Navigation – Plan du site

Éditorial

Françoise Demaizière et Katerina Zourou
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

  • 1 Cette publication n'engage que ses auteurs et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui po (...)

1Ce numéro spécial, réalisé grâce au soutien de la Commission européenne, dans le cadre du projet "Apprentissage des langues – 6 dialogues clés / Language Learning and Social Media - 6 Key Dialogues"1, donne l'occasion à notre revue de s'ouvrir à des articles en anglais. D'emblée, nous nous excusons auprès des auteurs et lecteurs anglophones des termes français qui se trouvent dans la présentation des textes et du numéro. Nous sommes une revue francophone au départ et notre maquette est prévue en ce sens… Nous sommes heureux de voir que ce numéro permet de publier des auteurs d'origines diverses. Sont, en effet, représentés le Québec, la France (d'outre-mer), les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. L'équipe éditoriale s'est élargie à l'occasion de ce numéro. Nous remercions Susan Pasco pour son aide à la mise en forme des textes et Philippe Blanca pour sa participation aux phases éditoriales finales.

2Les médias sociaux apportent-ils une (r)évolution dans l'apprentissage des langues ? Les textes retenus pour ce numéro spécial essaient d'apporter quelques réponses préliminaires – bien que chacun sache que l'intégration de "nouvelles" technologies en éducation tout comme le développement d'artefacts technologiques n'ont rien d'une parthénogenèse. Bien au contraire, le but de ce numéro spécial, au travers de sa sélection d'articles, est de contribuer à montrer quels éléments du paysage socio-technique des médias ou réseaux sociaux en éducation apportent une nouveauté (et de voir comment définir cette nouveauté) ou constituent une évolution (et dans quelle direction).

3Ce numéro spécial s'appuie, pour le développer, sur ce qui a été utilement mis en évidence dans plusieurs présentations des médias sociaux dans le domaine de l'Alao (Guth & Helm, 2010; Lomicka & Lord, 2009; Thomas, 2009) et des occasions multiples de mise en réseau par le biais d'outils autres que les ordinateurs personnels (Shield & Kukulska-Hulme, 2008). Il est également à relier aux efforts des chercheurs auteurs de livres collectifs qui sont en préparation, au moment de sa publication, sur des thématiques similaires : technologies nouvelles et émergentes (Thomas, Reinders & Warschauer, 2012), réseaux sociaux (Dervin, Lamy & Zourou, 2012) et jeux virtuels (Thorne, Piet & Cornillie, 2012).

4Pour ce qui concerne ce numéro spécial, nous croyons que le point clé pour une compréhension des avantages et inconvénients (s'il y en a) des médias ou réseaux sociaux pour l'apprentissage des langues est une recherche basée sur des données et visant à lever les zones d'ombre et les ambiguïtés d'un paysage complexe, par une analyse critique des conditions et des types de médias pouvant faire sens dans un contexte d'apprentissage spécifique. Une approche généraliste des médias sociaux et de leurs implications pour l'apprentissage est utile pour donner une image globale, mais n'est pas véritablement opérationnelle pour saisir la valeur ajoutée de tel ou tel outil dans le cadre d'une approche liée à un contexte d'utilisation. L'objectif de ce numéro est donc de mettre en valeur la nécessité d'une approche de l'enseignement-apprentissage des langues appuyé sur le web 2.0 non pas comme concept généraliste mais s'appuyant sur des études fines, liées à des contextes et des outils spécifiques, mettant l'accent sur les paradigmes d'apprentissage sous-jacents au recours aux outils maintenant disponibles.

5Notre choix a été de ne pas définir a priori les types de médias qui seraient examinés dans le numéro mais de laisser les auteurs libres d'identifier les artefacts qui, dans un cadre donné, créeraient un environnement d'apprentissage porteur de sens et dans lequel le rôle des médias sociaux pour l'apprentissage des langues pourrait émerger.

6En introduction, nous vous proposons un texte de Katerina Zourou, "On the attractiveness of social media for language learning: a look at the state of the art", qui se veut une toile de fond permettant de situer les contributions qui le suivent (une version française est disponible, "De l'attrait des médias sociaux pour l'apprentissage des langues – Regard sur l'état de l'art"). Le texte revient sur la définition d'un certain nombre de termes qui dominent le discours actuel. Sont ensuite discutés trois aspects clés des technologies du web 2.0 (participation de l'utilisateur, ouverture et effets de réseau). Un certain nombre de pistes de recherche sont enfin évoquées.

7Deux articles en français suivent cette introduction. Dans "Les usages linguistiques des adolescents québécois sur les médias sociaux", Monique Lebrun et Nathalie Lacelle étudient les pratiques linguistiques déclarées par de jeunes Québécois de 14 à 17 ans, sur les médias traditionnels et les médias sociaux. Les résultats démontrent un usage très diversifié du français dans la vie quotidienne selon l'origine ethnique. On perçoit une prédominance de l'anglais sur la Grande Toile chez ces jeunes Québécois. Dans "Approche interactionnelle et didactique invisible – Deux concepts pour la conception et la mise en œuvre de tâches sur le web social", Christian Ollivier revient sur son concept de didactique invisible, appliqué à l'apprentissage du français. Ses projets s'efforcent de créer des espaces d'interaction sur lesquels les apprenants peuvent se comporter en "acteurs sociaux" à part entière. Les comparaisons proposées entre apprenants et francophones réalisant une tâche très similaire, permettent de faire émerger les convergences et divergences entre le comportement de ces deux groupes et de faire ressortir les limites, mais aussi les avantages de la didactique invisible.

8Nous accueillons ensuite trois textes en anglais. Geraldine Blattner et Lara Lomicka étudient, dans "Facebook-ing and the Social Generation: A New Era of Language Learning" ("Facebook et la génération des medias sociaux – Une nouvelle ère pour l'apprentissage des langues"), l'usage de Facebook comme outil de réseautage social dans une classe de français de niveau intermédiaire. Une analyse des données des enquêtes suggère que les étudiants réagissent positivement à l'utilisation pédagogique de Facebook et met en valeur certaines différences entre la manière dont Facebook est utilisé en milieu personnel et en milieu académique.

9Dans "Language Learners' 'Willingness to Communicate' through Livemocha.com" ("Le 'désir de communiquer' d'apprenants de langue sur Livemocha.com"), Elwyn LLoyd propose une étude de cas basée sur une analyse de l'usage qu'a fait un groupe d'apprenants de langue du site Livemocha.com. Le principal objectif était d'examiner le type et la fréquence des interactions en ligne dans lesquelles les participants s'engageaient avec d'autres locuteurs de leur langue cible.

10Steven L. Thorne et Ingrid Fischer s'intéressent, enfin, dans "Online gaming as sociable media" ("Le jeu en ligne, une forme de réseau social") à un jeu en ligne très populaire, World of Warcraft. L'environnement de ce jeu est exploré à partir de trois types de données. Les auteurs plaident pour une "épistémologie du libre partage des données" et une approche de prise de conscience linguistique critique permettant de développer et de reconnaître une variété de pratiques communicatives ayant toutes pour but ultime d'élargir les objectifs et les résultats de la formation institutionnelle en L2.

11Bonne lecture !

12Les personnes suivantes ont participé à l'expertise et à la relecture des articles. Qu'elles en soient remerciées !

  • Nina Bonderup Dohn, Institute of Business Communication and Information Science, DK

  • Thierry Chanier, université Blaise Pascal Clermont 2, FR

  • Maud Ciekanski, université Vincennes Saint-Denis Paris 8, FR

  • Françoise Demaizière, université Paris Diderot Paris 7, FR

  • Fred Dervin, université de Turku, FI

  • Anne-Laure Foucher, université Blaise Pascal Clermont 2, FR

  • Jeannine Gerbault, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, FR

  • Nicolas Guichon, université Lyon 2, FR

  • Sarah Guth, University of Padova, IT

  • Francesca Helm, University of Padova, IT

  • Agnes Kukulska Hulme, Open University, GB

  • Marie-Noëlle Lamy, Open University, GB

  • François Mangenot, université Stendhal Grenoble 3, FR

  • Christian Ollivier, université de La Réunion, FR

  • Meei-Ling Liaw, National Taichung University, TW

  • Charles Max, université du Luxembourg, LU

  • Mark Peterson, Kyoto University, JP

  • Glenn Stockwell, Waseda University, JP

  • Steven Thorne, University of Groningen, NL et Portland State University, US

  • Katerina Zourou, université du Luxembourg, LU

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Dervin, F., Lamy, M.-N. & Zourou, K. (dir.) (2012, en préparation). Social networking in language education. Londres : Palgrave.

Guth, S. & Helm, F. (dir.) (2010). Telecollaboration 2.0: Language, Literacies and Intercultural Learning in the 21st Century. Berne : Peter Lang.

Lomicka, L. & Lord, G. (dir.) (2009). The Next Generation: Social Networking and Online Collaboration in Foreign Language Learning. San Marcos, TX : CALICO publications.

Shield, L. & Kukulska-Hulme, A. (dir.) (2008). Mobile Assisted Language Learning. Special issue of ReCALL, vol. 20, 3.

Thomas, M. (dir.) (2009). Handbook of Research on Web 2.0 and Second Language Learning. IGI Global.

Thomas, M., Reinders, H. & Warschauer, M. (dir.) (2012, en préparation). Contemporary Computer-Assisted Language Learning: New York : Continuum.

Thorne, S. L., Piet, D. & Cornillie, F. (dir.) (2012, en préparation). Digital Games for Language Learning: Challenges and Opportunities. ReCALL Journal.

Haut de page

Notes

1 Cette publication n'engage que ses auteurs et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Françoise Demaizière et Katerina Zourou, « Éditorial », Alsic [En ligne], Vol. 15, n°1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, Consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsic.revues.org/2448

Haut de page

Auteurs

Françoise Demaizière

Articles du même auteur

Katerina Zourou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page