Navigation – Plan du site
Appel à contributions / Call for proposals

Regards croisés sur la télécollaboration

Appel à propositions pour un numéro spécial d'Alsic, coordonné par Anthippi Potolia et Sofia Stratilaki. English version here.

Numéro spécial d'Alsic

Depuis la seconde moitié des années 90 et grâce au développement des outils de communication en ligne, les expériences de télécollaboration dans le domaine de l'enseignement-apprentissage des langues se multiplient, permettant aux apprenants d'une L2 de s'exposer de manière authentique à d'autres langues et à des perspectives culturelles multiples. Ces expériences amènent à la gestion simultanée de plusieurs contextes, souvent distants, et fournissent aux chercheurs en DDL (didactique des langues) des outils intéressants pour appréhender les aspects langagiers, interculturels (Belz, 2003 ; O'Dowd & Ritter, 2006 ; O'Dowd, 2007) et affectifs de ce type d'échanges. Au fil du temps, les recherches en matière de télécollaboration ont démontré qu'au-delà de toute innovation technique, ce sont les aspects humains et pédagogiques de la collaboration qu'il faut privilégier et qui s'avèrent les plus porteurs en significations dans l'appropriation des savoirs et la construction de soi (Helm, 2013). Dans une perspective d'éducation et de formation tout au long de la vie, percevoir la télécollaboration en tant que rencontre entre êtres humains pose la question de l'articulation entre contextes formel et informel et de leurs spécificités respectives en s'inscrivant pleinement dans le chemin de l'évolution opérée par les sciences humaines au tournant du 19ème siècle (Foucault, 1966).

Dans ce numéro spécial d'Alsic, nous souhaitons faire le point sur la multiplicité des regards posés sur la télécollaboration, que ce soit par le biais de contributions théoriques – faisant état de l'évolution des recherches en matière de télécollaboration – ou par des études empiriques permettant de compléter la riche bibliographie en la matière par de nouveaux éclairages contextuels, méthodologiques ou interculturels. Pour cela, nous optons pour une conception plus étendue de la télécollaboration que celle opérée dans la définition initiale de Belz (2003 : 2), incluant aussi les enseignants et à travers eux les institutions. En effet, à la suite de Develotte et Mangenot (2007) et de Zourou (2009), nous entendons également par télécollaboration les situations d'échange bâties sur une asymétrie de savoirs et de savoir-faire et une complémentarité entre négociation du sens et négociation de la forme. La négociation du sens implique des compétences de mise en pratique des savoirs et des savoir-faire autant de la part de l'enseignant que des apprenants. II s'agit ici d'aménager ou de réguler la communication pour que le sens soit (co-)construit entre les partenaires impliqués dans l'échange. La négociation de la forme, quant à elle, équivaut à une compétence analytique du langage (d'après Lyster, 1994) qui vise, au-delà de la compréhension du message, une certaine précision linguistique. Ce binôme, sens et forme, sert à mettre en évidence diverses orientations didactiques et leurs enjeux dans les cultures éducatives concernées par la télécollaboration. II convient, selon nous, de penser ce binôme en termes d'intégration, d'alternance ou d'enchaînement dans la gestion des activités de télécollaboration.

Il nous semble également que la dimension institutionnelle, voire formelle de la télécollaboration, est à reconsidérer dans sa conception étendue : il ne s'agit pas seulement d'interroger les nouvelles littératies développées grâce aux outils du web social (Guth & Helm, 2010), puis de construire des "bridging activities" (Thorne & Reinhardt, 2008) pour faire entrer l'informel dans le formel ; il s'agit plutôt, d'explorer dans les situations non formelles – par exemple, les communautés d'apprenants de langue en ligne –, la manière dont se (co-)construisent, se négocient, se complètent les savoirs et les savoir-faire (Potolia & Zourou, 2013). Cette conception nous amène à revisiter aussi les tâches proposées par les concepteurs d'activités pour les communautés en question dans une dynamique d'autonomisation sociale (Lewis, 2014) et d'émancipation intellectuelle (Rancière, 2004). Enfin, nous étendrons la notion de télécollaboration à ce que nous pensons être la nouvelle génération de Mooc (Massive Open Online Courses) (Schulmeister, 2013) dédiés à l'apprentissage d'une L2, reposant sur l'échange de compétences. Dans le contexte actuel, qui met en avant une éducation bi-plurilingue et interculturelle (Stratilaki, 2011), il s'agira de construire des savoirs et savoir-faire, de les valoriser et de les valider différemment ou autrement que par des pratiques pédagogiques "classiques", en optant, par exemple, pour des tâches collaboratives. On retrouve ainsi la valeur ajoutée de la dimension télécollaborative de l'apprentissage, à savoir la capacité d'interagir et de (co-)construire du sens avec des locuteurs natifs de L2. À titre d'exemple, des apprenants anglophones de FLE pourraient élaborer ensemble des tâches, puis obtenir un feedback de la part d'apprenants francophones étudiant pour leur part le anglais et vice versa.

Les études dont il sera question dans ce numéro seront celles qui :

  • visent les différents acteurs et instances impliqués dans des projets de télécollaboration ;

  • s'intéressent à la télécollaboration dans l'enseignement primaire, secondaire, universitaire (ou même hors de tout contexte formel), dans le cadre d'une éducation au plurilinguisme et à l'interculturel ;

  • relatent des expériences d'enseignement-apprentissage des langues à travers la télécollaboration et la mobilisation d'outils synchrones et / ou asynchrones à cet effet ;

  • optent pour des échanges en tandem et / ou en lingua franca ;

  • portent leur réflexion sur les modalités du travail (mutualisation, discussion, coopération, collaboration), la négociation du sens et l'élaboration des tâches d'apprentissage, sur le lien entre les tâches proposées et les scenarii de communication (Dejean-Thircuir & Mangenot, 2006) ;

  • mettent en avant les aspects interculturels et plurilingues de ces échanges et les questions de stéréotypie, de conflits d'opinion (O'Dowd & Ritter, 2006) ou même de cultures éducatives différentes ;

  • démontrent l'intérêt des approches centrées sur la réflexivité, la (re)découverte de soi et de l'autre sous le prisme d'une prise de distance opérée, entre autres, par la tenue des journaux de bord et / ou par des échanges oraux de médiation et de réflexion (Schneider & Von der Emde, 2006).

Contributions attendues

Le numéro spécial suivra le format des numéros réguliers de la revue Alsic. Les contributions relèveront de l'une des rubriques suivantes : Recherche, Pratique et recherche, Points de vue, échanges. Pour plus de précisions sur ces rubriques, nous vous invitons à consulter le lien suivant : http://alsic.revues.org/959#tocto2n1

Format

Texte, images, vidéos.

Langues de publication

Les textes seront acceptés en français ou en anglais. S'agissant d'une approche par regards croisés, nous encourageons fortement les contributions en anglais, issues de contextes de recherche divers.

Échéancier

Dans un premier temps, nous attendons un résumé de 4 000 signes (espaces et références non inclus), à envoyer à anthippi.potolia@univ-paris8.fr et à sofia.stratilaki@univ-paris3.fr pour le 30 octobre 2015. Si vous ne pouvez pas respecter le délai contactez-nous au plus vite. Les auteurs retenus devront envoyer leur texte complet au premier trimestre 2016. Les textes acceptés seront mis en ligne courant 2016.

Comité scientifique

Emmanuelle ANNOOT, université de Rouen, FR
Nathalie AUGER, université Paul-Valéry Montpellier, FR
Françoise BLIN, Dublin City University, IR
Jean-François, BOURDET, université du Maine, FR
Linda BRADLEY, Chalmers University of Technology, SE
Julie BYRD CLARK, Western University, CA
Thierry CHANIER, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, FR
Chantal CHARNET, université Paul-Valéry Montpellier, FR
Christopher CHASE, Seinan Gakuin University, Fukuoka, JP
Cathy COHEN, université Claude-Bernard Lyon – Espé, FR
Daniel COSTE, ENS-LSH de Lyon, FR
Ingrid DE SAINT-GEORGES, université du Luxembourg, LU
Christian DEGACHE, université Grenoble Alpes, FR
Charlotte DEJEAN-THIRCUIR, université Grenoble Alpes, FR
Melinda DOOLY, universitat Autònoma de Barcelona, SP
Darren ELLIOTT, Nanzan University, Nagoya, JP
Fiona FARR, Limerick University, IR
Anne-Laure FOUCHER, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, FR
Laurent GAJO, université de Genève, CH
Muriel GROSBOIS, université Paris Sorbonne – Espé, FR
Nicolas GUICHON, université Lumière Lyon 2, FR
Mirjam HAUCK, Open University, GB
Francesca HELM, university of Padova, IT
Adelheid HU, université du Luxembourg, LU
Phil HUBBARD, Stanford University, US
Gosia KUREK, Jan Długosz University, Częstochowa, PL
Tim LEWIS, Open University, GB
Mônica MACEDO-ROUET, université Vincennes Saint-Denis Paris 8, FR
François MANGENOT, université Grenoble Alpes, FR
Pascal MARQUET, université de Strasbourg, FR
Muriel MOLINIÉ, université Sorbonne nouvelle Paris 3, FR
Andreas MÜLLER-HARTMANN, Pädagogische Hochschule, Heidelberg, DE
Elke NISSEN, université Grenoble Alpes, FR
Robert O'DOWD, université de León, ES
Breffni O'ROURKE, Trinity College, Dublin, IR
Christian OLLIVIER, université de la Réunion, FR
Henri PORTINE, université Bordeaux Montaigne, FR
Maguy, POTHIER, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, FR
Cécile POUSSARD, université Paul-Valéry Montpellier 3, FR
Annick RIVENS MOMPEAN, université de Lille 3, FR
Muge SATAR, Open University, GB
Birgit SCHÄDLICH, Georg-August-Universität Göttingen, DE
Geoffrey SOCKETT, université Paris Descartes, FR
Thierry SOUBRIÉ, université Grenoble Alpes, FR
Valérie SPAËTH, université Sorbonne nouvelle Paris 3, FR
Shona WHYTE, université Nice Sophia Antipolis, FR
Ciara WIGHAM, université Lumière Lyon 2, FR
Geneviève ZARATE, Inalco, FR
Katerina ZOUROU, directrice Web2Learn (http://web2learn.eu/), GR

Contact

Pour toute question, vous pouvez nous contacter aux adresses suivantes : anthippi.potolia@univ-paris8.fr, sofia.stratilaki@univ-paris3.fr

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Belz, J. A. (dir.) (2003). Telecollaboration. Language Learning & Technology Journal, vol. 7, n° 4. http://llt.msu.edu/vol7num2/default.html

Dejean-Thircuir, C. & Mangenot, F. (2006). "Tâches et scénarios de communication dans les classes virtuelles". Les Cahiers de l'Asdifle, n° 17. pp. 310-321.

Develotte, C. & Mangenot, F. (2007). "Discontinuités didactiques et langagières au sein d'un dispositif pédagogique en ligne". Glottopol, n° 10. pp. 127-144. Disponible en ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/numero_10/gpl10_09develotte.pdf

Foucault, M. (1966). Les mots et les choses. Paris : Gallimard.

Guth, S. & Helm, F. (dir.) (2010). Telecollaboration 2.0. Language, Litteracies and Intercultural learning in the 21st Century. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien : Peter Lang.

Helm, F. (2013). "A dialogic model for telecollaboration". Bellaterra Journal of Teaching & Learning Language & Literature, vol. 6, n° 2. pp. 28-48. Disponible en ligne : https://ddd.uab.cat/pub/jtl3/jtl3_a2013m5-6v6n2/jtl3_a2013m5-6v6n2p28.pdf

Lewis, T. (2014). "Learner autonomy and the theory of sociality". In Murray, G. & Smith, R. (dir.). Social Dimensions of Autonomy in Language Learning. London : Palgrave MacMillan. pp. 37-59.

Lyster, R. (1994). "La négociation de la forme : stratégie analytique en classe d'immersion". La revue canadienne des langues vivantes, vol. 50 n° 3. pp. 446-465.

O'Dowd, R. (dir.) (2007). Online intercultural exchange. An introduction for foreign language teachers. Multilingual Matters.

O'Dowd, R. & Ritter, M. (2006). "Understanding and working with 'failed communication' in telecollaborative exchanges". Calico Journal, vol. 23, n° 3. pp. 623-642. Disponible en ligne : https://calico.org/html/article_112.pdf

Potolia, A. & Zourou, K. (2013). "Rétroaction et entraide dans les communautés web 2.0 d'apprenants de langue". In Ollivier, C & Puren, L. (dir.). Mutations technologiques, nouvelles pratiques sociales et didactique de langue – Le français dans le monde – Recherches et applications. pp. 108-119.

Rancière, J. (2004). Le maître ignorant. Cinq leçons sur l'émancipation intellectuelle. Paris : 10/18 Poche.

Schneider, J. & Von der Emde, S. (2006). "Conflicts in cyberspace: From communication breakdown to intercultural dialogue in online collaborations". In Belz, J. A. & Thorne, S. L. (dir.). Internet-mediated intercultural foreign language education, Boston : Thomson Heinle Publishers. pp. 178-206.

Schulmeister, R. (dir.) (2013). Moocs – Massive Open Online Courses. Offene Bildund oder Geschäftsmodel? Munster : Waxmann. Disponible en ligne : http://www.waxmann.com/fileadmin/media/zusatztexte/2960Volltext.pdf

Stratilaki, S. (2011). Discours et représentations du plurilinguisme. Francfort/Main : Peter Lang.

Thorne, S. L. & Reinhardt, J. (2008). "'Bridging Activities,' New Media Literacies, and Advanced Foreign Language Proficiency". Calico Journal, vol. 25, n° 3. pp. 558-572. Disponible en ligne : https://calico.org/html/article_717.pdf

Zourou, K. (2009). "Corrective feedback in telecollaborative L2 learning settings: reflections on symmetry and interaction". JALT CALL, vol. 5, n° 1. pp. 3-20. Disponible en ligne : http://journal.jaltcall.org/articles/5_1_Zourou.pdf

Haut de page