de créer un environnement francophone favorable à l'apprentissage du FLE, plus précisément, de fournir aux étudiants un environnement riche linguistiquement et riche de possibilités de pratiquer la langue, d'agir avec des locuteurs francophones.

30En premier lieu, il est judicieux de moderniser l'actuelle méthodologie dominante dans l'enseignement-apprentissage du FLE. Celle-ci exerce une grande influence sur les attitudes et les comportements des enseignants et des étudiants à l'égard des Tice. Sans modification de la méthodologie traditionnelle, il n'y aura pas de changements majeurs dans les usages des Tice.

31En second lieu, comme le soulignent Demaizière et Grosbois (2014 : 13) : enseigner avec le numérique "nécessite de se former et de s'informer en permanence". S'affirment alors comme une nécessité incontournable les formations continues destinées aux enseignants, afin de développer des habilités technologiques et des connaissances des ressources disponibles, notamment celles qui invitent à "une réflexion sur l'usage des outils en lien avec les théories d'apprentissage" (Grosbois, 2012 : 137).

32En troisième lieu, concernant les facteurs matériels, c'est-à-dire le renouvellement des équipements et de nouvelles acquisitions au service de l'enseignement-apprentissage du FLE, nous mettons l'accent sur la nécessaire connexion Internet dans les salles de classe afin d'avoir un accès plus large aux données.

33Parmi tous les usages des Tice en vue d'un enseignement-apprentissage fructueux, nous soulignons l'intérêt de surmonter la distance géographique et de rapprocher le monde francophone du contexte d'enseignement-apprentissage en milieu exolingue. Côté enseignants, il s'agit de multiplier les approches et les occasions de placer les étudiants dans un contexte linguistique riche avec toutes les composantes complémentaires (culturelles, sociologiques, etc.), de les confronter à des documents authentiques, de les emmener vers le contact avec des locuteurs francophones et vers la collaboration avec ces derniers. Pour ce faire, il est important de proposer un travail d'équipe, de mettre en commun des ressources accessibles ainsi que diverses expériences dans ce domaine, d'associer différents experts afin d'élaborer des ressources pédagogiques adaptées au contexte chinois, simples et faciles à utiliser par les enseignants et les étudiants. Côté étudiants, il est important de les encourager à se servir des Tice pour être exposés à la langue et la culture françaises authentiques, afin d'avoir l'occasion d'utiliser le français dans des interactions authentiques et de construire un modèle d'apprentissage collaboratif.

5. Conclusion

34Compte tenu de l'immensité du pays, de la situation propre à chaque établissement d'enseignement supérieur où le français est proposé à titre de spécialité disciplinaire, et de la diversité des pratiques d'utilisation des Tice dans l'enseignement-apprentissage du FLE, cette étude, ayant pour objectif de décrire et de comprendre la réalité dans un contexte local, ne peut pas prétendre être représentative de tous les départements de français en Chine. Le terrain d'étude, l'observation des cours et le nombre des personnes impliquées dans cette enquête sont, en effet, limités à un seul département. Cependant cette étude fournit un aperçu de pratiques réelles d'utilisation des Tice dans le paysage actuel du FLE en Chine, qu'il s'agisse de pratiques des étudiants ou des enseignants. Selon la philosophie du "cycle de la recherche-action" (Narcy-Combes, 2005 : 114), les observations faites ici-même pourraient ainsi servir à des réflexions sur les pratiques d'enseignement-apprentissage du FLE en contexte exolingue afin de développer des pratiques pédagogiques innovantes et des usages des Tice adaptés à l'enseignement-apprentissage en contexte exolingue.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Besse, H. (2011). "Un point de vue sur l'enseignement du français en Chine". Synergies Chine, n° 6. pp. 249-260. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine6/besse2.pdf

Cao, Y. (2013). Énonciation et Français Langue Étrangère – L'acquisition du système temporel par les Sinophones. Thèse soutenue à l'université de Rennes 2.

Cong, L. (2011). "Faguo lishi kecheng jiaoxue yiji shiyong duomeiti jishu de changshi" ("L'enseignement de l'histoire de France et l'utilisation des technologies multimédia"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 3-10.

Crinon, J. (2013). "Analyse de TIC et métiers de l'enseignement supérieur". Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 16. http://alsic.revues.org/2605. DOI : 10.4000/alsic.2605

Demaizière, F. & Grosbois, M. (2014). "Numérique et enseignement-apprentissage des langues en Lansad – Quand, comment, pourquoi ? ". Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 17. http://alsic.revues.org/2691. DOI : 10.4000/alsic.2691

Endrizzi, L. (2012). "Les technologies numériques dans l'enseignement supérieur, entre défis et opportunités". Dossier de veille de l'Ifé, n° 78. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/78-octobre-2012.pdf

Fu, R. (2005). "Politiques et stratégies linguistiques dans l'enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle". Synergies Chine, n° 1. pp. 27-39. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine1/fu.pdf

Fu, R. (2007). "L'éclectisme en milieu institutionnel chinois de français : une option spontanée et naturelle, obligée et obligatoire, mais risquée à certains égards". Synergies Chine, n° 2. pp. 75-84. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine2/fu.pdf

Gao, Zh.-M. (2011). "Jiyu duomeiti jishu de feizhou fayu guojia guoqing jiaoyu yanjiu" ("Cours sur les pays francophones d'Afrique à l'aide des technologies multimédia"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 11-18.

Grosbois, M. (2012). Didactique des langues et technologies – De l'EAO aux réseaux sociaux. Paris : Presses de l'université Paris-Sorbonne.

Guichon, N. (2012). Vers l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues. Paris : Didier.

Hu, Y. (2011). "Place du communicatif et didactique dans les pratiques et dans les représentations d'enseignants chinois de français". Synergies Chine, n° 6. pp. 117-126. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine6/hu.pdf

Liu, Q.-J. & Zhang, G.-Q. (2011). "Tanxi woguo duomeiti jishu fuzhu fayu jiaoxue de renwu he mubiao" ("Mission et objectifs de la didactique du français assistée par les technologies multimédia en Chine"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 40-50.

Liu, R.-Y. (2011). "Duomeiti Wangluo yuyin shiyanshi fayu jiaoxue tibi tan" ("Avantages et inconvénients de l'enseignement de la compréhension de l'oral en laboratoire multimédia"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 51-57.

Ministère chinois de l'éducation. (1988). Programme didactique national du français langue étrangère du premier cycle. Beijing : FLTRP.

Ministère chinois de l'éducation. (1997). Programme didactique national du français langue étrangère du cycle de perfectionnement. Beijing : FLTRP.

Narcy-Combes, J.-P. (2005). Didactique des langues et TIC – Vers une recherche-action responsable. Paris : Ophrys.

Peng, J. (2011). "Duomeiti zai fayu gaoji tingli jiaoxue zhong de yingyong" ("Application des technologies multimédia en cours de français audio-visuel au cycle de perfectionnement"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp.58-66.

Puren, C. (2001). "La didactique des langues face à l'innovation technologique". In Kazeroni, A. (dir.). Actes des colloques "Usages des nouvelles technologies et enseignement des langues étrangères (Untele), volume II". Université de technologie de Compiègne. pp. 1-13. Disponible en ligne : http://www.utc.fr/~untele/volume2.pdf

Su, D.-F. & Zhuang Zh.-X. (2013). "Xiandai waiyu jiaoxue, lilun, shijian yu fangfa" (xiudingban) ("Didactiques des langues étrangères aujourd'hui : théories, pratiques et méthodes") (version corrigée). Shanghai : Shanghai foreign language education press.

Tian, Y. (2011). "Enseignement-apprentissage du FLE face aux nouvelles technologies éducatives (NTE) chez des étudiants chinois – L'expérience de l'université du Peuple de Chine". Synergies Sud-Est européen, n° 3. pp. 71-80. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/SE_europeen3/tian.pdf

Wang, Ch.-H. (2011). "Duomeiti jiaoxue buneng tidai chuangtong jiaoxue moshi" ("L'enseignement assisté par les technologies multimédia ne peut pas remplacer l'enseignement traditionnel"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 67-74.

Wang, H.-Zh. (2011). "Duomeiti jishu zai fayu jichu jiaoxue zhong de yingyong" ("Application des technologies multimédia dans l'enseignement du français du cycle de base"). In Cao, D. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 75-84.

Wang, J. & Zhang, X.-M. (2011). "Duomeiti huanjing xia de fayu yuedu jiaoxue" ("Didactique de la compréhension écrite avec les technologies multimédia"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 85-94.

Wang, K. (2011). "Fansi fayu jiaoxue zhong duomeiti jishu yingyong de xianzhuang" ("Réflexions sur l'utilisation des technologies multimédia dans l'enseignement du français"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 95-106.

Xu, H.-Y. (2011). "Dui duomeiti zai fayu jiaoxue zhong yingyong moshi de sikao yu shijian" ("Réflexions et expérimentation de l'utilisation des technologies multimédia dans l'enseignement du français"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 107-119.

Zhao, M. (2011). "Jichu fayu jiaoxuezhong duomeiti jishu de yingyong – ruhe liyong duomeiti shouduan sheji dinianji jichu fayu ketang jiaoxue" ("Les technologies multimédia dans l'enseignement du français du cycle de base – Comment utiliser les moyens multimédia pour concevoir les cours de français du cycle de base"). In Cao, D.-M. (dir.). Pédagogie de l'enseignement spécialisé du français en Chine. Beijing : FLTRP. pp. 120-128.

Haut de page

Notes

1 L'enquête a été réalisée, en mars 2014, auprès des dix enseignants du département en question et des 92 étudiants inscrits en première, deuxième et troisième années. Le questionnaire destiné aux étudiants se compose de cinq parties : la conception de l'enseignement-apprentissage, les équipements mis en place par l'institution, les Tice mobilisées dans l'enseignement et leurs principaux apports, celles utilisées dans l'apprentissage et leurs apports, les facteurs qui déterminent l'utilisation des Tice et les conditions nécessaires pour améliorer celle-ci. Le questionnaire adressé aux enseignants propose, en outre, une partie sur les formations dans le domaine des Tice. Les taux de participation sont de 90 % auprès des enseignants et de 91,30 % auprès des étudiants.

2 Le département prend également en charge les cours de français deuxième langue étrangère auprès des étudiants spécialistes d'anglais et des étudiants inscrits en master. Étant donné les divergences qui existent entre la formation de français à titre de spécialité disciplinaire et celle de français deuxième langue étrangère aux niveaux des objectifs, des publics et des organisations, nous avons choisi d'écarter la deuxième formation dans cette étude.

3 Certains étudiants n'avaient pas choisi le français, mais y ont été placés par mesure de réajustement.

4 Le premier programme consacre le 7ème principe pédagogique à l'"Exploitation des moyens pédagogiques modernes" (1988 : 8, notre traduction). Il recommande de "créer des conditions favorables à une utilisation efficace des matériels pédagogiques modernes tels que les magnétophones, les projecteurs, les vidéos, les téléviseurs, les films et éventuellement les ordinateurs, pour constituer des situations de communication similaires à la réalité, ce qui permettrait d'améliorer l'apprentissage des étudiants grâce à une participation active des sens de l'ouïe et de la vue" (1988 : 8, notre traduction). Le second, dans la partie consacrée à la description des matières à enseigner, invite les enseignants à "exploiter des matériels pédagogiques modernes en vue de créer des conditions et situations d'entraînement à l'interprétariat" (1997 : 10, notre traduction) en cours d'interprétariat et à "utiliser des ressources vidéo si les conditions le permettent" en cours de français audiovisuel (1997 : 10, notre traduction).

5 Parmi les sites français cités par les étudiants : http://www.tv5monde.com/, http://www.lefigaro.fr/, http://www.franceinfo.fr/, http://www.canalplus.fr/, http://www.google.fr/, http://www.lemonde.fr/, les deux derniers sont maintenant interdits d'accès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Yanyan Cao, « Les Tice et l'enseignement-apprentissage du FLE en milieu exolingue : les pratiques dans un département de français en Chine », Alsic [En ligne], vol. 18, n° 2 | 2015, mis en ligne le 25 septembre 2015, Consulté le 29 mai 2016. URL : http://alsic.revues.org/2826

Haut de page

Auteur

Yanyan Cao

Yanyan Cao est docteure en linguistique et didactique des langues étrangères. Ses recherches (Cao, 2013) portent sur l'acquisition du français par les apprenants sinophones et la didactique du français langue étrangère en milieu exolingue. Yanyan Cao est actuellement enseignante-chercheuse dans le département de français à l'université du Shandong.
Affiliation : département de français, institut des langues étrangères, université du Shandong, Jinan, Chine.
Courriel : caoyanyan@sdu.edu.cn
Adresse : département de français, institut des langues étrangères, université du Shandong, 5, Hongjialou, Lichengqu, Jinan, Shandong, Chine. Code postal : 250100.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page