Navigation – Plan du site
Recherche

Les usages linguistiques des adolescents québécois sur les médias sociaux

Language use of Québec adolescents on the social web
Monique Lebrun et Nathalie Lacelle

Résumés

L'article s'intéresse aux pratiques linguistiques sur les médias traditionnels et les médias sociaux déclarées par de jeunes Québécois de 14 à 17 ans, fréquentant l'école française. Le questionnaire d'enquête utilisé cible de façon particulière les usages du français et de l'anglais chez cinq sous-populations : les francophones de souche, les anglophones de souche, les allophones de souche, les francophones d'adoption et les anglophones d'adoption. Les résultats démontrent un usage très diversifié du français dans la vie quotidienne selon l'origine ethnique : les francophones de souche et d'adoption l'utilisent presque toujours à l'école, avec leur famille et leurs amis, et, à un degré important dans leur consommation des médias traditionnels, alors que les trois autres groupes le choisissent de façon sporadique, lui préférant l'anglais. Concernant les médias sociaux, les comportements s'alignent également sur les origines ethniques, cependant la prédominance du français chez les deux groupes les plus francophones s'estompe quelque peu, semblant concrétiser la prédominance de l'anglais sur la Grande Toile chez les jeunes Québécois. La conscience linguistique des jeunes Québécois, d'un point de vue général, même celle des deux groupes de francophones, n'est pas encore très éveillée, non plus que leur opinion face à la francophonie.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Dans le cadre du présent article, l'expression "web social" désigne l'ensemble des médias sociaux o (...)

1Grâce à Internet et aux médias sociaux, les jeunes disposent dorénavant d'un moyen de communication "global" s'adressant à une population de plus en plus multinationale et multilingue. Internet World Stats (2010) rapporte que 70 % des "netizens", ou utilisateurs actifs d'Internet, parlent une autre langue que l'anglais. Il est donc intéressant de voir comment les utilisateurs, les jeunes en particulier, "négocient" linguistiquement lorsqu'ils vont sur le web, particulièrement sur le web social1, et à quel degré, entre autres, ils pratiquent le multilinguisme.

2Les recherches théoriques et pratiques sur le multilinguisme sont surtout basées sur les études conversationnelles concernant l'alternance codique ("code-switching", voir Li, 2005). Les études abordant l'écriture multilingue sont peu nombreuses et celles portant sur l'écriture multilingue en ligne (voir Danet & Herring, 2007, pour des compléments d'information), encore moins. Il n'y a actuellement pas de consensus concernant la domination de l'anglais sur Internet, puisque la situation a beaucoup évolué : ce qui était vrai il y a quinze ans l'est de moins en moins de nos jours, selon Lee et Barton (2011).

3Afin de connaître les langues que les jeunes choisissent pour communiquer entre eux sur le web social, nous avons sondé 349 élèves québécois du secondaire de deux régions géographiques, l'une fortement francophone, et l'autre à population hétérogène, avec une forte composante issue de l'immigration. Il s'agissait de dresser un portrait de ces élèves quant à leur origine ethnique, leurs pratiques linguistiques, la fréquence et la nature de leur utilisation des blogues / réseaux sociaux. Il nous semblait intéressant de nous interroger sur la langue du web, car, au Québec, le français, bien que langue officielle, a un statut menacé par la prédominance du monde anglo-saxon qui l'entoure. Nous nous proposons de comparer les pratiques linguistiques déclarées par ces jeunes, dans la vie courante et sur le web social. Le questionnaire utilisé cible les usages que font les jeunes Québécois du français et de l'anglais. Cependant, il importe, avant de plonger dans l'enquête elle-même, de définir qui sont les jeunes répondants.

2. Des jeunes sensibles aux mutations technologiques et au contexte sociopolitique

4Nos répondants ont à la fois des caractéristiques communes à leur groupe d'âge et des traits linguistiques singuliers provenant de leur situation de minoritaires en contexte nord-américain, bien que majoritaires au Québec.

2.1. Les mutations technologiques et les jeunes

5Avant l'arrivée des médias sociaux, les internautes disposaient de deux formes distinctes d'outils de communication : les pages ou les sites personnels et les forums ou les listes de discussion. Les blogues et les RéSo, tels que Facebook, MySpace et Twitter, leur ont permis l'accès à un dispositif hybride permettant "des modalités variées et originales de mises en contact" ainsi qu'une " mise en récit de leur identité personnelle" (Cardon & Delauney-Téterel, 2006 : 3) allant de l'auto-publication aux échanges entre blogueurs. Selon Fluckiger (2006 : 136), les blogues et les RéSo constituent un "outil d'entretien de la sociabilité en mode connecté, une mémoire collective des sorties passées, ou encore un outil d'échange de données, de photos, d'informations…". L'identité de l'internaute y est révélée à ses pairs ainsi que de nombreuses informations personnelles. Les médias sociaux ne s'inscrivent pas dans "une logique d'anonymat", selon Delauney-Téterel (2008 : 49), mais plutôt de communauté constituée autour de caractéristiques communes. Cela est particulièrement vrai pour les réseaux sociaux, rares sont ceux qui s'y créent des identités fictives, qui fonctionnent sous pseudonymes, bien que, dans le cas des blogues, on en retrouve. Cette tendance contribue à diminuer l'écart entre identité réelle et identité virtuelle. Les nouveaux produits technologiques tels qu'ordinateurs, portables, cellulaires, téléphones intelligents modulent les habitudes d'utilisation des blogues et des RéSo chez les adolescents à l'affût de nouveautés et d'occasions de socialiser, rendant rapidement désuètes les recherches sur ces pratiques. Ainsi Piette, Pons et Giroux témoignent en 2006 de jeunes peu intéressés par le web social, alors qu'ils en sont actuellement mordus.

  • 2 Cette théorie des "natifs du numérique" est cependant contestée par certains, dont Helsper et Eynon (...)

6Au Québec, les jeunes sont, tout comme ailleurs, nombreux à utiliser les TIC (technologies de l'information et de la communication) en général et le web social en particulier (CEFRIO, 2009). Cette enquête rapporte que 74 % des jeunes de 12 à 24 ans clavardent, 71 % écoutent de la musique en ligne, 62 % visitent des sites de réseautage comme Facebook ou MySpace et 45 % jouent à des jeux en ligne. Ils se servent donc d'Internet pour se divertir et communiquer entre eux. Comme les jeunes de partout à travers le monde, ils accordent une grande importance au réseautage et vivent dans le présent tout en existant simultanément dans plusieurs espaces-temps, tour à tour éclatés et intimes. Ce sont vraiment des "natifs du numérique" (digital natives)2 comme les appelle Prensky (2001).

2.2. Le contexte sociopolitique et les jeunes

7Afin de mieux contextualiser l'enquête, nous devons définir les particularités linguistiques telles que vécues actuellement par les jeunes Québécois. Le Québec fait partie de l'ensemble canadien qui s'est doté, depuis les années soixante, d'une politique prônant officiellement le bilinguisme (soit les deux langues officielles) et le multiculturalisme. Certains chantres du bilinguisme, dont Cummins (2000), connu pour ses travaux depuis une trentaine d'années, en ont démontré jusqu'à plus soif les avantages au plan cognitif. Il apparaît cependant qu'au Canada, le taux de bilinguisme est incomparablement plus fort chez les minoritaires, dont les Québécois, que chez les majoritaires, les Anglo-Canadiens (voir Statistiques Canada, 2009).

8Le Québec pour sa part, afin d'établir et de consolider la prédominance du français, s'est doté d'une politique linguistique ambitieuse d'intégration en français des immigrants. Dans l'esprit de cette politique, et sans exclure l'anglais ou d'autres langues, le français doit être la principale langue utilisée dans la communication publique (Pagé & Lamarre, 2010). Or, si le français est prédominant, le bilinguisme d'une partie non négligeable de la population du Québec est une caractéristique importante de la réalité linguistique, tout comme l'est l'usage ponctuel de l'anglais dans la vie quotidienne, particulièrement dans la région de Montréal. Ainsi, l'"hétérogénéité grandissante de la population du Québec vient bousculer les repères identitaires autrefois bien ancrés " (Saint-Laurent et al., 2008 : 93) , soit de parler (toujours et uniquement) français.

9Commentant l'enquête Léger Marketing rendue publique en 2010, concernant la langue et l'identité, Jedwab (2010) fait remarquer que les Québécois francophones attachent plus d'importance au Québec qu'au Canada et au français qu'à l'anglais et que la situation est inverse pour les Québécois anglophones. Quant aux allophones québécois, ils se disent, d'une part, plus attachés au monde entier qu'au Québec, bien que le Québec passe pour eux avant le Canada. Leur attachement pour le français, d'autre part, est égal à celui qu'ils ont pour l'anglais. L'enquête démontre enfin que le sentiment d'attachement croît avec l'âge.

10Ainsi, les élèves québécois développent assez tôt une sensibilité aux questions linguistiques, base d'une future conscience sociopolitique de la langue. Mais est-ce le cas pour l'usage qu'ils en font sur le web social ? C'est dans ce contexte sociolinguistique particulier au Québec que nous nous intéressons à la question de l'identité des jeunes dans l'espace web, et plus précisément à travers l'usage qu'ils font des réseaux sociaux.

3. Méthodologie de l'enquête

11Rappelons que nos deux objectifs de recherche étaient de connaître les langues utilisées par les jeunes Québécois fréquentant les écoles francophones quand ils naviguent sur le web social et de comparer ces usages linguistiques dans les médias sociaux à ceux de la vie quotidienne. Nous expliquerons ici la conception et la validation du questionnaire, de même que les caractéristiques des répondants et les conditions de passation.

3.1. La conception du questionnaire

  • 3 Le questionnaire complet de notre enquête demandait, entre autres, dans cette deuxième partie, le n (...)

12Nous avons choisi un questionnaire à choix multiples pour faciliter les compilations. Le questionnaire est divisé en trois parties. La première comporte des questions qui visent à dresser le portrait de notre échantillon sur le plan identitaire, entre autres en scrutant les usages langagiers de tous les jours. La seconde comprend des questions sur la nature, la fréquence et l'usage des blogues et des RéSo. Les questions de la troisième partie sondent les pratiques sur les blogues et les RéSo en lien avec l'utilisation de la langue française. Nous ne traiterons ici que de certaines questions de notre instrument, à savoir celles qui portent spécifiquement sur la langue. Ainsi, la 2ème partie, concernant les pratiques sur le web et dans d'autres médias3 ne sera que partiellement traitée.

  • 4 Au Québec, on appelle "allophone" une personne dont la langue maternelle est différente du français (...)

13Afin de faciliter l'analyse des données et d'éviter le problème des identités ethniques éclatées, ou encore fantaisistes, nous avons favorisé le regroupement des sujets en cinq sous-populations, selon un auto-positionnement des sujets en lien avec leur identification linguistique et culturelle. À l'une des questions de la première partie du questionnaire, les sujets devaient, en effet, choisir parmi cinq énoncés celui qui correspondait le plus au groupe ethnolinguistique (communauté culturelle) auquel ils appartiennent, soit A = francophone de souche (ou d'origine) ; B = anglophone de souche (ou d'origine) ; C = allophone4 de souche (c'est-à-dire, autre que francophone ou anglophone) ; D = francophone d'adoption (c'est-à-dire, d'origine autre, mais s'identifiant surtout aux francophones) ; E = anglophone d'adoption (c'est-à-dire d'origine autre, mais s'identifiant surtout aux anglophones).

3.2. La validation du questionnaire

  • 5 Ce questionnaire couvre une gamme plus vaste de sujets liés aux usages linguistiques et non linguis (...)

14Le questionnaire a d'abord été validé auprès d'élèves âgés entre 14 et 17 ans, répartis entre la troisième et la cinquième secondaire dans deux écoles francophones de Montréal. Nous avons recueilli les réponses de 165 répondants au total. Les réponses de 12 non-blogueurs, c'est-à dire de jeunes n'allant jamais sur les blogues et les RéSo, n'ont pas été retenues. La compilation des résultats a été réalisée sur Excel. Certaines questions se recoupant inutilement, manquant de clarté ou difficilement traitables statistiquement ont été élaguées. Le questionnaire s'est avéré toutefois relativement bien fait (discriminant bien, entre autres, les différentes identités ethniques) et nous en avons conservé la presque totalité, ce qui a donné 17 questions en première partie, 11 questions en deuxième partie et 13 questions en troisième partie5.

3.3. La passation définitive

15La version finale du questionnaire a été administrée à deux types de populations quant à la concentration des francophones. Le premier sous-échantillon est constitué de quatre classes de deux écoles francophones de l'ouest de l'île de Montréal où l'on retrouve une forte concentration d'anglophones et d'allophones. Le deuxième sous-échantillon réunit des classes où la concentration des francophones de souche est plus grande : il comprend une classe d'une école du centre-ville de Montréal, deux classes d'une école de l'est de Montréal et quatre classes d'une école de Trois-Rivières. Les répondants sont âgés entre 14 et 17 ans et répartis entre la troisième et la cinquième secondaire. Nous avons recueilli les réponses de 349 élèves (24 questionnaires provenant de répondants ne fréquentant pas les médias sociaux, ont été rejetés, soit 6,8 %). Si l'on compare ces résultats à ceux de l'enquête française de Bigot et Croutte (2010) dans laquelle il apparaît qu'un adolescent sur deux fait partie d'un "réseau social" sur Internet, notre échantillon présente un fort pourcentage d'élèves actifs dans les médias sociaux. Deux des 11 classes étant fréquentées uniquement par des filles, il existe un déséquilibre entre les sexes des répondants (207 filles, 142 garçons). Comme on le verra plus loin, nos résultats démontrent que les différences entre sexes et celles basées sur le positionnement ethnique s'avèrent parfois significatives, tout dépendant du sujet traité. Comme dans le cas de l'étude pilote pour fin de validation du questionnaire, les résultats ont été compilés sur Excel, en séparant chacune des cinq sous-populations.

4. Les résultats de l'enquête

16Nous décrirons et analyserons nos résultats en deux temps, tout d'abord selon les pratiques linguistiques dans la vie quotidienne et ensuite selon les pratiques linguistiques sur les blogues et les RéSo, afin de pouvoir éventuellement comparer les unes et les autres. Pour un total de 349 sujets, 154 appartiennent au groupe des francophones de souche, 49 au groupe des anglophones de souche, 58 aux allophones de souche, 48 aux francophones d'adoption et 40 aux anglophones d'adoption.

4.1. Les positionnements ethniques et les pratiques linguistiques dans la vie quotidienne

17Nous donnerons, tout d'abord, des explications générales concernant les positions ethniques des sous-populations et décrirons, ensuite, les usages linguistiques des cinq sous-populations à l'école, avec les commerçants, avec les amis et, enfin, avec leur famille. Nous terminerons par une description de leur usage du français dans leurs pratiques culturelles, soit l'écoute de la télévision et de la radio, de même que la lecture des magazines et des livres.

4.1.1. Les positionnements ethniques des sous-populations – Quelques explications

  • 6 Le concept de "francotrope" a été créé par le démographe québécois Charles Castonguay en 1994, et d (...)

18Les sujets qui se définissent comme francophones et anglophones de souche sont pour ainsi dire tous nés au Canada. Les allophones de souche ne sont pas issus de pays francotropes6. Les jeunes qui se définissent comme des allophones de souche sont presque tous nés au Canada alors que l'un de leurs parents – ou les deux – proviennent d'une vingtaine de pays répartis sur quatre continents, à l'image de la diversité de l'immigration récente montréalaise. Les francophones d'adoption sont surtout nés au Canada et en pays francotropes (Vietnam, Liban, Syrie, Laos…) alors que les anglophones d'adoption sont surtout nés au Canada et dans des pays non francotropes (États-Unis, Ukraine, Sri Lanka, Arabie Saoudite…). Chez les francophones de souche, toutes les mères ou presque sont soit des francophones de souche (Haïti, Liban, Belgique, Syrie…) ou de pays francotropes (Espagne, Portugal, Vietnam…). Chez les francophones d'adoption, 38 sur 48 sont soit du Canada, soit de pays francotropes (France, Maroc, Suisse…). Les anglophones d'adoption ont des parents provenant non seulement de pays anglophones, mais également de pays francotropes (Haïti, Roumanie, Syrie, Italie, Liban…). Cela signifie que ces jeunes peuvent s'identifier à l'une ou l'autre des deux langues du pays. Ceux qui se disent allophones de souche se démarquent des autres sous-populations par le fait qu'une forte minorité est née hors du Canada, d'où, peut-être, le désir de ne s'identifier ni aux francophones ni aux anglophones.

19Une bonne partie de nos sujets, soit 229 sur 349, provient de Montréal. Selon des statistiques récentes mises de l'avant par Saint-Laurent et ses collaboratrices (2008), Montréal est la ville avec le plus haut taux de bilinguisme français-anglais au Canada (47,7 % de sa population déclare des compétences dans les deux langues officielles). Les répondants montréalais de notre enquête sont donc confrontés quotidiennement à la diversité linguistique et culturelle montréalaise et au clivage franco-anglais, sauf s'ils demeurent dans l'est de l'Île de Montréal, ce qui est le cas d'une soixantaine de nos sujets. L'identité des populations vivant dans des quartiers multilingues à Montréal serait ainsi "hybride et fluide", dit Saint-Laurent (2008). Le contexte multilingue dans lequel ont grandi les jeunes participants de notre enquête reflète une réalité partielle des jeunes Québécois, soit de Montréalais appelés quotidiennement à s'exprimer dans les deux langues officielles : le français et l'anglais. Ces jeunes sont issus d'un milieu plus diversifié sur le plan linguistique et culturel que jamais. Ainsi, l'"hétérogénéité grandissante de la population du Québec vient bousculer les repères identitaires autrefois bien ancrés" (Saint-Laurent et al., 2008 : 93), soit de parler français. Alors que pour les francophones de l'extérieur de Montréal la langue est constitutive de l'identité québécoise, pour la majorité des anglophones, la langue française et la culture québécoise peuvent être dissociés : ils parlent la langue française mais n'adhèrent pas à la culture québécoise, c'est-à-dire qu'ils ne se reconnaissent pas dans les valeurs et le mode de vie des Québécois francophones, majoritaires.

  • 7 Cette loi linguistique, promulguée en 1977 par le gouvernement du Parti Québécois (autonomiste) alo (...)

20Les allophones québécois constituent le groupe le plus multilingue du Canada et, fort probablement, de l'Amérique d'après les travaux de Lamarre (2001). Selon la partie "renseignements généraux" de notre enquête, bien que leurs parents soient d'origine "autre" que francophone ou anglophone, 59,25 % des francophones d'adoption indiquent le français comme langue maternelle, ce qui représente une plus forte proportion que celle concernant le choix de l'anglais comme langue maternelle pour les anglophones d'adoption (20 %), ces derniers indiquant plus volontiers une langue tierce, lorsqu'on leur demande quelle est leur langue maternelle. Quant à ceux qui se désignent comme des allophones "purs", ils ont les mêmes comportements que les anglophones d'adoption sur ce sujet. Dans notre enquête, le degré de polyglottisme est fonction de la provenance ethnique des sujets. Même ceux qui se définissent comme anglophones purs n'ont pas une origine purement anglophone (ce sont souvent des allophones d'origine ayant choisi l'anglais comme langue d'usage), et les langues tierces qu'ils parlent couramment attestent cet état de fait. La seule langue non dépendante de l'origine ethnique est l'espagnol, qui s'enseigne dans nos écoles. L'arabe occupe une place ambiguë, étant à la fois parlé par certains des francophones d'adoption et des allophones purs. Quant à l'italien, des raisons historiques expliquent sa présence : immigration d'avant la loi 1017 et droits acquis grâce à la clause "famille" dans les écoles anglaises. Les recherches de Lamarre (2001) soulèvent la question du trilinguisme québécois, lequel, selon cet auteur, contribuerait à des dynamiques d'échanges et de rapports sociaux en constante évolution.

21La région de la Mauricie, quant à elle, d'où sont issus 120 de nos répondants, est très majoritairement francophone. Il n'y a là que deux écoles secondaires publiques enseignant en anglais et elles n'échappent pas aux contrecoups de la baisse démographique, soit environ 5 % par an. Selon le ministère de l'éducation, du loisir et du sport du Québec (MELSQ, 2006), en 2006, la région ne comptait que 1 017 élèves anglophones, dont 383 au secondaire. Si l'on ne considère que la seule ville de Trois-Rivières, il y a encore moins d'élèves anglophones. Par comparaison, les écoles publiques secondaires francophones comptaient 28 436 élèves en 2006. On peut donc dire, parlant de Trois-Rivières, que l'on est en milieu linguistique très homogène. Quant aux immigrants eux-mêmes, le site de Statistiques Canada (2006) nous apprend que Trois-Rivières et sa région comptent environ 3 % de population migrante, ce qui est très peu et contribue à accentuer l'aspect monolingue et monoculturel de la ville et de la région.

4.1.2. Les usages du français dans la vie quotidienne des sous-populations

22Nous avons interrogé les jeunes pour savoir si leur langue d'usage actuelle est différente de leur langue maternelle. Rappelons que l'on définit la langue d'usage comme celle parlée le plus souvent dans la vie de tous les jours. Nous faisons état dans la figure 1 non pas d'une statistique globale, qui masque souvent la réalité des faits, mais bien de l'usage réel du français à l'école, avec les commerçants, avec les amis et avec la famille. Les sujets devaient répondre selon une échelle en cinq points. Nous avons retenu les deux dernières catégories, soit le pourcentage de ceux qui utilisent "souvent" et "toujours" le français.

Figure 1a – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Figure 1a – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Francophones de souche.

Figure 1b – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Figure 1b – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Anglophones de souche.

Figure 1c – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Figure 1c – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Allophones de souche.

Figure 1d – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Figure 1d – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Francophones d’adoption.

Figure 1e – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Figure 1e – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.

Anglophones d’adoption.

23Précisons que toutes nos sous-populations fréquentent l'école française. Il n'est donc pas étonnant, entre autres, que trois sous-populations utilisant en général assez peu le français, soit les anglophones de souche, les anglophones d'adoption et, dans une moindre mesure, les allophones de souche, aient des pourcentages d'utilisation du français à l'école qui soient au-delà de 50 %.

24On remarquera également le très bas pourcentage des anglophones de souche et d'adoption utilisant le français avec les commerçants : comme ceux-ci sont généralement bilingues, ces sujets ont plutôt tendance à utiliser leur propre langue d'usage. Autre fait intéressant, les anglophones de souche et d'adoption, et, dans une moindre mesure, les anglophones de souche, contrairement aux autres sous-populations, ont relativement peu d'amis francophones. La figure 1 (sections a et b) montre également le clivage important entre francophones et anglophones de souche lorsqu'il s'agit de la langue parlée à la maison, avec les parents et la fratrie : la langue maternelle prévaut largement. Il en va autrement pour toutes les autres sous-populations. Si les francophones d'adoption démontrent une tendance marquée vers l'"intégration linguistique", avec un usage familial du français qui dépasse les 50 %, les allophones de souche et les anglophones d'adoption "résistent" dans la sphère privée à la langue officielle du Québec.

25Dans les limites du présent article, nous ne pouvons évoquer en détail l'usage familial des langues tierces, mais retenons tout de même que celles-ci sont encore couramment parlées en milieu familial avec les parents immigrants de la première génération et surtout avec les grands-parents. Les grands-parents des francophones d'adoption sont plus francophones que les grands-parents des anglophones d'adoption ne sont anglophones, puisque ces grands-parents des francophones d'adoption sont souvent de pays francotropes. Les différences quant au sexe sont peu parlantes, sauf pour les filles anglophones d'adoption qui ont significativement plus d'amis francophones que leurs homologues masculins et pour les garçons francophones d'adoption, qui ont tendance à toujours s'adresser en français aux commerçants, contrairement à leurs homologues féminines, qui le font trois fois sur quatre.

26Il importe maintenant de voir comment se comportent les jeunes des différentes origines quant à leur consommation de produits culturels tels que la télévision, la radio, les magazines et les livres. Nous avons résumé les réponses de nos sujets dans la figure 2. L'échelle de réponse utilisée comportait sept points. Nous en avons retenu trois : "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français".

27

Figure 2a – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Figure 2a – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Francophones de souche.

Figure 2b – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Figure 2b – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Anglophones de souche.

Figure 2c – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Figure 2c – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Allophones de souche.

Figure 2d – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Figure 2d – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Francophones d’adoption.

Figure 2e – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Figure 2e – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.

Anglophones d’adoption.

28À la lecture de la figure 2 nous remarquons que seuls les francophones de souche (section 2a) ont un comportement francophile caractérisé dans leur consommation des médias traditionnels (ou extra-numériques, si l'on veut). La prédominance de l'anglais se manifeste très clairement pour toutes les autres sous-populations, sauf pour la lecture des livres chez les filles et garçons francophones d'adoption (section 2d) et, à un moindre degré, chez les garçons francophones d'adoption (section 2d), pour l'écoute de la télévision. Les comportements des filles et des garçons se distinguent peu sauf pour ce qui est des allophones de souche (section 2c) et des francophones d'adoption (section 2d) : dans ces deux cas, les garçons sont significativement plus nombreux que les filles à lire des magazines et des livres en français. On peut sans doute expliquer ce résultat par le très grand nombre de magazines féminins offerts aux jeunes filles de cet âge en anglais et par la vogue des soaps américains chez cette population, comme le remarque Brown (1994). Précisons que les "livres" en question sont les lectures de loisir, et non les ouvrages scolaires.

29Il faut se demander si ces pratiques se reflètent sur le web et donc si les frontières du réel créent des balises aux territoires virtuels fondées sur les pratiques linguistiques. Et puisque les territoires web sont plus "poreux" (Piette et al., 2006), quant à l'infiltration de différentes langues – même dans ceux dont les interfaces apparaissent dans une langue, il faudrait éventuellement comparer les lieux d'échange réels aux lieux d'échange sur le web.

4.2. Les pratiques linguistiques sur les blogues

30Même si nous avons demandé aux jeunes répondants d'établir un palmarès de leurs blogues préférés et les avons questionnés sur les raisons de les fréquenter, nous laisserons de côté cette partie de notre enquête pour nous concentrer, comme nous l'avons déjà précisé, sur les usages linguistiques sur les blogues.

31La langue est le marqueur symbolique de l'identité culturelle, la marque la plus visible de cette identité. Il est normal que les usages linguistiques sur les blogues aient retenu notre attention en tant que phénomène culturel de première importance. Avec des répondants d'origines variées, nous nous attendions à trouver des usages linguistiques contrastés sur les médias sociaux consultés. Nous traiterons du choix de la langue sur les blogues, du bilinguisme sur le web social et de la conscientisation face à la francophonie et à la qualité de la langue utilisée, en laissant de côté certaines questions, comme celles de la fréquence des activités sur les RéSo en termes de nombres d'heures, qui sont périphériques au sujet.

4.2.1. Le choix de la langue sur les blogues

32La figure 3 rend compte des raisons linguistiques des répondants d'aller sur les blogues en français et / ou en anglais. Nous n'avons pas pu accéder à des statistiques valides concernant l'évaluation par les sujets de la proportion de leurs messages lus / écrits sur les médias sociaux dans chacune des deux langues concernées, soit le français et l'anglais, en raison des hésitations de ces sujets à accéder de façon consciente à leurs propres comportements en la matière. D'ailleurs la figure 4 (voir plus loin), démontre que, chez certaines sous-populations, il y a un manque de conscience face à cette question : les sujets ne se rendent pas compte de la langue dans laquelle ils communiquent sur le web. Il était entendu pour nous, et ce dès l'étude pilote, que la majorité avait des comportements bilingues sur le web social (voir à ce propos la section 4.2.2. qui suit) en raison du contexte sociopolitique que nous avons exposé précédemment (en 1.2.). Pour construire la figure 3, nous avons compilé le nombre d'occurrences "fortement d'accord" et "totalement d'accord" (sur une échelle en sept points), relevé pour des questions telles que "J'aime bloguer en français parce que…" et "J'aime bloguer en anglais parce que…".

Figure 3a – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Figure 3a – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Francophones de souche.

Figure 3b – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Figure 3b – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Anglophones de souche.

Figure 3c – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Figure 3c – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Allophones de souche.

Figure 3d – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Figure 3d – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Francophones d’adoption.

Figure 3e – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Figure 3e – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".

Anglophones d’adoption.

33Il faut tout d'abord considérer les trois premiers blocs de colonnes de chaque section de la figure 3, qui donnent le degré d'accord des répondants à trois raisons de bloguer en français. Distinguons ici deux regroupements : les francophones de souche et d'adoption, d'une part, et les trois autres groupes, d'autre part. Les filles francophones de souche (section 3a de la figure) manifestent une nette préférence pour le fait de bloguer en français pour des raisons linguistiques : elles affirment majoritairement que le français est leur langue, celle de leur famille et celle de leurs amis. Cette position est partagée, bien qu'à un degré moindre, par les garçons francophones de souche. Les francophones d'adoption (section 3c de la figure), pour leur part, ont un penchant assez prononcé, surtout chez les filles, pour reconnaître que le français est leur langue et celle de leurs amis, qu'il ne soit pas la langue de "leur famille" va de soi. Les résultats de cette figure sont assez concordants avec ceux de la figure 1, quant à la fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne.

34Le deuxième regroupement est celui des anglophones de souche et d'adoption, de même que des allophones de souche. Ces trois sous-populations ont peu de raisons linguistiques de bloguer en français, qui n'est ni leur langue ni celle de leur famille, ce que font bien ressortir les sociogrammes, rendant compte de l'usage du français dans une proportion quasi nulle. Pour les allophones de souche toutefois (section c de la figure), surtout les garçons, c'est cependant la langue d'un bon nombre de leurs amis, ce qui justifie le fait qu'ils bloguent parfois en français. Il faut rappeler que, selon Saint-Laurent et al. (2008), le français n'est pour les allophones et les anglophones qu'un outil de communication et que, aux dires de Lamarre (2001), les jeunes anglophones et allophones montréalais sont deux fois plus bilingues que leurs homologues francophones, bien que les choix ici décrits ne le laissent pas pressentir.

35La dernière colonne de la figure 3 ventile les positions des cinq sous-populations concernant la communication en anglais "parce que tout le monde le parle". L'énoncé rencontre l'assentiment de tous, de façon très affirmée et confirme l'idée que l'anglais soit une langue qui ouvre l'accès à l'international. Les filles des quatre premières sous-populations sont encore plus unanimes que les garçons à accepter ce fait, avec de très forts pourcentages.

36Que l'anglais soit toujours le premier choix des anglophones des deux sous-populations ne doit pas étonner, l'anglais étant la langue de leur identification, ainsi que nous l'avons mentionné à propos de la figure 1. Par contre, que tant de francophones de souche et d'adoption optent parfois pour l'anglais à cause de son statut international doit être assez unique à la population québécoise parmi les francophones et est probablement attribuable à leur situation de minoritaires dans l'ensemble canadien et nord-américain.

4.2.2. Le Bilinguisme sur les blogues

37On a demandé aux sujets d'exprimer leur degré d'accord avec des propositions justifiant leur utilisation des deux langues, soit le français et l'anglais, sur les médias sociaux. La figure 4 compile le nombre de réponses obtenues, d'une part, pour les catégories "fortement d'accord" et "totalement d'accord" et, d'autre part, pour les catégories "fortement en désaccord" et "totalement en désaccord" à des questions telles que : "Je blogue dans les deux langues parce que…". La dernière colonne fait état du pourcentage de sujets qui disent ne pas prêter attention à la langue dans laquelle ils bloguent.

Figure 4a – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Figure 4a – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Francophones de souche.

Figure 4b – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Figure 4b – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Anglophones de souche.

Figure 4c – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Figure 4c – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Allophones de souche.

Figure 4d – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Figure 4d – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Francophones d’adoption.

Figure 4e – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Figure 4e – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".

Anglophones d’adoption.

38Voyons tout d'abord l'assentiment relatif des diverses sous-populations au fait qu'elles maîtrisent bien les deux langues. Les allophones des trois sous-populations (soit les francophones et anglophones d'adoption, de même que les allophones de souche) sont les plus fortement d'accord avec l'énoncé, surtout les filles, confirmant ainsi ce que dit Lamarre (2001) concernant leur grand bilinguisme. Leur situation particulière les rend sensibles à la nécessité de maîtriser les deux langues officielles. Les anglophones de souche (section 4b), bien que faisant leurs études dans des écoles françaises, rappelons-le, sont les moins fortement en accord avec l'énoncé. Quant aux filles francophones de souche (section 4a), elles se montrent deux fois plus bilingues que leurs collègues masculins, accentuant ainsi un accord qui était perceptible dans la figure 3, où elles étaient deux fois plus nombreuses que les garçons à reconnaître le caractère international de l'anglais.

39Considérons maintenant la 2ème colonne de la figure 4, soit le positionnement des sujets quant à l'affirmation que le contenu de l'information dans les blogues est pertinent dans les deux langues. Il y a une majorité d'accord fort sur le sujet, même chez les filles anglophones de souche (section 4b), étonnamment, mais les anglophones d'adoption (section 4e) font exception : ils sont plutôt indifférents sur la question, leurs réponses se situant dans les choix mitoyens. Les filles des diverses sous-populations sont généralement plus d'accord que les garçons, confirmant par là le fait qu'elles sont davantage bilingues, que nous l'avons vu précédemment (voir plus haut l'analyse de la 1ère colonne de la figure 4).

40Plusieurs élèves ayant indiqué précédemment qu'ils bloguaient souvent sans se rendre compte de la langue utilisée, ce qui est un indice de leur bilinguisme, nous leur avons posé directement la question. De façon prévisible, les degrés d'accord les plus élevés se retrouvent du côté des allophones (sections 4c, 4d et 4e), qui entretiennent avec leurs langues des relations très fluides et fonctionnelles. Les filles francophones de souche et d'adoption (sections 4a et 4d) sont toutefois largement en désaccord, même si elles sont souvent très bilingues, il en est de même, bien qu'à un degré moindre pour les garçons de ces deux sous-populations. Quant aux anglophones de souche (section 4b), leur attitude est très polarisée, peu se situant dans les choix mitoyens : si un pourcentage significatif est d'accord avec l'énoncé, un pourcentage tout aussi significatif est contre. La majorité des sujets est donc sensible au fait que l'on peut bloguer dans les deux langues. Il y a là un degré de conscientisation qui est un indice de début de conscience linguistique. Par ailleurs, ce passage facile et inconscient de plusieurs sujets d'une langue à l'autre est la manifestation de ce que les linguistes appellent le "code switching" (ou alternance codique), phénomène souvent identifié chez les populations bilingues.

41Selon Atifi (2007), l'alternance codique est souvent la manifestation d'identités multiples, affichées et revendiquées. Nous n'avons pas analysé les messages eux-mêmes, mais il faudrait éventuellement le faire pour vérifier dans quelle partie du message (entrée en communication, corps du message, salutations, etc.) on utilise chaque langue. Smedley (2006) l'a fait avec des locuteurs parlant tagalog et anglais sur des blogues et a pu, pour sa part, vérifier laquelle des deux langues prédominait vraiment. Son étude et celle d'Atifi (2007, qui mentionne également l'alternance codique sur les blogues, mais avec des Marocains) constituent des compléments intéressants aux études sur l'alternance codique, qui se cantonnent habituellement aux échanges oraux : elles vont plus loin dans l'analyse sociolinguistique.

42Nous sommes, pour notre part, allées vérifier, sur les blogues eux-mêmes, si le sujet du choix de la langue interpellait les blogueurs. C'est le cas dans quelques blogues, dont celui de Frihost (2009), qui présente des discussions aux propos bien sentis entre des blogueurs de tendances diverses sur la langue à choisir en lançant son blogue : certains, affirmant le fait qu'ils maîtrisent bien les deux langues et qu'ils ne sont pas les seuls dans ce cas, disent qu'il faut n'utiliser qu'une seule langue, soit le français. D'autres affirment que les blogues en anglais étant les plus populaires, c'est ceux qu'il faut fréquenter. Les pragmatiques conseillent de ne pas tenir un blogue bilingue, car il prendrait trop de temps à gérer, à moins de vouloir créer un beau blogue qui serve de référence. L'animateur du Blogue à Steph (Guérin, 2008) fait part, quant à lui, de ses doutes à ses correspondants : il voit les avantages de créer un blogue en anglais en raison de l'auditoire potentiel à atteindre, mais croit que la qualité linguistique et référentielle des échanges sera moins grande, puisqu'il ne maîtrise pas autant l'anglais que le français.

4.2.3. La conscientisation linguistique face à la francophonie

43On a demandé aux jeunes répondants si, lorsqu'ils communiquaient en anglais sur Facebook anglais, ils avaient l'impression de se regrouper autour de francophones. La question est intéressante, eu égard au fait que les francophones de souche ou d'adoption, de même que les allophones, sont un bon nombre à maîtriser les deux langues, comme nous l'expliquions plus haut. La figure 5 résume nos constatations.

Figure 5a – Les comportements "francophones" sur le web social.

Figure 5a – Les comportements "francophones" sur le web social.

Francophones de souche.

Figure 5b – Les comportements "francophones" sur le web social.

Figure 5b – Les comportements "francophones" sur le web social.

Anglophones de souche.

Figure 5c – Les comportements "francophones" sur le web social.

Figure 5c – Les comportements "francophones" sur le web social.

Allophones de souche.

Figure 5d – Les comportements "francophones" sur le web social.

Figure 5d – Les comportements "francophones" sur le web social.

Francophones d’adoption.

Figure 5e – Les comportements "francophones" sur le web social.

Figure 5e – Les comportements "francophones" sur le web social.

Anglophones d’adoption.

44Ainsi que nous pouvons le constater en consultant les réponses aux deux premiers énoncés de la figure 5 pour chacune des sous-populations, les sujets ont été assez embarrassés pour répondre à la question suivante : "Quand vous communiquez en anglais, sur Facebook ou ailleurs, avez-vous l'impression de vous regrouper autour de francophones ?". Ils avaient le choix entre trois réponses, soit "oui", "non" et "plus ou moins". Si l'on additionne les résultats des 1ère et 2ème paires de colonnes (soit celles correspondant aux deux premiers énoncés) des sections 5a), 5b), 5c) , 5d) et 5e) de la figure 5 et qu'on les soustrait de 100, on remarque que les francophones de souche et d'adoption (sections 5a et 5d), et, dans une moindre mesure, les allophones de souche (section 5c) sont généralement enclins, pour environ la moitié d'entre eux, à opter pour le "plus ou moins", ce qui est visible si l'on remarque que les pourcentages additionnés des réponses aux deux premiers énoncés est loin du 100 %. Par contre, les anglophones de souche (section 5b) et les garçons anglophones d'adoption (section 5e), sont, pour leur part, très largement certains que le fait d'aller sur Facebook en utilisant l'anglais ne leur donne pas l'occasion de fréquenter des francophones. Il y a là un comportement lié clairement à l'origine et au positionnement ethnique des sujets.

45Une autre question demandait aux répondants de se positionner, sur une échelle en sept points, quant à l'énoncé suivant : "Aller sur un ou des blogues en français me permet d'affirmer l'existence d'une communauté francophone sur le web". Nous avons retenu les positionnements extrêmes, "fortement / totalement d'accord", apparaissant à l'énoncé 3 et "fortement / totalement en désaccord", apparaissant à l'énoncé 4. En fait, seules les filles francophones de souche (section 5a) ont un taux d'accord assez fort (soit près de 49 % des sujets) avec l'énoncé. Les anglophones de souche (section 5b) et d'adoption (section 5e) ont pour leur part des taux de désaccord forts qui dépassent les 40 % des populations en question. Les allophones de souche (section 5c) et les francophones d'adoption (section 5d) ont aussi des taux de désaccord importants sur le sujet (entre 27 % et 46 %, selon les sexes), mais comme un petit nombre de sujets est d'accord avec l'énoncé, on doit en conclure que la majorité des sujets a décidé de ne pas prendre parti en choisissant, sur l'échelle en sept points, une position médiane. Donc, les choix sont ici colorés par le positionnement ethnique, les allophones, en particulier, ayant une tendance à ne pas prendre de positions tranchées, sauf les anglophones d'adoption, qui adoptent, ici comme sur d'autres sujets, des positions très proches de celles des anglophones de souche.

46Les deux derniers énoncés apparaissant à la figure 5 rendent compte des résultats aux deux questions suivantes : "À l'égard la francophonie (c'est-à-dire tous les gens qui parlent le français comme langue maternelle ou seconde ou étrangère), je ressens de la fierté / de l'indifférence". Les élèves devaient répondre selon une échelle en sept points. Les réponses concernant la "fierté" affirmée face à la francophonie (soit les choix de réponses "fortement / totalement d'accord") sont liés à l'énoncé 5. On peut y vérifier que seules les filles francophones (section 5a) sont d'accord avec l'énoncé à un fort pourcentage (soit 48 %), mais que les accords forts dépassent rarement 20 % chez toutes les autres sous-populations. L'indifférence face à la francophonie, visible dans les choix reliés à l'énoncé 6, ne trouve d'accord fort, encore une fois, que chez les filles francophones de souche (soit 46 %) (section 5a), dont les positions sur le sujet sont très polarisées. Quant aux autres sous-populations, leur accord fort sur l'indifférence à la francophonie se situe entre 7 % et 25 %. On peut en conclure que la grande majorité des sujets ne trouve pas le sujet accrocheur ou digne d'intérêt, pas plus les garçons francophones de souche (section 5a) et les francophones d'adoption (section 5d), que les autres sous-populations anglophones de souche et d'adoption (sections 5b et 5e), dont les taux se ressemblent étrangement. Les sujets ont donc choisi presque en bloc, sur le sujet de leur attitude face à la francophonie, une attitude mi-chair mi-poisson : ils sont "quelque peu en accord / désaccord" avec l'énoncé, montrant par là que la question est loin de les préoccuper, sauf les filles francophones de souche, qui continuent ici à démontrer leur conscientisation linguistique. L'éparpillement des réponses tout au long de l'axe des choix (les deux extrêmes – les deux choix pour les accords forts et les deux choix pour les désaccords forts – réunissant souvent la moitié des répondants) laisse entendre que les 14-17 ans ont peu de conscience de la question de la vitalité d'une langue. Il y a chez eux, encore ici, prédominance de l'aspect fonctionnaliste et pragmatique d'une langue.

47Ainsi que le démontre l'analyse des manuels faite par Lebrun (2009), les sujets sont encore trop jeunes et probablement trop peu éduqués en ce sens par l'école pour que la francophonie éveille en eux un quelconque intérêt. Leur programme d'études exclut quasi toute référence à la francophonie, si ce n'est la francophonie à travers le Canada, soit les minoritaires canadiens des autres provinces. Ils commencent à peine à percevoir que le français peut constituer une porte ouverte sur le monde par le dialogue avec d'autres francophones.

4.2.4. La conscientisation linguistique face à la qualité de la langue utilisée sur le web social

48Nous terminerons cette ventilation des résultats concernant les positionnements linguistiques des élèves sur les blogues et les RéSo en abordant le thème de la qualité de la langue utilisée sur le web social par les répondants et les raisons mises de l'avant pour la surveiller ou non. Selon le positionnement en "oui" ou en "non" des répondants, on leur demandait d'en indiquer les raisons en leur donnant un choix de réponses. La figure 6 indique pour le groupe A (ceux qui surveillent la qualité de leur langue) et pour le groupe B (ceux qui ne surveillent pas la qualité de leur langue), en pourcentage, les justifications des choix.

Figure 6a – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Figure 6a – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Francophones de souche.

Figure 6b – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Figure 6b – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Anglophones de souche.

Figure 6c – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Figure 6c – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Allophones de souche.

Figure 6d – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Figure 6d – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Francophones d’adoption.

Figure 6e – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Figure 6e – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.

Anglophones d’adoption.

49On aura remarqué qu'aucune langue précise n'était indiquée : notre question, intentionnellement, pouvait s'appliquer tout aussi bien à l'anglais qu'au français que les élèves utilisaient sur le web social, l'essentiel étant de voir s'ils avaient ce réflexe métalinguistique de se relire pour se corriger au besoin. Les "de souche", tant francophones qu'anglophones (sections 6a et 6b), disent surveiller plus que les autres sous-populations la qualité de leur langue, ce qui est un peu normal s'ils bloguent dans leur langue maternelle de façon importante. Il y a des différences garçons / filles selon les sous-populations, mais elles s'annulent lorsqu'on considère l'échantillon globalement.

50La figure 6 présente les raisons principales de ceux qui surveillent la qualité de leur langue (ceux que nous avons appelés, plus haut, le "groupe A") pour agir ainsi. Les "de souche", tant francophones qu'anglophones (sections 6a et 6b), sont les plus affirmatifs pour dire qu'ils surveillent la qualité de leur langue parce qu'ils l'aiment et la respectent, confirmant ainsi leur choix initial d'être les plus nombreux à surveiller la qualité de leur langue sur le web. Les francophones d'adoption (section 6d) ont aussi une position très affirmée concernant l'amour et le respect de la langue utilisée. De plus, une proportion de répondants allant du tiers à la moitié parmi ceux qui surveillent la qualité de leur langue s'entendent pour dire qu'ils le font par crainte d'être mal jugés, ce qui représente, tout de même, un fort pourcentage indiquant que la pression sociale et, sans doute, les mises en garde de l'école jouent le rôle de garde-fou. Ici, les filles et les garçons ont sensiblement la même attitude.

51Quant au groupe B (ceux qui ne surveillent pas la qualité de leur langue sur le web), il donne des raisons pragmatiques à son attitude (voir les réponses aux énoncés 4, 5 et 6 sur la figure 6), l'essentiel étant surtout pour lui de se comprendre (de 60 % à 75 % des sujets de ce groupe sont de cet avis, filles et garçons confondus). Le manque de temps pour se corriger adéquatement étant donné la fluidité et la rapidité des échanges est aussi très souvent évoqué chez 50 % à 61 % des répondants (un peu plus par les filles). Les garçons et, dans une mesure à peine moindre, les filles disent également que le fait de surveiller leur langue les bloquerait au niveau de leur expression (de 30 % à 45 % des sujets sont de cet avis, les garçons encore plus que les filles).

52Le discours ambiant stigmatise la qualité de la langue des jeunes dans leurs échanges sur le web social. Ainsi, Orban (2005 : 39) mentionne que les jeunes "utilisent de façon quasi systématique un langage abrégé, phonétique et peu soucieux des règles grammaticales ou orthographiques". La réalité que dépeint notre enquête est légèrement différente : le tiers ou la moitié des répondants, selon la sous-population, tient vraiment à surveiller sa langue sur le web social.

4.3. Comparaison entre les usages linguistiques dans la vie quotidienne et sur le web social

53Comme le remarquent Pagé et Lamarre (2010), les données statistiques, qui indiquent que 94,5 % des Québécois parlent le français, selon le recensement de 2006, ne constituent pas une information précise, au sens où on ne sait pas quel pourcentage de ces répondants peut suivre une conversation en français et, encore plus, écrire une lettre officielle en français. De plus, il faut distinguer les usages privés des usages publics d'une langue : l'usage scolaire d'une langue et son usage sur le web social sont publics, mais l'usage en famille et entre amis dans la vie quotidienne est privé. En illustrant ces faits, notre enquête démontre, croyons-nous, à quel point la situation linguistique des jeunes est complexe sur le web social. Si l'on compare, par exemple, la langue de fréquentation des médias sociaux et celle des médias traditionnels, on voit que la tendance des francophones de souche et, dans une moindre mesure, celle des francophones d'adoption, à préférer le français dans les médias traditionnels s'estompe fortement au profit de l'anglais, lorsqu'il est question de fréquenter les médias sociaux. Quant aux trois autres sous-populations, leurs comportements anglophiles sur le web social est un reflet accentué de ceux qu'ils ont dans leur fréquentation des médias traditionnels.

54Comme le mentionne Atifi (2007), le médium électronique permet d'avantage que la situation orale l'émergence de la mixité linguistique, chaque langue remplissant des fonctions plus ou moins spécifiques. Les frontières du web dépassant les problématiques liées à l'usage de la langue au Québec sur les plans culturel et géographique, il semble que les jeunes naviguent dans les médias sociaux d'une langue à l'autre, au gré de leur interlocuteur et de l'usage linguistique dominant sur certaines plateformes. Ainsi, si l'autopositionnement ethnolinguistique que nous avons pratiqué dès le début de notre enquête est indicatif des pratiques linguistiques dans la vie réelle, il l'est un peu moins des pratiques linguistiques sur les médias sociaux. Le web social inciterait-il à un pragmatisme linguistique surpassant les identités culturelles ?

55On a vu que les filles francophones de souche sont en général plus portées à utiliser le français sur le web social, ce qui n'est pas toujours le cas des autres groupes ethnolinguistiques. Ainsi, analyser les comportements des allophones (qui se positionnent eux-mêmes soit comme francophones d'adoption, soit comme anglophones d'adoption, soit comme indépendants des deux groupes majoritaires) se révèle riche de renseignements. Ces jeunes manipulant plusieurs langues en raison de leurs origines, ils pratiquent davantage l'alternance codique, dans le feu de l'action. Les jeunes allophones des trois sous-groupes concernés, qui vivent en milieu scolaire francophones et rencontrent souvent des francophones dans leur vie quotidienne, démontrent une adaptation pragmatique au contexte linguistique québécois.

56On peut également se demander si le web social aide l'individu à assumer sa propre identité linguistique. Pour développer leurs réseaux sociaux sur le web social, les jeunes sont clairement prêts à faire des concessions linguistiques. Il ressort de notre recherche que la nature des pratiques sociales et des contextes de communication (en face à face ou sur le web social) est déterminante dans le choix de la langue d'usage des jeunes internautes, mais que ceux-ci peuvent difficilement, vu leur jeune âge, approfondir leur réflexion identitaire sur le sujet.

5. Conclusion – La nécessité d'une école branchée sur les médias sociaux

57À la lumière de nos résultats, on peut considérer, entre autres, que la langue maternelle est le marqueur d'une identité "locale" (québécoise), plus particulièrement chez les jeunes francophones de souche et d'adoption pour ce qui est du français, et pour les jeunes anglophones de souche et d'adoption pour ce qui est de l'anglais. À un autre niveau cependant, il faut bien reconnaître que pour à peu près tous les jeunes (sauf les filles francophones de souche, qui offrent au phénomène un certain niveau de résistance), l'anglais constitue, sur le web social, un marqueur d'identité globale non traditionnel : non seulement il représente dans ce pays bilingue qu'est le Canada, une lingua franca, mais encore, il contribue à définir l'identité "jeune et branché" de ses adeptes sur les médias sociaux.

  • 8 On doit ce terme au sociologue R. Robertson, qui l'a fait entrer dans The Oxford Dictionnary of New (...)

58Il faut ici bien se comprendre : les réponses des jeunes à notre enquête ne révèlent pas leurs compétences linguistiques réelles dans les deux langues données, pas plus qu'elles ne révèlent automatiquement leur ethnicité. Il y a cependant là des tendances dont il faut tenir compte si l'on veut, dans un état comme le Québec, dont la situation linguistique est fragile, assurer la survie du français, surtout à l'école francophone (celle qui est décrite ici). Le web social est sorti depuis les derrières années de la sphère du privé et trouve place, de façon de plus en plus affirmée à l'école (Allaire et al., 2010 ; Asselin, 2006 ). Cette dernière doit-elle, pour autant, souscrire à la "glocalisation"8 ambiante, très visible sur les médias sociaux, ce mélange des cultures locales et d'une culture globale ? La réflexion sur les liens entre multilinguisme sur le web social et construction identitaire est à peine commencée. Les frontières entre le privé et le public, entre le réel et le virtuel se déplaçant, se confondant, il est nécessaire de considérer les notions identitaires et linguistiques dans un espace plus large, renouvelé et redéfini par des pratiques hors ou sans frontières.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Références

Bibliographie

Allaire, S., Thériault, P. & Lalancette, É. (2010). L'utilisation du blogue en milieux scolaires primaire et secondaire : des initiatives prometteuses à étayer au plan de la recherche. Recension des écrits (2004-2010). Saguenay : Université du Québec à Chicoutimi.

Asselin, M. (2006). "Les blogues : de puissants outils pour faire apprendre". Vie pédagogique, n° 140. pp. 19-21.

Atifi, H. (2007). "Continuité et/ou rupture dans l'Internet multilingue : quelles langues parler dans un forum diasporique ?". Glottopol, n° 10. pp. 113-126. Disponible ne ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/numero_10/gpl10_08atifi.pdf

Bigot, R. & Croutte, P. (2010). La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française. Paris : Crédoc (centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) et ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi.

Brown, M. E. (1994). Soap opera and women's talk. Londres : Sage Publications.

Cardon, D. & Delaunay-Téterel, H. (2006). "La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leur public". Réseaux, vol. 24, n° 138. pp. 15-71.

CEFRIO (2009). Enquête Génération C. Les 12-24 ans : utilisateurs extrêmes d'Internet et des TI. http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/reseau_pages_3_5.pdf

Cummins, J. (2000). Language, Power and Pedagogy. Bilingual children in the crossfire. Clevedon : Multilingual Matters.

Danet, B. & Herring, S. C. (dir.) (2007). The multilingual Internet: Language, culture and communication online. New York : Oxford University Press.

Delauney-Téterel, H. (2008). "Sociabilité juvénile et construction de l'identité. L'exemple des blogs adolescents". Informations sociales, vol. 1, n° 145. pp. 48-57.

Fluckiger, C. (2006). "La sociabilité juvénile instrumentée. L'appropriation des blogs dans un groupe de collégiens". Réseaux, vol. 4, n° 138. pp. 109-138.

Guérin, S. (2008). "Bloguer pour mieux parler anglais". Le blogue à Steph. http://www.stephguerin.com/archives/bloguer_pour_mieux_parler_anglais/

Internet World Stats. (2010). Top ten languages used in the Web. Disponible en ligne : http://www.internetworldstats.com/stats7.htm

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Helsper, E. & Eynon, R. (2009). "Digital natives: where is the evidence?". British educational research journal. pp. 1-18. Disponible en ligne : http://eprints.lse.ac.uk/27739/
DOI : 10.1080/01411920902989227

Jedwab, J. (2010). "L'identité du Québec en 2011 : les attachements, l'identité et la diversité". Association des études canadiennes. Disponible en ligne : http://www.acs-aec.ca/pdf/polls/Quebec%20Identity%202011-FR.doc

Lamarre, P. (2001). "Le multilinguisme des jeunes allophones québécois : ressource sociétale et défi éducatif". Correspondances, vol. 6, n° 3. Disponible en ligne : http://www.ccdmd.qc.ca/correspo/Corr6-3/Multi.html

Lebrun, M. (2009). "Les manuels québécois de français et la diversité ethnoculturelle (1980-2002) : un discours téléologique". In Perregaux, C., Dasen, P., Leanza, Y & Gorga, A. (dir.). L'interculturation des savoirs : entre pratiques et théories. Paris : L'Harmattan. pp. 169-188.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lee, C. K. M & Barton, D. (2011). "Constructing Glocal Identities Through Multilingual Writing Practices on Flickr.com®". International Multilingual Research Journal, vol. 5, n° 1. pp. 39-59. DOI : 10.1080/19313152.2011.541331
DOI : 10.1080/19313152.2011.541331

Le grand dictionnaire terminologique (nd). http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index800_1.asp

Li, W. (dir.) (2005). "Conversational code-switching". Journal of Pragmatics, vol. 37, n° 3.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Madge, C., Meek, J., Weelewns, J. & Hooley, T. (2009). "Facebook, social integration and informal learning at university: 'It is more for socialising and talking to friends about work than for actually doing work'". Learning, Media and Technology, vol. 34, n° 2. pp. 141-155. DOI : 10.1080/17439880902923606
DOI : 10.1080/17439880902923606

Ministère de l'éducation, du loisir et du sport du Québec (MELSQ) (2006). Portraits statistiques de l'éducation. Région de la Mauricie (04). Disponible en ligne : http://www.mels.gouv.qc.ca/stat/Portraits_regionaux/pdf/4_complet.pdf

Orban, A.-C. (2005). "Les jeunes et la blog'attitude". Médialog, n° 56. pp. 36-39.

Pagé, M. en coll. avec Lamarre, P. (2010). "L'intégration linguistique des immigrants au Québec". Études IRPP, n° 3, Québec. http://www.ceetum.umontreal.ca/pdf/IRPP_Study_no3.pdf

Piette, J., Pons, C.-M. & Giroux, L. (2006). Les jeunes et Internet : appropriation des nouvelles technologies. Rapport final de l'enquête menée au Québec. Québec : Ministère de la culture et des communications (MCC).

Prensky, M. (2001). "Digital natives, digital immigrants". On the Horizon, NCB University Press, vol. 9, n° 5. Disponible en ligne : http://www.marcprensky.com/writing/Prensky%20-%20Digital%20Natives,%20Digital%20Immigrants%20-%20Part1.pdf

Saint-Laurent, N., en coll. avec Mailleret, É, Chastenay, M.-H. & Tessier, C. (2008). Le français et les jeunes. Montréal : Conseil supérieur de la langue française. Disponible en ligne : http://www.cslf.gouv.qc.ca/publications/pubf223/f223.pdf

Smedley, F. P. (2006). Code-switching and Identity on the Blogs: an Analysis of Taglish in Computer Mediated Communication. Mémoire de maîtrise. Auckland, Australie : Auckland University of Technology.

Statistiques Canada (2009). Bilinguisme chez les jeunes au Canada. Disponible en ligne : http://www.statcan.gc.ca/pub/81-004-x/2008004/article/10767-fra.htm

Statistiques Canada (2006). Recensement de 2006 : Immigration au Canada : un portrait de la population née à l'étranger. Tableaux de données, figures et cartes. Disponible en ligne : http://www.statcan.gc.ca/cgi-bin/af-fdr.cgi?l=fra&k=420&loc=http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/as-sa/97-557/maps-cartes/cma_ct/TroisRivieres_RecentImmig_fc.pdf

Site Internet

Blog Bilingue : Anglais/Français : donnez moi des conseils! (2009). Blogue Frihost. http://www.frihost.com/forums/vt-105478.html

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre du présent article, l'expression "web social" désigne l'ensemble des médias sociaux ou d'information accessible par Internet, du type Facebook , Twitter, Myspace, Skyrock, etc., incluant les blogues et les réseaux sociaux (désignés ci-après comme RéSo). Ce genre de précision a été fourni à tous les répondants de l'enquête en début de questionnaire. Quant à l'orthographe du mot "blogue", elle nous est suggérée par l'Office québécois de la langue français sur son site, à l'onglet "Grand dictionnaire terminologique". L'Office accepte également la lexicalisation de ce terme, ce qui nous justifie d'employer le verbe "bloguer".

2 Cette théorie des "natifs du numérique" est cependant contestée par certains, dont Helsper et Eynon (2009), qui considèrent qu'elle est trop basée sur des différences générationnelles.

3 Le questionnaire complet de notre enquête demandait, entre autres, dans cette deuxième partie, le nombre de personnes bloguant avec le répondant et leur âge, les raisons pour lesquelles le répondant allait sur les blogues et les intérêts culturels qu'il développait grâce aux blogues. Comme ces questions ne sont pas reliées directement à des préoccupations linguistiques, elles ne sont pas traitées ici. Rappelons que la socialisation par le web, entre autres Facebook, a été largement étudiée (Madge et al., 2008).

4 Au Québec, on appelle "allophone" une personne dont la langue maternelle est différente du français ou de l'anglais, soit les deux langues officielles du Canada. Plus largement, l'allophone est issu des communautés culturelles et linguistiques autres que francophone ou anglophone.

5 Ce questionnaire couvre une gamme plus vaste de sujets liés aux usages linguistiques et non linguistiques sur les RéSo que ce que nous pouvons en dire dans le cadre restreint du présent article (voir la note 3). De plus, précisons que, pour nous comme pour les répondants, il était entendu que la pratique des médias sociaux est un mélange de lecture des propos d'autrui et d'écriture personnelle, répondant tout à fait en cela à l'usage d'un média social. En conséquence, nous n'avons pas demandé à nos sujets s'ils lisaient plus qu'ils n'écrivaient sur les blogues.

6 Le concept de "francotrope" a été créé par le démographe québécois Charles Castonguay en 1994, et désigne les allophones "d'influence latine" ou dont le pays a connu un contact prolongé avec la France (voir L'assimilation linguistique : mesure et évolution. 1971-1986, Québec : Conseil de la langue française).

7 Cette loi linguistique, promulguée en 1977 par le gouvernement du Parti Québécois (autonomiste) alors au pouvoir, oblige, entre autres, les allophones à envoyer leurs enfants à l'école francophone pour le primaire et le secondaire, à moins que la famille ne soit de langue maternelle anglaise ou n'ait des droits acquis par l'ancienneté à l'instruction en anglais. Les Italiens, qui constituent une population d'immigration ancienne au Québec (soit d'avant 1950) ayant assez tôt envoyé ses enfants à l'école anglaise, sont nombreux, encore aujourd'hui à avoir conservé ce droit à l'école anglaise.

8 On doit ce terme au sociologue R. Robertson, qui l'a fait entrer dans The Oxford Dictionnary of New Words en 1991, il réfère à la dialectique local / global en jeu dans la globalisation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 1b – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 1c – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 1d – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 1e – Fréquence d'utilisation du français dans la vie quotidienne : faits saillants pour les réponses "souvent" et "toujours" combinées.
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2a – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2b – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2c – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2d – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2e – Fréquence d'utilisation du français dans la fréquentation des médias traditionnels : faits saillants pour les réponses "souvent en français", "presque toujours en français" et "toujours en français" combinées.
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 3a – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3b – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3c – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3d – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3e – Raisons linguistiques pour aller sur les blogues à la fois en français et en anglais (compilation des "fortement / totalement d'accord".
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4a – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4b – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4c – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4d – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4e – Les comportements bilingues sur les blogues (compilation des "fortement d'accord" et "totalement d'accord".
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5a – Les comportements "francophones" sur le web social.
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5b – Les comportements "francophones" sur le web social.
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5c – Les comportements "francophones" sur le web social.
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5d – Les comportements "francophones" sur le web social.
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5e – Les comportements "francophones" sur le web social.
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6a – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.
Légende Francophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 6b – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.
Légende Anglophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6c – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.
Légende Allophones de souche.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6d – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.
Légende Francophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6e – Qualité de la langue utilisée sur le web social : conscience et justifications.
Légende Anglophones d’adoption.
URL http://alsic.revues.org/docannexe/image/2462/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Monique Lebrun et Nathalie Lacelle, « Les usages linguistiques des adolescents québécois sur les médias sociaux », Alsic [En ligne], Vol. 15, n°1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, Consulté le 29 juillet 2016. URL : http://alsic.revues.org/2462 ; DOI : 10.4000/alsic.2462

Haut de page

Auteurs

Monique Lebrun

L'auteure est professeure titulaire retraitée de l'université du Québec à Montréal. Elle est spécialisée en didactique de la lecture, a mené des travaux sur le sujet depuis plus de trente ans et s'occupe depuis quelques années de projets en littératie médiatique multimodale.
Affiliation : université du Québec à Montréal.
Courriel : Lebrun-brossard.monique@uqam.ca
Toile : http://www.ddl.uqam.ca/Page/lebrunbrossard_monique.aspx
Adresse : Département de didactique des langues, Université du Québec à Montréal. CP 8888, succursale centre-ville, Montréal H3C3P8 (Québec), Canada.

Nathalie Lacelle

L'auteure est professeure régulière à l'université du Québec à Trois-Rivières. Elle est spécialisée en didactique du texte littéraire et du cinéma et mène depuis quelques années des projets en littératie médiatique multimodale.
Affiliation : université du Québec à Trois-Rivières.
Courriel :
Nathalie.lacelle@uqtr.ca
Adresse : Département des sciences de l'éducation, Université du Québec à Trois-Rivières. 3351 Boulevard des Forges. Trois-Rivières G8Z 1V3 (Québec), Canada.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page