Navigation – Plan du site
Analyse de livres
alsic_v09_03-liv1

Analyse de Archives ouvertes et publication scientifique - Comment mettre en place l'accès libre aux résultats de la recherche ?

de Thierry Chanier
Agnès Colnot
p. 229-236
Référence(s) :

Thierry Chanier, Archives ouvertes et publication scientifique - Comment mettre en place l'accès libre aux résultats de la recherche ? Paris : L'Harmattan, 2004, ISBN : 2-7475-7695-7, 186 pages, 17,80 €

Entrées d'index

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Ce livre traite de la question qui agite depuis plusieurs années les milieux universitaires et éditoriaux dans le monde : l'accès libre à l'information scientifique et technique. La mainmise des éditeurs commerciaux sur les publications scientifiques, l'augmentation excessive des coûts d'abonnement ont suscité une prise de conscience de la communauté des chercheurs et des professionnels de la documentation sur les dérives que cette situation entraîne. Les revues électroniques en accès libre et le mouvement des archives ouvertes sont nés de ce constat. Pourtant, ces initiatives ne remportent pas l'adhésion de tous les chercheurs. Quels sont les acteurs en présence et les enjeux du débat ? Quel rôle les technologies de l'information et de la communication (TIC) doivent-elles jouer dans la création et la diffusion des savoirs ? Comment faire évoluer les modèles économiques existants de l'édition scientifique ? Toutes ces questions sont traitées par l'auteur qui propose, pour le secteur des sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement dans le cadre national français, des réponses concrètes et des mesures ambitieuses qui permettraient une reprise en main de la gestion scientifique et de la logistique par les chercheurs eux-mêmes. L'intérêt de ce livre est de reprendre dans un style clair l'ensemble des arguments et des faits débattus, d'informer et de sensibiliser les chercheurs aux archives ouvertes en posant les bases d'une nouvelle organisation de l'édition scientifique. L'ouvrage comprend quatre parties principales : l'étude de l'existant du marché éditorial des revues en SHS, les transformations qu'entraînent les TIC sur les communautés de chercheurs, puis, après l'analyse économique des coûts, la proposition d'un nouveau modèle s'appuyant sur les archives ouvertes et l'accès libre à l'information scientifique.

2. Marché des revues et qualité scientifique

2Les grands groupes éditoriaux (Elsevier : 30 % du marché mondial des revues, Blackwell...) pratiquent depuis plusieurs décennies une inflation inquiétante des prix. Les conséquences sont déjà bien connues : désabonnement de nombreuses bibliothèques universitaires et part toujours plus importante de leur budget consacrée aux bouquets de revues (Science Direct par exemple) ou aux agences d'abonnement (Swets ou Ebsco).

3La première vérité que l'auteur remet en cause, c'est le lien entre "prix élevé et qualité scientifique" (p. 38). Parmi les travaux à ce sujet, une étude canadienne [BoismenuBeaudry02] permet de déduire que les revues des grands éditeurs commerciaux, de loin les plus chères, ne sont pas les seules sources valables et consultées, surtout en SHS où d'autres acteurs, presses universitaires et sociétés savantes, se partagent un marché très éclaté. L'ouvrage pointe les dysfonctionnements de cette situation. L'impact scientifique de ces revues n'est pas en rapport avec leur poids financier. Les articles, s'ils ont un rôle scientifique très important, représentent 40 % des publications en SHS à côté notamment des livres (p. 58) et ne sont pas la seule forme de publication. Cette dispersion éditoriale explique en partie que les revues françaises tiennent une place modeste dans les bases de données internationales.

4Sur un échantillon représentatif de publications scientifiques dans le secteur de l’apprentissage des langues et des technologies de l'information et de la communication (AL & TIC), l'étude du nombre de citations d'une revue à l'autre (toutes avec comité de lecture) démontre que les articles de revues de sociétés savantes ou d'accès gratuit sont plus cités dans les références bibliographiques que ceux des revues aux coûts d'abonnement élevé. Il paraît logique que la facilité de l'accès libre sur Internet représente un avantage et non "un facteur dévalorisant" (p. 42).

5D'autre part, la mesure des citations comme elle est pratiquée par l'Institute for Scientific Information (ISI) est un moyen discutable comme seul mode d'évaluation de la recherche en SHS : dans les chapitres 2 et 3, l'auteur replace dans le contexte global le système de calcul de l'impact, dépendant du choix des revues de référence et de la faible représentation des revues européennes et non anglophones dans les index de citations. Un calcul basé sur l'ensemble des publications accessibles sur Internet (grâce aux archives ouvertes) rééquilibrerait les résultats.

3. Communauté des chercheurs et impact des TIC

6Comment le travail des chercheurs a-t-il été modifié par les mutations technologiques ? Comment la chaîne éditoriale peut-elle être réorganisée et rationalisée ? Dans cette deuxième étape, l'auteur envisage un autre modèle de communication centré sur les auteurs et les lecteurs des publications de la recherche.

7Les transformations liées aux TIC sont examinées de manière globale dans le cadre de notre société des réseaux. Elles affectent la communauté scientifique à des degrés divers selon le secteur : la culture des réseaux n'est pas généralisée en SHS, comparée au secteur Sciences, Technologies et Médecine (STM).

8Forums, courriers électroniques, espaces de travail collectif, travail à distance sont autant d'outils et de modes de fonctionnement différents qui peuvent préparer la voie à l'utilisation des archives ouvertes.

9Les revues en ligne, nouvelles ou anciennes, sont donc plus qu'une simple innovation technique. Le passage au numérique simplifie le travail du comité de lecture, la gestion des abonnements ou la conservation des archives. À condition de mutualiser certains aspects, une telle réorganisation est envisageable à plus ou moins long terme en faisant appel à des centres d'édition compétents, comme les sociétés savantes, les presses universitaires, les centres de recherche. Par exemple, le portail de revues scientifiques en SHS Persée ([Persée04]) est une plate-forme de production et de diffusion pilotée par l'université de Lyon 2 avec plusieurs partenaires publics dont la Maison de l'Orient méditerranéen et le consortium canadien Érudit ([Erudit98]).

10Quant à la chaîne éditoriale traditionnelle introduite par l'imprimé, elle place au centre l'éditeur commercial (au sens de "publisher"), maître de la politique de prix et de la forme des contrats avec les auteurs. Ce schéma multiplie les acteurs (comités de rédaction des revues, producteurs d'information secondaire, agences d'abonnement, bibliothèques). Les chercheurs, qu'ils soient auteurs ou lecteurs des publications, voient leur travail confisqué, diminuant les chances d'être cités et d'accéder aux derniers résultats de la recherche. Le modèle traditionnel de l'organisation de l'édition scientifique se trouve fractionné en deux pôles : communauté des chercheurs et monde des éditeurs.

11Dans cette démonstration, l'auteur présente l'expérience d'Alsic, revue gratuite en ligne, comme un nouveau schéma possible articulé autour de deux phases : la communication dans la communauté et l'évaluation scientifique, d'une part, et le processus éditorial, d'autre part, impliquant relecture et structuration de l'article du point de vue scientifique, ainsi que traitement du document en vue de sa diffusion. Cette dernière phase de la version finale, validée en différents formats destinés à la diffusion électronique ou imprimée, est décrite précisément (stylage, formats utilisés de Word à XML, type de métadonnées...). Ces compétences de nature éditoriale peuvent être développées dans des groupes différents : sociétés savantes, éditeurs universitaires privés ou publics (tels Érudit, consortium de trois éditeurs universitaires québécois, et Muse aux États-Unis ([Muse]), collaboration entre éditeurs et bibliothèques). Cette organisation, adaptable selon les revues en ligne, permet aux chercheurs de reprendre en main la gestion scientifique et de laisser aux éditeurs commerciaux le rôle de traitement et de diffusion du document. Dans le chapitre suivant, l'auteur précise l'aspect économique des différents schémas possibles.

4. Analyse des coûts et modèles économiques

12Troisième étape de l'argumentation : le développement d'un modèle économique viable, type auteur / payeur, se substituant au modèle actuel abonné / payeur. C'est ce que tente de montrer l'auteur après l'analyse du coût et des revenus des articles.

13Dans une perspective radicalement différente où sont considérés "les résultats de la recherche comme un bien public" (p. 96), les institutions nationales modifieraient leur système de financement et prendraient alors en charge les frais de publication dans les crédits de laboratoire : les coûts de publication seraient des coûts de recherche, et le lecteur aurait l'accès libre aux revues au lieu d'y accéder par les abonnements de bibliothèques. L'expérience en STM de BioMed Central, PubMed Central et Medline qui ont expérimenté le modèle auteur / payeur, donne "une crédibilité économique au modèle de revenus correspondant" (p. 106).

  • 1 On peut citer aussi, plus récemment, le projet Cairn mené par quatre maisons francophones suivant l (...)

14D'autres initiatives sont aussi analysées par l'auteur : Muse et JSTOR aux États-Unis ([JSTOR05]) ne sont pas basés sur un modèle d'accès gratuit, mais restent à des tarifs raisonnables. Enfin, du côté francophone, Persée et Érudit proposent un accès gratuit sauf aux derniers numéros et comptent donc sur les revenus d'abonnement papier et de subventions publiques1. Mais ce modèle intermédiaire "interdit l'accès libre à la recherche en cours" (p. 112). L'auteur souligne que l'aide publique en France ne soutient pas de projets de revues en accès libre mais seulement des initiatives de diffusion numérique d'anciennes revues.

15On peut constater une grande hétérogénéité de revenus pour les revues en accès libre et il est prématuré de juger de la viabilité des différents modèles dans cette période de transition. Le passage d'un modèle à l'autre se mettra en place progressivement après une remise en cause du modèle traditionnel où le chercheur achète ce qu'il a publié, et une redistribution des rôles entre auteurs, éditeurs et lecteurs.

5. Archives ouvertes et revues en accès libre

16Les deux derniers chapitres abordent la question des archives ouvertes et de leur rôle dans la chaîne de l'information scientifique et technique. L'auteur définit les archives ouvertes comme moyen permettant un accès libre aux publications scientifiques, impliquant plusieurs éléments : un ensemble de protocoles techniques liés à l'interrogation des données et à leur description normalisée, ainsi que des logiciels interopérables, c'est-à-dire pouvant fonctionner indifféremment sur des réseaux spécifiques, pour la gestion et la communication entre ces serveurs.

17L'historique du mouvement Open Archives Initiative ([OAI]), depuis la création d'ArXiv en 1991 aux États-Unis par Paul Ginsparg ([ArXiv05]) jusqu'à celle du Centre de Communication Scientifique Directe (CCSD) et du serveur Hal en 2004 par le Centre National de la recherche scientifique (CNRS) ([HALSHS04]), expose les raisons qui ont poussé les chercheurs à créer des archives ouvertes : rapidité de circulation, accès libre à grande échelle, contribution à la recherche scientifique, dépôt sur des serveurs publics pérennes.

18On peut se demander pourquoi les archives ouvertes ne se sont pas répandues rapidement parmi l'ensemble de la communauté scientifique. En effet, une estimation consultable sur le site Romeo (Rights Metadata for Open Archiving [ROMEO]) évalue à 500 000 le nombre d’articles en accès libre (revues en accès libre, sites personnels et archives ouvertes) sur deux millions publiés chaque année, le reste étant en accès payant.

19Quelle est la position des différents acteurs : chercheurs, éditeurs, institutions ?

20Quelques études analysent ces transformations majeures. Le développement récent de ce mouvement et des technologies (la version 2 du protocole OAI date de 2002), la lente réorganisation de la diffusion scientifique, les contraintes juridiques expliquent, entre autres, la crainte du changement. Malgré une certaine sensibilisation des chercheurs, l'expérience montre "qu'il ne suffit pas d'ouvrir une archive pour que les auteurs s'y précipitent" (p. 131).

21La réticence de certains éditeurs à toute forme d'auto-archivage est certainement un facteur important, mais leur position a évolué, 58 % d'entre eux ayant un engagement positif en 2004. En même temps, 83 % des revues sont favorables à l'auto-archivage. Parallèlement, l'accès gratuit aux articles de revues éditées par des éditeurs commerciaux ou publics peut aussi se faire sur le principe de la barrière mobile ou du délai de latence.

22Les organismes de recherche publique, les universités et les bibliothèques ont depuis longtemps affirmé leur position favorable au dépôt dans les archives ouvertes. Mais l'encouragement à déposer et l'auto-archivage spontané ne suffisent pas. En outre, différentes solutions coexistaient : archives ouvertes institutionnelles, thématiques ou disciplinaires. L'auteur souligne dans le secteur SHS l'intérêt d'archives thématiques ou par domaine, plutôt que des archives regroupées à l'échelon d'un établissement universitaire. Mais les événements récents ont montré de grands avancements : en France, les directions de recherche font maintenant une obligation de dépôt ; de plus le choix au niveau national s'est porté sur une archive unique basée sur la plate-forme HAL. En effet, le 6 septembre 2005, le CNRS, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), l'institut national de la recherche agronomique (Inra) et la Conférence des présidents d'université (CPU) se sont entendus pour démarrer une phase préparatoire à un portail commun de publications scientifiques [Romary05].

23Sur la question juridique, l'auteur explique pourquoi les contrats de cession avec les éditeurs ne devraient pas empêcher la démarche individuelle du chercheur lorsqu'il fait un dépôt de pré-publication ou de post-publication. Il est indispensable aussi de clarifier les droits cédés vis-à-vis des gestionnaires et utilisateurs de l'archive.

24La dernière partie de l'ouvrage s'intéresse à la place de l'archive ouverte dans la circulation de l'information scientifique et technique (IST). Les différentes phases du processus éditorial sont articulées à partir du dépôt de la pré-publication dans l'archive ouverte. Ce schéma englobe les acteurs de la documentation, les éditeurs et les centres d'information scientifique et technique et représente une nouvelle façon d'envisager le travail de la recherche.

6. Conclusion

25L'ouvrage est à lire par tous les acteurs du domaine, particulièrement par la communauté scientifique dont dépend le succès des archives ouvertes. Son mérite est de montrer comment le modèle traditionnel de l'édition scientifique limite fortement l'impact des revues, que la présence sur Internet contribuera à augmenter. Il propose une réorganisation globale, sur la base d'un nouveau modèle économique auteur / payeur, dont l'objectif est le développement de l'accès libre où les archives ouvertes constituent la première étape. Plus encore, il envisage de nouveaux modèles sociaux pour changer les comportements des chercheurs. Il faut s'attendre à ce que le modèle de l'accès libre ne s'impose qu'avec du temps. Pas à pas, la communauté de recherche en France se prépare donc à utiliser HAL dans ses pratiques courantes, tout en s'inscrivant dans un mouvement mondial. Cette politique semble effectivement la condition nécessaire à la généralisation des archives ouvertes, qui permettra d'améliorer la visibilité et l'impact international de la recherche scientifique française.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Bibliographie

 [BoismenuBeaudry02]
Boismenu, G., Beaudry, G. (2002). Le nouveau monde numérique - Le cas des revues universitaires. Montréal : Presses de l'Université de Montréal ; Paris : La Découverte.

[Romary05]
Romary, L. (2005). "Vers un portail unique pour les publications scientifiques". Le journal du CNRS, n° 190. http://www2.cnrs.fr/presse/journal/2546.htm

Sites Internet

[ArXiv05]
ArXiv (2005). E-print archive. Cornell University library. http://xxx.arxiv.cornell.edu

[Cairn05]
Cairn (2005). Soixante revues de sciences humaines et sociales. Belin, De Boeck, La Découverte, Érès. http://www.cairn.info

[Erudit98]
Érudit (1998). Promouvoir et diffuser la recherche universitaire. Montréal : Université de Montréal, Université Laval ; Université du Québec à Montréal. http://www.erudit.org

[HALSHS04]
HAL-SHS (2004). Archive ouverte en sciences de l'homme et de la société. Centre pour la communication scientifique directe. http://halshs.ccsd.cnrs.fr

[JSTOR05]
JSTOR (2005). The scholarly journal archive. Journal storage. [États-Unis]. http://www.jstor.org

[Muse]
Muse (nd). Project Muse : scholarly journals online. Baltimore (MD) : The John Hopkins University Press. http://muse.jhu.edu

[Persée04]
Persée (2004). Portail de revues en sciences humaines et sociales. Paris : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, cop. 2004. http://www.persee.fr

[OAI]
OAI (nd). Open archive initiative. [États-Unis]. http://www.openarchives.org/

 [ROMEO]
ROMEO (nd). Journal Policies -Self-Archiving Policy By Journal. [États-Unis]. http://romeo.eprints.org/

Haut de page

Notes

1 On peut citer aussi, plus récemment, le projet Cairn mené par quatre maisons francophones suivant le même principe dans le domaine de l'édition commerciale ([Cairn05]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Agnès Colnot, « Analyse de Archives ouvertes et publication scientifique - Comment mettre en place l'accès libre aux résultats de la recherche ? », Alsic [En ligne], Vol. 9 | 2006, document alsic_v09_03-liv1, mis en ligne le 01 avril 2006, Consulté le 24 mai 2017. URL : http://alsic.revues.org/158

Haut de page

Auteur

Agnès Colnot

Agnès COLNOT est bibliothécaire à la médiathèque de langues du SCD (Service Commun de Documentation) de l'université de Rennes 2. Après une bourse Fulbright en 2003 à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill sur l'étude de la bibliothèque électronique Documenting the American South, elle participe actuellement à la mise en œuvre du système d'information du SCD. Elle est également chargée de la formation des étudiants à la méthodologie documentaire.
Courriel : agnes.colnot@uhb.fr
Adresse :
SCD - Médiathèque de langues - CS 64302 - 35043 Rennes cedex, France.

Haut de page

Date de réception : 13 septembre 2005.
Également en accès libre sur l'archive ouverte ArchiveSIC : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001103

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page