Navigation – Plan du site
Points de vue, échanges

Les TIC au service de l'harmonisation du peul

Issa Diallo

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans le contexte des langues à culture écrite émergente, les spécialistes en communication et en éducation sont confrontés à des problèmes de référentiels. Ainsi, l'exploitation (lecture, traduction) d'un document écrit dans une langue parlée de l'autre côté des frontières nationales, n'est pas toujours maîtrisée, les référentiels, notamment en orthographe et en terminologie, n'étant pas harmonisés d'un pays à un autre. Le peul, langue africaine transfrontalière, ne fait pas exception à la règle et l'on se posera ici la question de savoir si son enseignement-apprentissage en conjugaison avec les multiples possibilités qu'offrent les technologies de l'information et de la communication (TIC) peut aider à son harmonisation.

2. Problématique

2Dans les pays d'Afrique au sud du Sahara, il se construit une culture de l'écrit qui gagne de plus en plus de terrain au détriment de la culture de l'oralité. Cela s'explique en partie par le nombre croissant des alphabétisés dans l'une des langues européennes que sont le français, l'anglais, le portugais, etc. Mais, l'alphabétisation se fait aussi dans les langues africaines de grande communication qui se retrouvent désormais comme langues de scolarisation dans des systèmes éducatifs formels.

3Qu'il s'agisse des alphabétisés qui savent lire et écrire dans les langues européennes ou dans les langues africaines, les TIC s'imposent de plus en plus à tous : Africains de ville, comme Africains de village. C'est notamment le cas des outils de communication comme l'ordinateur, le téléphone mobile, Internet, avec les nombreuses possibilités d'usages qu'ils offrent à l'expression écrite, notamment la saisie.

4Toutefois, les textes saisis sur ordinateur ou téléphone mobile, les messages sur Internet posent des difficultés de compréhension au niveau des langues transfrontalières à tradition écrite émergente. Il est de même de l'exploitation d'autres sources écrites comme les manuels scolaires, les lexiques spécialisés et les dictionnaires de langues. En effet, d'un pays à un autre, l'écrit dans les langues africaines transfrontalières comme le peul, connaissent des difficultés d'harmonisation que des rencontres scientifiques ont vainement essayé de résoudre (Unesco, 1953, 1966, 1978, 1979 ; Diagne, 1981 ; ACCT, 1984).

5Par ailleurs, l'histoire nous révèle que l'harmonisation d'une langue écrite passe également par son enseignement-apprentissage à l'école. N'est-ce pas à la faveur de l'enseignement que l'arabe classique est la langue de communication dans les rencontres internationales des arabophones, quoique ces derniers disposent de variétés dialectales arabes ne connaissant pas toujours une intercompréhension d'un pays à l'autre ! C'est également grâce au français enseigné que nous appellerons conventionnellement français standard que les francophones des différents pays du monde se comprennent.

6Le français standard doit son existence à l'école qui est le premier outil de sa promotion, mais également aux garde-fous comme les textes juridiques (Décret n° 96-602 du 3 juillet 1996 relatif à l'enrichissement de la langue française NOR : MCCB9600333D), les commissions spécialisées de terminologie et de néologie (la commission générale de terminologie et de néologie, l'Académie française), les partenaires scientifiques et techniques (l'Académie des sciences, l'Association française de normalisation, l'Institut national de la langue française), la coopération francophone (Bureau de la traduction du gouvernement canadien, Office de la langue française du Québec, les spécialistes de la Suisse et de la Communauté française de Belgique).

7Si l'on peut considérer de nos jours le français standard comme une variété de français, un dialecte (sans exagération !) de référence dans les pays francophones, ce type de référence est également en construction dans les pays où le peul est matière et / ou véhicule d'enseignement-apprentissage dans les systèmes éducatifs formels.

8Toutefois, pour parvenir à un peul standard qui ne présente pas de difficultés majeures de compréhension d'un pays à l'autre, à l'instar du français enseigné en Belgique, au Québec, au Niger, il faut que l'enseignement formel soit mis à contribution.

9Or, le peul est une langue d'enseignement dans des pays classés les plus pauvres du monde ; il dispose également de très peu de compétences en ressources humaines, toutes choses rendant difficile la création d'un peul standard.

10Toutefois, le peul est déjà présent sur la Toile et la problématique de son harmonisation par l'enseignement-apprentissage peut se reposer autrement : nonobstant la pauvreté des pays où il est parlé ainsi que sa faible dotation, à l'instar de beaucoup d'autres langues du Sud (Berment, 2004 ; Diki-Kidiri, 2007), le peul permet de nos jours une communication par écrit et offre un traitement de texte aussi aisé que dans les langues bien dotées.

  • 1 Tabital Pulaaku International est une coordination d'associations nationales pour la promotion de l (...)

11En outre, la communication en peul intègre de plus en plus des outils électroniques de communication comme le blogue, le courriel, le forum, les groupes électroniques de discussion, les listes de diffusion. Désormais, l'utilisateur du peul écrit a donc plus de moyens à sa disposition pour réussir sa communication écrite en utilisant des documents de dialectes différents, et la liste de diffusion de Tabital pulaaku International1permet de poser des questions aux internautes et de trouver une solution rapide.

12Avec les TIC, l'utilisateur du peul écrit peut donc surmonter de multiples difficultés et le problème d'harmonisation de la langue réside désormais dans le rapport qu'elle entretiendrait avec les TIC dans un contexte multidialectal. La question à laquelle il faut alors tenter de répondre est de savoir si les TIC peuvent favoriser l'harmonisation du peul, langue dialectalisée.

13Effectivement, s'il est établi que l'école, à travers l'enseignement-apprentissage, contribue à l'harmonisation des langues (comme c'est le cas avec le français ou l'arabe classique) le problème reste posé quant à l'apport des TIC en ce qui concerne les langues peu équipées comme le peul. Aussi convient-il, pour mieux comprendre le problème, de l'envisager dans une approche théorique sous l'angle de la triple relation TIC – harmonisation de la langue – enseignement-apprentissage.

3. TIC et harmonisation du peul

14Les TIC offrent de nombreuses possibilités d'utilisations de la langue. C'est ainsi que l'on peut traduire une langue vers une autre, procéder à la correction orthographique d'un texte, rechercher le sens d'un mot, ses synonymes et son attestation dans la langue. En outre, elles offrent des possibilités de recherches linguistiques collaboratives qui permettent d'exploiter de multiples banques de données, indépendamment des dialectes de la langue.

15Concernant le peul, nous assistons à la création de sites de plus en plus nombreux, intégrant des modules d'apprentissage de la langue, des banques de données terminologiques, des dictionnaires de langue, etc. C'est aussi par les possibilités qu'offrent les TIC que l'on arrive, en partie, à surpasser les différences dialectales, toutes choses permettant de s'engager dans une dynamique d'harmonisation du peul.

16Pour mieux cerner l'harmonisation dans le contexte des langues à culture écrite émergente, il convient de revenir sur le concept d'harmonisation qui peut prêter à confusion, notamment dans le domaine linguistique où reviennent très souvent d'autres concepts, comme : officialisation, standardisation, normalisation.

17Si le terme officialisation ne prête pas à confusion, il n'en est pas de même des autres que l'on peut illustrer par l'orthographe. En effet, lorsque dans un pays, plusieurs orthographes sont d'usage pour une seule et même langue, les spécialistes peuvent se retrouver et les standardiser.

18À la suite d'Auger (1984) et de Vachon-L'Heureux (nd), la standardisation est une autorégulation linguistique qui se définit comme le processus par lequel les usages s'imposent au fur et à mesure que le consensus de la collectivité s'effectue. C'est ainsi que l'on peut parler de la standardisation de l'alphabet peul au Burkina Faso même si elle a été à deux vitesses. En effet, deux alphabets du peul étaient en vigueur au Burkina Faso : l'alphabet en caractères latins et un autre en caractères arabes. Il a fallu officialiser l'un des alphabets.

19L'officialisation de l'alphabet par l'état Burkinabé a porté sur l'alphabet en caractères latins, même si celui en caractères arabes communément appelé adjami était le plus ancien et le plus répandu dans les écrits en peul. Cette officialisation a été précédée par une normalisation de l'alphabet qui, d'une façon générale, est une opération consistant à établir la norme qui est un document, établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour les usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d'ordre optimal dans un contexte donné (Guide I.S.O. / C.E.I. no 2, N.F. E.N. 45020).

20En France, par exemple, les textes législatifs et règlementaires fondant le statut de la normalisation française précisent de la façon suivante le contenu des normes.

La normalisation a pour objet de fournir des documents de référence comportant des solutions à des problèmes techniques et commerciaux concernant les produits, biens et services, qui se posent de façon répétée dans les relations entre partenaires économiques, scientifiques, techniques et sociaux (Décret n°84-74 du 26 janvier 1984 fixant le statut de la normalisation, art. 1).

21On parle également de normalisation internationale dont l'objectif est le développement des normes en vue de favoriser, sur le plan mondial, les échanges de produits, biens ou services, et de réaliser une entente mutuelle entre les domaines intellectuel, scientifique, technique et économique.

22D'un point de vue linguistique, la norme est

un système d'instructions définissant ce qui doit être choisi parmi les usages d'une langue donnée si l'on veut se conformer à un certain idéal esthétique ou socioculturel. La norme qui implique l'existence d'usages prohibés fournit son objet à la grammaire normative ou grammaire au sens courant du terme (Dubois, 1973 : 342).

23Quant à la normalisation linguistique, elle s'entend comme étant

toute action menée sur la langue et ses constituants, y compris le vocabulaire de la langue générale, et destinée à modeler le comportement langagier des locuteurs d'une langue donnée (Vachon-L'Heureux, nd : 8).

24Elle peut servir, entre autres, à résoudre

des problèmes soulevés par l'usage de terminologies qui peuvent prêter à confusion et qui touchent par exemple les droits des consommateurs, la propriété des brevets et des marques, le respect des règles d'écriture des raisons sociales et les conflits terminologiques entre législations différentes (Vachon-L'Heureux, nd : 12).

25Au Burkina Faso, la normalisation de l'alphabet a été opérée par la Commission nationale des langues. Par ailleurs, l'alphabet du peul est aussi normalisé dans les différents autres états, ce qui lui confère un statut officiel.

26L'officialisation de l'alphabet du peul fait que seules les lettres de cet alphabet sont en vigueur dans les systèmes éducatifs formel et non formel. Toutefois, d'un pays à un autre, l'alphabet diffère. En exemple, si l'unité de base de l'orthographe est la lettre, il est des lettres de l'alphabet du peul qui ne sont pas identiques d'un pays à un autre. Avec les TIC, l'apprenant du peul dispose toutefois de banques de données en ligne issues de plusieurs dialectes, des données saisies avec l'un ou l'autre des alphabets en vigueur dans l'un ou l'autre des pays.

27Il faut alors harmoniser les normes de telle sorte que l'on puisse, par exemple, disposer de mêmes lettres alphabétiques ou de mêmes termes scientifiques et techniques de la langue, ne serait-ce qu'à des fins de diffusion des produits et de transferts de technologies, surtout que dans

le contexte de la mondialisation et de l'uniformisation internationale des normes, l'harmonisation des normes nationales ou régionales se fera le plus souvent par l'adoption des normes internationales (Rousseau, 2003 : 101).

28Nous n'ignorons cependant pas que "la normalisation de termes n'est pas la panacée pour leur implantation" (Maurais, 1987 : 407). En attendant qu'un organe international habilité statue en harmonisant les normes au niveau des différents états ayant le peul écrit en partage, nous assistons, avec les TIC, au déclenchement d'un processus d'uniformatisation des normes qui participe de l'harmonisation du peul.

29Du reste, procéder à l'harmonisation du peul consiste à mettre à disposition une orthographe et une terminologie (scientifique et technologique) communes et à en faire les référentiels incontournables dans toutes les écoles et autres centres d'enseignement-apprentissage.

30Une harmonisation suppose donc l'existence de plusieurs normes qu'il faut "normaliser" dans un contexte où s'impose de plus en plus la normalisation, conséquence de la multiplication et de la diversification de la communication spécialisée.

31Ainsi, tout écrit en peul sera susceptible d'être exploité par les utilisateurs du peul écrit. Mais pour cela, l'existence d'orthographe, de dictionnaire et de terminologie électroniques ne suffit pas. Encore faut-il connaitre leur existence, les utiliser, les enrichir. Pour une langue à culture de l'écrit émergente comme le peul, les TIC, à travers le clavardage, le forum, les cours en ligne… permettent de créer un environnement d'apprentissage virtuel (Henri & Lundgren-Cayrol, 2001 ; Bordeleau, 1994), ce qui invite à revenir sur l'enseignement-apprentissage et la communauté de pratique.

4. La communauté de pratique

32Des référentiels ont été officiellement harmonisés pour être en vigueur dans la quasi-totalité des pays francophones où le peul est langue d'enseignement-apprentissage : Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie, etc. Ce fut le cas de l'orthographe de Bamako (Unesco, 1966). Toutefois, ces documents élaborés à la suite de moult rencontres internationales sont de nos jours introuvables au niveau des opérateurs en peul, notamment les acteurs de l'éducation formelle. D'ailleurs, leur inaccessibilité les décharge de toute contribution à l'harmonisation du peul. Mais l'informatisation du peul permet d'amenuiser cette inaccessibilité des référentiels. Elle les rend même plus accessibles, par leur mise en ligne.

33Les référentiels sont de diverses natures et tous enrichis au fil du temps de manière non concertée par les utilisateurs. Certains existent en version électronique et sur support papier alors que d'autres n'existent que sur support papier. Les TIC offrent désormais aux apprenants la possibilité d'accéder aux éventuels référentiels (dictionnaires, terminologies, orthographes) pour peu qu'ils soient mis en ligne, et l'on peut alors supposer que les TIC sont susceptibles de participer à l'harmonisation du peul par le biais de la création d'une communauté de pratique.

34La notion de communauté de pratique fait référence à

un groupe de personnes partageant la même problématique (…) et désirant se mobiliser pour trouver des solutions en mettant à profit l'expertise, les connaissances et la créativité des acteurs impliqués (Leclerc, Moreau, Leclerc-Morin, 2007 : 158).

35Savoie-Zajc (2001) précise qu'elle renvoie à un groupe de personnes animées par un désir et un pouvoir de trouver, en partenariat, une solution à un même questionnement ou une même passion et qui, selon Wenger, McDermott et Snyder (2002 : 4), choisit d'approfondir "sa connaissance et son expertise en interagissant ensemble de manière régulière".

36Cette communauté de pratique est aussi une communauté d'apprentissage professionnelle, c'est-à-dire une communauté dans laquelle les enseignants adoptent, par rapport à l'enseignement et à l'apprentissage, une approche active, basée sur la réflexion, la collaboration, l'apprentissage et l'épanouissement. Elle trouve sa cohérence dans l'engagement mutuel entretenu par la pratique et basé sur "la complémentarité des compétences, et sur la capacité des individus à connecter efficacement leurs connaissances avec celles des autres" (Valérie, 2000 : 7).

37Une étude a été menée avec des étudiants de l'université de Ouagadougou pour analyser comment l'enseignement-apprentissage est susceptible de conduire à l'acquisition de connaissances permettant de surmonter des obstacles d'intercompréhension entre les dialectes du peul et de s'inscrire ainsi dans la dynamique de son harmonisation. Elle offre aux apprenants la possibilité de travailler en synergie dans un cadre collaboratif au moyen des TIC, avec pour objet l'harmonisation du peul.

5. Conclusion

38Pour une meilleure contribution de l'enseignement-apprentissage et des TIC à l'harmonisation du peul, des communautés de pratique regroupant des utilisateurs du peul dans différents pays pourraient être créées.

39Des modules d'enseignement-apprentissage à distance pourraient permettre de passer d'un dialecte à un autre et de participer au mieux à l'enrichissement de l'orthographe et de la terminologie du peul. Il serait aussi souhaitable que les acquis des communautés de pratique obtenus dans un cadre concerté de travail collaboratif à distance soient mis en ligne sur des sites Internet entièrement ou partiellement en peul et librement accessibles.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

ACCT. (1984). Compte-rendu et descriptifs des programmes de coopération linguistique. Réunion technique des coordonnateurs des projets de coopération linguistique. CELHTO-Niamey, Niger, 20-28 février 1984. Paris : ACCT / CELHTO / OUA.

Auger, P. (1986). "Francisation et terminologie : l'aménagement terminologique". In Rondeau G. & Sager, J. C. (dir.). Termia 84. Terminologie et coopération internationale. Québec : Girsterm. pp. 47-55.

Berment, V. (2004). Méthodes pour informatiser des langues et des groupes de langues "peu dotées". Thèse de doctorat, université Joseph Fourier – Grenoble 1. Disponible en ligne : http://portal.unesco.org/pv_obj_cache/pv_obj_id_04CE2ED7D95F2F5AED014AA9F42B2608AEB73300/filename/these_Berment.pdf

Bordeleau, P. (1994). Apprendre dans des environnements pédagogiques informatisés. Les Éditions Logiques : Montréal (Québec).

Diagne, P. (1981). Transcription et harmonisation des langues africaines au Sénégal. Unesco, Langues africaines, documents de la réunion d'experts sur la transcription et l'harmonisation des langues africaines, Niamey (Niger), 17-21 juillet 1978, p. 197.

Diki-Kidiri, M. (2007). Comment assurer la présence d'une langue dans le cyberespace ?. Paris : Unesco.

Dubois, J.et al., (1973). Dictionnaire de linguistique générale. Paris : Larousse.

Henri, F. & Lundgren-Cayrol, K. (2001). Apprentissage collaboratif à distance. Presses de l'université du Québec : Québec.

Leclerc, M., Moreau, A. & Leclerc-Morin, M. (2007). "Modèle de réussite d'une communauté d'apprentissage professionnelle : la dynamique causale comme outil de dialogue et d'analyse". Éducation et francophonie, volume XXXV, n° 2.

Maurais, J. (1987). "L'expérience québécoise d'aménagement linguistique". In Maurais, J. Politique et aménagement linguistiques. Paris – Québec : Le Robert – Conseil de la langue française. pp. 359-416.

Rousseau, L.-J. (2003). "Le traitement informatique des langues africaines". Rifal, n° 23. pp. 101-102. Disponible en ligne : http://www.rifal.org/cahiers/rifal23/rifal23.pdf

Savoie-Zajc, L. (2001). "La recherche-action en éducation : ses cadres épistémologiques, sa pertinence, ses limites". In Anadón, M. & L'Hostie, M. (dir.). Nouvelles dynamiques de recherche en éducation. Presses de l'université de Laval : Sainte-Foy. pp. 15-49.

Unesco. (1953). Réunion de l'Unesco sur l'emploi des langues vernaculaires dans l'enseignement. Paris : Unesco. Disponible en ligne : http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001315/131582fo.pdf

Unesco. (1966). Rapport final de la réunion d'experts organisée par l'Unesco pour l'unification des alphabets des langues nationales : fulfulde, hawsa, kanuri, mandingue, songhay-zarma, tamasheq. Bamako, 28 février-5 mars. Paris : Unesco.

Unesco. (1978). Langues africaines, documents de la réunion d'experts sur la transcription et l'harmonisation des langues africaines. Niamey (Niger), 17-21 juillet 1978. Paris : Unesco.

Unesco. (1979). Langues africaines, documents de la réunion d'experts sur l'utilisation des langues africaines régionales ou sous-régionales comme véhicule de culture et moyens de communications dans le continent. Bamako (Mali), 18-22 juin 1979. Paris : Unesco.

Vachon-L'Heureux, P. (nd). Standardisation, normalisation et officialisation en aménagement terminologique au Québec. Office de la langue française du Québec. Disponible en ligne : http://www.uzei.com/Modulos/UsuariosFtp/Conexion/archivos14A.pdf

Valérie, C. (2000). "Communautés de pratique et management par projet − À propos de l'ouvrage de Wenger (1998) : Communities of Practice : Learning, Meaning and Identity". M@n@gement, vol. 3, n° 1. pp. 1-30. Disponible en ligne : http://www.management-aims.com/PapersMgmt/31Chanal.pdf

Wenger, É, McDermott, R. & Snyder, W. (2002). Cultivating communities of practice: A guide to managing knowledge. Boston : Harvard Business School Press. Disponible en ligne : http://hbswk.hbs.edu/archive/2855.html

Haut de page

Notes

1 Tabital Pulaaku International est une coordination d'associations nationales pour la promotion de la langue et de la culture peules. Elle a une liste de diffusion de plusieurs centaines de personnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Issa Diallo, « Les TIC au service de l'harmonisation du peul », Alsic [En ligne], Vol. 15, n° 3 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2012, Consulté le 26 novembre 2014. URL : http://alsic.revues.org/2558

Haut de page

Auteur

Issa Diallo

Issa Diallo, linguiste spécialiste des langues africaines, est chef du département de linguistique et des langues nationales de l'institut des sciences des sociétés au centre national de recherche scientifique et technologique de Ouagadougou. Après une thèse portant sur la description du peul soutenue en 1992, il a écrit de nombreux articles sur les langues africaines et s'intéresse depuis 2006 à l'intégration des TIC dans l'enseignement des langues africaines transfrontalières. Issa Diallo est également titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation de l'université de Montréal.
Affiliation : département de linguistique et des langues nationales − Institut des sciences des sociétés / CNRST Ouagadougou, Burkina Faso.
Courriel : dialloiss@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page