Navigation – Plan du site
Séminaire Numérique et langues

Le séminaire numérique et langues – Vision d'ensemble

Isabelle Salengros-Iguenane

Texte intégral

1. Cadre du séminaire

1L'équipe de la revue Alsic a été chargée par la Mission numérique pour l'enseignement supérieur (Mines-DGESIP) d'organiser un séminaire sur ce thème. Le séminaire s'est tenu à l'université Paul-Valéry Montpellier 3, sous la responsabilité de Cécile Poussard, du 12 au 13 décembre 2013.

2. Présentation générale

2En continuité et complémentarité du séminaire "Le numérique au service des langues" organisé à Besançon en juillet 2012 (voir le site du séminaire), le séminaire de Montpellier s'est focalisé sur l'apprentissage des langues par les étudiants spécialistes d'autres disciplines (Lansad). La maîtrise des langues est effectivement un enjeu majeur pour le supérieur et est affichée comme une des priorités du ministère. L'apprentissage des langues s'appuie de plus en plus sur des dispositifs introduisant le recours au numérique, autre axe prioritaire pour la DGESIP. La mobilité accrue des étudiants, les carrières de plus en plus internationalisées auxquelles ils doivent se préparer rendent la maîtrise des langues indispensable et demandent des dispositifs de formation flexibles dans lesquels le numérique a d'évidence toute sa place. Le séminaire avait pour objectif de parcourir les questions clés qui se posent. Il s'est attaché à montrer que tout projet doit savoir situer à leur juste place les enjeux technologiques, didactiques et pédagogiques et prendre en compte les perspectives, les attentes et les questionnements légitimes des acteurs concernés. Au-delà de toute fascination techniciste, les intervenants ont mis en valeur le potentiel du numérique quand on l'introduit de manière responsable et réaliste dans les offres de formation.

3. Programme

3Compte tenu d'une grève SNCF, le programme a dû être légèrement modifié. Maud Ciekanski n'a pas pu intervenir mais le texte de sa présentation est disponible dans cette rubrique. Les interventions de Katerina Zourou et de Christian Ollivier ont été dissociées.

4Les participants ont pu assister aux dix présentations ci-dessous.

5Claude Bertrand : "Le numérique au service de la formation – Mines-DGESIP".
Françoise Demaizière et Muriel Grosbois : "Numérique et enseignement-apprentissage des langues aux non-spécialistes – Quand, comment, pourquoi ?".
Elke Nissen : "Les spécificités des formations hybrides en langues".
Isabelle Salengros-Iguenane : "Internet pour une approche culturelle".
Annick Rivens Monpean : "Les centres de langues : des dispositifs pluriels à un dispositif modélisé ?".
Katerina Zourou : "Le web social : quelle(s) nouveauté(s) ?".
Eva Schaeffer-Lacroix : "Utiliser des corpus avec des apprenants Lansad.
Laurence Vincent-Durroux et Cécile Poussard : "Conception et utilisation d'un logiciel pédagogique, l'exemple de Macao".
Christian Ollivier : "Approche interactionnelle en didactique des langues et web 2.0".
Monica Masperi : "Stratégies d'innovation en didactique des langues – L'exemple du projet Idefi Innovalangues".

6On trouve trace des interventions sous forme de texte complet ou de résumé enrichi dans la présente rubrique. Par ailleurs, les vidéos du séminaire sont consultables sur le compte UM3 de canal-U.

4. Participants

7Ce séminaire s'adressait aux responsables de formation et de centres de langues et aux enseignants de langues. L'équipe organisatrice a reçu plus de 150 demandes d'inscription émanant du monde entier (Algérie, Bulgarie, Canada, Égypte, France, Géorgie, Japon, Maroc, Mexique, Russie, Serbie, Tunisie) mais n'a pu retenir la candidature que d'une centaine de personnes compte tenu de la capacité d'accueil. Priorité a été donnée aux personnes en poste dans l'enseignement supérieur français.

8Les différents niveaux d'enseignement du public et du privé sont représentés. Le public était composé, dans sa majorité, d'enseignants du secteur Lansad (enseignants-chercheurs, enseignant du secondaire en poste dans le supérieur, formateurs, certains étant coordinateurs de formations ou de projets liés à la formation en langues) intervenant, pour la plupart, à l'université ou dans des centres universitaires en France. Les grandes écoles et les écoles d'ingénieurs (Sup de Co, Insa Lyon, Polytech Marseille), les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espé), le Cned ou le monde de l'édition étaient également représentés.

9Plus de deux tiers des participants avaient déjà une expérience en matière d'usage de ressources numériques (blogues, réseaux sociaux, plateformes de formation, wikis, visioconférence, cyberenquêtes, didacticiels et exerciseurs pour reprendre les termes fournis au moment de la demande d'inscription) et près d'un tiers étaient familiarisés avec les formations hybrides.

5. Réactions des participants

10Nous avons transmis aux participants un questionnaire en fin de séminaire. Les questions portaient sur l'impression générale, le programme, l'organisation matérielle et la pertinence de renouveler ce type d'événement. Un quart des participants se sont exprimés.

11Le séminaire obtient une appréciation globalement très positive. Parmi les points les plus appréciés, on relève la qualité des contenus ("intéressants", "enrichissants", "variés", "synthétiques") ainsi que la variété des intervenants et leur expertise. Moins d'un tiers des répondants n'ont pas tout à fait apprécié l'orientation "recherche" de certaines présentations ou l'aspect un peu magistral du séminaire.

12La majorité des répondants estiment que la composition du public (liée à la sélection en amont des demandes d'inscription) a tout à fait ou à peu près créé une bonne dynamique. Parmi les commentaires, un tiers des répondants mentionnent cependant le manque d'échanges entre les participants et leur réserve à poser des questions. Comme il ne s'agissait pas d'un atelier, il est vrai que la durée limitée du séminaire et la configuration de la salle ont peut être induit une certaine timidité.

13Nous avions volontairement limité le nombre des présentations de manière à laisser un temps d'exposition et d'échange suffisamment long pour le "confort" de tous, intervenants et auditeurs. Cela a été apprécié : la durée des présentations et des discussions a semblé adaptée à l'ensemble des répondants.

Figure 1 – La durée des présentations et des discussions.

Figure 1 – La durée des présentations et des discussions.

14Les répondants sont également satisfaits des thématiques abordées.

Figure 2 – Les thématiques abordées.

Figure 2 – Les thématiques abordées.

15La majorité des répondants ont apprécié l'organisation matérielle du séminaire (accueil, locaux, pause, apéritif dinatoire convivial) et la disponibilité de l'équipe organisatrice (équipe de la revue Alsic). Un tiers des répondants estiment l'organisation matérielle "parfaite", "très bien" ou soulignent "l'excellent accueil".

16Tous les répondants trouvent pertinent de renouveler un séminaire de ce type. Un tiers indiquent notamment que cela permet de rester informé sur le domaine, d'échanger et de partager des expériences avec un éclairage venant de la recherche.

17Les répondants ont également souhaité pouvoir avoir accès aux textes des présentations, bibliographies et sitographies, diaporamas et vidéos. Le compte UM3 de canal-U leur a permis d'accéder aux versions filmées de chaque conférence dès janvier 2014. La présente rubrique de la revue vient également prolonger le séminaire.

6. Le séminaire et sa page Facebook

18La page Facebook du séminaire a été ouverte fin octobre 2013 et, en l'espace de deux mois, elle a permis des échanges réguliers entre une vingtaine de personnes, originaires de France, d'Albanie ou des États-Unis. Cette page, qui comptabilise 92 mentions "j'aime", a été l'occasion de mener des discussions de fond sur des thèmes liés au séminaire (utilisation des corpus, des médias sociaux, du numérique dans le secteur Lansad, intégration d'Internet pour l'enseignement-apprentissage des langues, projet Innovalangues). On y trouve quelques photos de l'événement et les couvertures des livres présentés (une présentation de quelques ouvrages récents, la plupart écrits par des intervenants du séminaire, a eu lieu pendant les pauses).

Figure 3  – Couverture des livres présentés.

Figure 3  – Couverture des livres présentés.

19Elle est également le lieu d'échanges post-séminaire (mise en ligne des vidéos, informations sur la publication des textes, etc.).

Figure 4 – La page Facebook.

Figure 4 – La page Facebook.
Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Sites

Page Facebook du séminaire "Numérique et langues" (2013). https://www.facebook.com/pages/Numlangues/436951066413202

Séminaire "Le numérique au service des langues" (2012). http://num-langues.univ-fcomte.fr/

Vidéos du séminaire sur canal-U (2014). http://www.canal-u.tv/producteurs/um3/seminaires/le_numerique_pour_l_enseignement_et_l_apprentissage_des_langues_pour_non_specialistes_2013

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La durée des présentations et des discussions.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2728/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 2 – Les thématiques abordées.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2728/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 3  – Couverture des livres présentés.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2728/img-3.png
Fichier image/png, 357k
Titre Figure 4 – La page Facebook.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2728/img-4.png
Fichier image/png, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Isabelle Salengros-Iguenane, « Le séminaire numérique et langues – Vision d'ensemble », Alsic [En ligne], Vol. 17 | 2014, mis en ligne le 07 mai 2014, Consulté le 26 avril 2017. URL : http://alsic.revues.org/2728

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page